Quand usages et innovation font bon ménage chez OVA Design

Entretien avec Nicolas Marquis, co-directeur de OVA Design

Comment créer des produits pour satisfaire des besoins non formulés ? Comment structurer la fabrication d’objets à l’échelle industrielle quand on est une petite entreprise ? Vers qui s’adresser pour répondre à ces préoccupations ? OVA Design !

 

Benjamin Sabourin - OVA Design
Benjamin Sabourin – OVA Design

Benjamin Sabourin, ancien scénographe au Palais de la Découverte et Nicolas Marquis, concepteur de produits ont tous les deux suivi une formation en design industriel et innovation, ainsi qu’une spécialisation dans l’expérimentation par l’usage. Une pratique qui consiste à observer les usages directement sur le terrain afin de définir puis de déterminer les besoins réels auquel peut répondre l’objet en cours d’élaboration. Cette phase du travail passe par la mise à disposition de prototypes (plus ou moins aboutis) auprès d’usagers testeurs,  afin de pouvoir expérimenter très rapidement les capacités réels d’un produit.

Ils s’associent en 2008 et se lancent dans l’aventure entrepreneuriale en développant  un projet d’accompagnement pour les petits entreprises de création de produits industriels à grande échelle dans le domaine du design. Parallèlement ils collaborent avec Nature et Découvertes sur la création de produits comportant une touche d’innovation comme des diffuseurs de senteurs ou des objets pour le jardin.

Depuis, l’agence a fait du chemin, et a créé Buddy, le robot compagnon de la maison de la société Blue Frog Robotics.

nosulus-rift-ova-designIls viennent de développer le Nosulus Rift pour Ubisoft : un masque de réalité virtuelle qui accompagne le nouveau jeu South Park.Détail cocasse et un poil décalé, l’appareil simule les odeurs de pets d’un des personnages ;« On l’a créé pour le buzz et permettre aux gamers de (res)sentir de nouvelles sensations ».

Actuellement, Ils occupent l’atelier de prototypage du Matériaupôle où une partie de l’équipe assemble les éléments décoratifs de leur plafond végétal. Des compositions du plus bel effet pour les boutiques de Nature & Découvertes.

Nous avons échangé avec Nicolas Marquis, l’un des cofondateurs de OVA Design.

ova-design-nicolas-marquis
ova-design-nicolas-marquis

Pouvez-vous nous décrire l’objet de votre activité ?

OVA Design est une agence de design industriel. Elle accompagne les entreprises dans le développement de leurs produits, de l’ébauche d’idée à la fabrication en série en passant par le prototypage. Nous concevons essentiellement des produits connectés grand public dans les secteurs de la robotique et médical.

Nous sommes spécialisés dans la conception de produits via l’étude des usages des futurs consommateurs de nos produits. Une démarche qui permet de répondre au mieux aux commandes de nos clients. Nous passons par des temps d’immersion sur le terrain et  d’observation des ressentis afin de comprendre les besoins réels des futurs destinataires de nos productions. Pour trouver des améliorations dans la conception d’un produit, le retour d’expérience compte beaucoup pour nous.

En faisant appel à nous, nos clients savent qu’ils vont aller plus loin en acceptant de suivre une démarche plus créative, moins basée sur la théorie mais davantage sur les usages. Nous mettons à leur disposition une manière d’appréhender la conception technique, l’ergonomie d’un produit par la réflexion que nous portons sur un matériau à utiliser, un objet à inventer.

Que vous apporte votre adhésion au Matériaupôle ?

C’est encore un peu flou pour nous puisque nous avons adhéré au mois d’octobre. C’est donc tout récent. C’est parce que nous recherchions en urgence des locaux pour la fabrication d’objets décoratifs pour des magasins que nous nous sommes approchés du Matériaupôle. Nous occupons l’atelier de prototypage du 6 rue Pasteur. Je sais juste que nous rejoignons un réseau d’acteurs liés aux matériaux innovants.

C’est une opportunité pour nous car nous avons des demandes spécifiques de certains clients à propos de l’écoconception par exemple. Nous allons également pouvoir nous mettre en relation avec des adhérents et nous pourrions imaginer avec eux de nouveaux usages de leurs matériaux.

Quelles sont vos perspectives de développement de marché ?

Notre activité se développe dans les secteurs porteurs de la robotique et des objets connectés. Mais nous ne fabriquons pas que des produits. Aujourd’hui, le design est plus que cela. Il s’étoffe de nouvelles pratiques d’usage qui aboutissent à de nouveaux concepts : design d’expérience utilisateur, design de service. La Sncf en est une bonne illustration qui propose désormais des applications smartphones qui permettent la réservation de ses billets de train, l’information horaire en temps réel. Elle propose aussi des iPad pour agrémenter son voyage… Ces nouveaux usages créent de la valeur autour de l’expérience-client à travers ces services.

Quelles sont vos actualités ?

caveasy-appliuse
caveasy-appliuse

Nous travaillons sur la sortie imminente d’objets pour les maisons intelligentes (smart homes). Il s’agit de boîtiers électroniques chargés de la gestion de l’électricité dans la maison.

Nous avons également conçu tout récemment des caves à vin connectées qui connaissent un certain succès, les Caveasy. 

Partagez !

Option Start UP, des élèves rencontrent des adhérents du Matériaupôle

Les 6 et 7 octobre 2016 s’est tenue l’opération Option Start Up, une initiative de la ville de Paris et de Paris & Co. À l’attention des élèves de 3ème, 2nde, 1ère et terminale, il s’agit pour eux de vivre un moment de découverte des métiers de la création d’entreprises. Douze de nos adhérents ont répondu présents et ont pu échanger autour de leurs expériences d’entrepreneurs : consultants, chefs d’entreprise, artistes ; les différents profils de nos membres ont été bien représentés. Sans complexes, ils ont évoqué leurs difficultés, leurs échecs et leur pugnacité à inventer pour perdurer.

Simon Sow, responsable de la start-up Mask Génération explique apprécier les échanges avec le public des jeunes. « C’est d’autant plus nécessaire qu’ils représentent l’avenir. Les sensibiliser au monde du travail à travers nos expériences professionnelles est bénéfique pour eux mais aussi pour nous, parce que notre participation à un tel événement est ’elle est enrichissante. C’est aussi l’occasion d’insister sur une notion qu’ils considèrent comme inatteignable : l’épanouissement professionnel. Voilà pourquoi il faut leur présenter des pistes possibles, notamment par le biais de l’entrepreunariat. »

Tatiana Bizard, notre jeune entrepreneuse a été très touchée par les échanges qu’elle a pu établir avec les élèves pendant Option Start UP : « La rencontre avec les  lycéens dans les locaux de Matériaupôle reste un superbe souvenir. J’ai partagé avec eux mon histoire de mère. Être confrontée à une difficulté avec son bébé, constater un besoin universel,  y réfléchir pour trouver une solution et finir par déposer un brevet pour solutionner la difficulté de départ. Ces jeunes gens, projetés dans la confidence de l’invention, ont posé des questions et émis des avis qui m’ont conforté dans ma démarche. C’est important de rencontrer et d’échanger avec ces jeunes gens car il germe chez beaucoup, l’envie de créer, d’innover avec la certitude qu’en travaillant sérieusement, entreprendre est pour eux concrètement et passionnément pour demain. »

Pour certains d’entre eux, entreprendre leur a paru plus accessible qu’ils imaginaient. Quelques-uns envisagent de créer leur propre activité dans des univers aussi divers que la finance, la mode, l’ingénierie informatique ou le sport hippique.

Cependant, Cécile Barrio, présidente de IP Stream, un cabinet conseil autour de la propriété industrielle fait la remarque suivante : « je pense que le programme Option Start Up est très utile mais il faudrait peut-être que les élèves aient un peu de temps pour s’y préparer à l’avance. Mais les modalités concrètes sont peut être difficiles à mettre en œuvre ».

Yannis, en terminale au lycée de Limeil-Brévannes a apprécié d’être « encouragé à croire en nous-même ».

Devant le succès de nos propositions, tous nos créneaux étaient complets, nous allons reconduire l’opération l’année prochaine.

Les classes participantes à venir nous visiter pendant Option Start UP ont été : la 1ère STMG du lycée Maurice Genevoix de Montrouge, la Terminale STMG, ressources humaines et mercatique du lycée Guillaume Buté de Limeil-Brévannes, la 1ère Classe professionnelle en EDPI du lycée Diderot à Paris (19),la 3ème généraliste du collège André Malraux à Paris (17e), la 1ère du lycée Léonard de Vinci à Paris (15e).

Nous remercions nos adhérents pour leurs présence à cette première fois pour l’association : Alexandre Bordenave de Ipsiis, Valérie Anne de Couleurs d’Hadoinie, Pascal Colné et Aline Maréchaux de Univers & Conseils, Cécile Barrio de IP Stream, le street artiste SteW, Guillaume Lehoux de Noir Vif, Simon Sow de Mask Génération, Tatiana Bizard de Happy Milk, Olivier Jourdan, consultant indépendant, Catalina Trujillo de Haiko et Damien Cacouault de Campus Urbain.

Partagez !