Archives de catégorie : Informations

Le renouveau industriel passera par des innovations urbaines (2/3)

Résumé du premier article (à ce lien) :
  • Il existe des centaines d’hectares de friches en Ile-de-France, notamment en petite couronne, dans des zones bien desservies.
  • Les Start-up, TPE et PME de l’industrie et de l’innovation ont un besoin fort d’espace pour leur R&D, leur démonstrateurs et premières productions.
  • Les espaces d’incubations et d’expérimentation sur friche urbaine, comme le 6Pasteur du Matériaupôle essayent de répondre à cette double problématique.

Dans cet article, nous nous  pencherons sur les caractéristiques des ZAC franciliennes et les adaptations à opérer pour l’intégration de nouvelles entreprises . Car selon nous,  ces adaptations doivent s’inscrire dans des démarches individuelles, mais aussi dans les évolutions du secteur.

Foncier imparfait, mais des friches qui comblent  les besoins primaires des start-up.

Selon 94Citoyens, (dans l’article à ce lien) : « seuls 5% des locaux disponibles dans la région sont neufs. Le foncier francilien disponible souffre d’obsolescence avec des ZAC vieillissantes […] et des locaux peu adaptés aux nouvelles formes d’activité. »

La Grande-Halle des Ardoines à Vitry-sur-Seine, symbole des richesses ensommeillées du 94.

C’est un constat à nuancer : Les jeunes entreprises du secondaires n’ont pas un besoin vital de foncier neuf et « propre ». Une entreprise incertaine sur sa pérennité cherche l’efficacité, la frugalité et la rapidité de mise en œuvre.

Car la « vallée de la mort » des entreprises n’est pas seulement due au tarissement des sources de financement. Mais aussi car ces entreprises n’ont plus d’espace adapté à leur besoins, dans la mesure de leurs ressources. Plusieurs incubateurs proposent des hébergements d’activité, mais pour des périodes entre 18 et 24 mois en moyenne*. Après cette période, les start-up doivent trouver un espace proportionnel à leur changement d’échelle par leur propre moyen. Le budget alloué évolue alors de manière explosive.

Source : Erik Van Rompay, Forbes.fr

Il est  cependant majeur que l’aménagement des espaces soit réfléchi avec les futurs utilisateurs. En effet, les besoins varient selon les occupants et ceux-ci peuvent assumer une part de l’aménagement eux-mêmes. Cette étape peut permettre au propriétaire d’éviter un suréquipement coûteux et un tarif d’occupation discriminant.

L’économie réalisée peut-être ré-allouée à des recrutements ou des investissements en machines. Mieux encore, cela peut permettre de financer des démonstrateurs / expériences dans les espaces ainsi acquis, et être décisif dans la survie de l’entreprise.

Quels sont donc les besoins primordiaux d’une entreprise du secondaire en début de production?
  • Espaces équipé à minima en :
    • Électrique (éventuellement tri-phasé)
    • La présence ou possibilité d’installer la fibre optique est une nécessité
  • Avec un accès simplifié :
    • Présence de transport en commun à proximité pour pouvoir faire venir les partenaires et capter aisément des travailleurs non-motorisés (tels que les étudiants qualifiés)
    • Accès parking et espace de livraison (au moins pour un utilitaire)
  • Et un espace sécurisé adapté :
    • Anti-feu
    • Validation ERP, SEVESO… Si besoin.

Une part des aménagements, dont la fibre optique, sont inévitables aujourd’hui, L’installation de celle-ci est préférable dès l’occupation transitoire. A la fois pour l’occupant, mais aussi pour le propriétaire qui s’assure un bon fonctionnement des installations.

La ZAC du Domaine de Cherioux est un projet ambitieux en terme de revalorisation des espaces urbains sous-exploités. Des éléments d’aménagements transitoire y sont à l’étude.
Une préfiguration des espaces, mais aussi du secteur industriel.

Comme nous le voyions dans le 1er article (à ce lien), le secteur secondaire est en pleine mutation. L’implantation d’entreprises dans des friches, les offres d’équipements mutualisés ouvrent à des d’activités industrielles à moindre coût.

La frugalité est part intégrante de notre avenir. L’économie des ressources (énergie et matière) sont primordiales dans le développement des industries de demain. Cela se retrouve à la fois dans les solutions R&D développées mais aussi dans les décisions stratégiques de nos adhérents.

Bien sûr, il est nécessaire d’anticiper les questions de propriété intellectuelle, notamment en établissant des règles d’usage claires. Mais il s’agit d’un sujet inévitable pour toutes entreprises (quelques soient leur taille et leur ancienneté). Là encore, les espaces  transitoires sont une expérience d’apprentissage pour une entreprise.

Les entreprises développées dans des friches vivent les contraintes qui y sont inhérentes. Ainsi, le Matériaupole peut s’appuyer sur son réseau pour proposer des solutions techniques dans le développement transitoire. Solutions qui seront reproductibles sur d’autres espaces à valoriser.

Agilcare, start-up du bâtiment renouvelable, s’apprête à sortir un nouveau démonstrateur. Ils souhaitent y montrer la compatibilité de leur technologie avec des projets de grandes surfaces sur plusieurs étages.
En bref…

Frugalité est le maître-mot des start-ups du secondaire. Pour innover rapidement et réduire leur « time to market », ces entreprises ont besoin d’une certaine liberté dans leur aménagement et accès à de l’équipement. Les friches urbaines offrent cela, sont économes et ouvrent des possibilités d’expérimenter in-situ. Tous ces avantages en font des espaces plus intéressants que le foncier intra-muros

Dans le dernier article nous verrons une dernière facette de l’aménagement transitoire. Nous reviendrons sur les bénéfices de l’activité transitoire sur le territoire et les propriétaires, publics et privés.

*Les périodes d’incubations de 18 à 24 nous paraissent insuffisantes pour des start-up de l’industrie qui ont des périodes de R&D longues. En R&D, les enjeux de marchés sont aussi décisifs que les enjeux technologiques. Les entreprises doivent anticiper les étapes de financement, commercialisation et être accompagnées dès le début du projet. Mais il est impossible que la R&D et le marché soient à point au bout de 2 ans.

Antoine Clousier

Partagez !

Le renouveau industriel passera par des innovations urbaines (1/3)

Pourquoi une série de 3 articles sur les innovations urbaines ?

L’incubateur du Matériaupôle, situé au 6, rue Pasteur à Vitry-sur-Seine, est un exemple fort des contraintes et opportunités offertes par le foncier transitoire d’Ile-de-France. Cet espace nous a été proposé par la Mairie de Vitry, sous la forme d’une mise à disposition en attente de démolition. Le développement de cette offre a été motivé par les besoins de nos adhérents. Plus particulièrement d’espaces besoin croissant d’hébergement d’activité parmi nos pour le prototypage et l’expérimentation.

Les articles de 94 Citoyen sur le foncier ( ici sur l’industrie en Ile-de-France  et  là sur le besoin d’extension du marché de Rungis) ont donc eu un certain écho chez nous. Car le Matériaupôle vit le manque de foncier en Ile-de-France. A travers nos structures adhérentes, TPE et PME du territoire, mais aussi en tant qu’espace d’incubation.

Ainsi, au cours d’une série de trois articles (dont vous lisez le premier), nous partagerons notre expérience, nos constats et nos idées de développement.

Industrie cherche millions de m2 en Ile-de-France

Un foncier productif sous pression en Ile-de-France.

Du fait de la pression foncière, les activités économiques se déplacent de plus en plus vers la grande couronne. A tel point que la petite couronne a perdu 30ha par an de foncier productif depuis 2003 (selon la commission du développement économique régional de la CCI).

Pourtant, il reste aujourd’hui, près de 8000 hectares de friches industrielles en France (source Valgo, voir ici). Le mouvement d’occupation des friches amorcé depuis plusieurs années par des associations culturelles est un énorme pas en avant dans la valorisation du territoire. On peut féliciter Plateau Urbain pour les Grands Voisins, ou encore la Station – Gare des Mines de collectif Mu.

Depuis plusieurs années les espaces urbains trans-usages se sont multipliés. Les centres commerciaux/de loisirs « Bercy-Village » montrent de nouveaux modèles de lieux de commerces et vie (voir ici sur l’excellent blog Trans-City) . Ce type de projet peut aller plus loin, comme à Lyon avec  le quartier  » Confluence »  situé dans une ancienne friche. Le lieu regroupe des logements,  des espaces culturels et d’activité économique (déjà +800 entreprises et 25k salariés prévus à terme) – cependant le secteur secondaire et BTP représentent moins de 10% de l’activité sur ce site.

Lyon-Confluence quartier mêlant logement culture et activité économique, mais est peu tourné vers l’industrie, malgré un fort potentiel local…

Il nous semble temps de renforcer la tendance en réouvrant les friches à l’activité productive du secondaire. Car le secteur secondaire innovant est idéal pour l’animation d’un territoire attractif. Il est riche en emplois valorisants, souvent mieux rémunérés que dans le tertiaire, à qualification équivalente. Et surtout, il est porteur d’innovations impactantes pour le quotidien et l’environnement.

Car le secteur secondaire se renouvelle en Ile-de-France !

L’activité industrie et d’innovation représente encore 440 000 emplois, soit plus de 10 % des emplois de l’Ile-de-France, part variant jusqu’à 20% selon les départements. Son importance ne doit pas être sous-estimée.

D’autant plus que ce secteur vit une véritable révolution grâce aux nouvelles technologies, dont des sujets sur lesquels travaillent nos adhérents, tels que :

  • Les multiples technologies associées à la fabrication additive :
La fabrication additive n’est plus seulement un moyen de prototypage pour General Electric. Elle est une révolution productive à part entière.
Le Matériaupôle collabore très étroitement avec le laboratoire « Traitement de surfaces » de Mines-ParisTech

 

  • Le développement de nouveaux matériaux de construction :
Des mousses minérales isolantes, incombustibles et réfractaires… Issues de matériaux de recyclage, c’est IPSIIS
  • Et beaucoup d’autres…
ARCA, du bois gonflable, thermoformable, et des variantes inédites…
Du mobilier design produit à partir de déchet industriel, c’est MAXIMUM
MASK Generation. Premier masque thermoformable pour un confort inédit

 

 

 

 

Le secteur secondaire ne doit pas être réduit au symbole de l’usine polluante qui serait une plaie pour la qualité de vie locale. Ce n’est plus la réalité. Dans le deuxième article de la série, nous verrons que l’industrie peut s’inscrire dans les nouvelles formes d’architectures, moins voraces en empreinte au sol et en énergie.

Mais l’écosystème actuel n’est pas adapté pour les accompagner.

Malheureusement le secteur secondaire ne bénéficie pas d’autant de structures d’accompagnement (incubateurs et pépinières) que le tertiaire.

Pourtant, les nouveaux fleurons du secondaire qui innovent dans ces domaines ont besoin de travailler avec les pôles de recherche existant en couronne d’Ile-de-France. Mais aussi d’avoir accès à des machines coûteuses. Les espaces de mutualisation (type Fablab) sont un levier fort, mais n’offrent pas le service d’accompagnement  (financement, structuration, etc…) qui manque encore dans ce secteur. Cet aspect-ci sera aussi approfondi dans le deuxième de la série.

Ces entreprises ont besoin de terrains bien reliés aux voies de communication (et notamment au réseau de transports en commun)   plutôt que de très grandes surfaces isolées. L’enjeu pour elles, est de capter des compétences et ressources humaines qualifiées et locales. Le recrutement, la sous-traitance ou le partenariat sont autant de moyens à leur disposition. Mais un temps de transport élevé est un frein fort lors du recrutement.

La valorisation transitoire des friches ouvrirait des espaces à moindre coût pour les start-ups et PME. Des espaces ouverts à la collaboration interfillière : des entreprises aux marchés différents mais qui partagent des besoins semblables. Et ces entreprises sont pourvoyeuses d’emplois sur le  territoire, à titre d’exemple, ~ 20 personnes travaillent quotidiennement au 6, rue Pasteur pour 120m² de friche urbaine.

Le 6Pasteur, notre incubateur commence à se faire petit, nous explorons les opportunités d’extension de l’incubation.
Dans les deux prochains articles, nous reviendrons plus précisément sur :
  • Les besoins propres aux entreprises du secondaire.
  • Les potentiels d’évolution de ces espaces, leur préfiguration des usages à venir, sur place, mais aussi dans l’industrie de demain.
  • Les avantages  pour les propriétaires de foncier (publics et privés).

Antoine Clousier

Ces sujets vous intéressent ? Contactez-nous!

 

Partagez !

Feuille de route de l’économie circulaire, les 50 mesures du gouvernement.

La feuille de route de l’économie circulaire a été dévoilée ce lundi 23 avril 2018 par le Premier ministre. Elle définit des objectifs de court et moyen termes centrés sur l’économie circulaire. On y retrouve une forte synergie avec notre projet EcoCIRC que nous portons avec les Mines ParisTech, la Région Ile-de-France et le Grand Orly Seine-Bièvre.

Les publics concernés sont  :
  • Les entreprises (et les producteurs plus largement)
  • Les collectivités
  • L’ensemble des consommateurs

De même les lois et réglementations suivant cette feuille de route promettent d’avoir un impact assez large sur l’activité professionnelle et la vie de tous les jours. Nous vous proposons ici un aperçu des mesures étudiées par le gouvernement en nous centrant sur celles concernant plus directement les adhérents et partenaires EcoCIRC.

Ces mesures peuvent être regroupées selon 3 grands axes :
  • I) Un soutien de l’activité d’économie circulaire
  • II)  De nouvelles règlementations sur les produits et matières
  • III) Rôle des régions et un développement de la commande publique
Pour obtenir le tableau complet en format PDF, Cliquez ici.
Pour obtenir le tableau complet en format PDF, Cliquez ici.
Pour obtenir le tableau complet en format PDF, Cliquez ici.

Vous pouvez consulter l’ensemble de ces mesures à ce lien (document en téléchargement en bas de la page).

Partagez !

Forum national des éco-entreprises du 29 mars 2018 à Paris

Le PEXE – les éco-entreprises de France, en partenariat avec l’ADEME, est heureux de vous inviter à la 9ème édition du Forum national des éco-entreprises qui se tiendra le 29 mars au Ministère de l’économie à Paris.

Rendez-vous efficace

Ce rendez-vous permet aux grands-comptes (industries et collectivités) d’identifier de nombreuses offres de services innovantes dans les domaines de la gestion de l’eau, de la production d’énergie et de l’efficacité énergétique, de l’économie circulaire et de la préservation de la biodiversité.

Convention d’affaires

Dans le cadre de la convention d’affaires, vous pouvez organiser des rendez-vous avec des PME/start-up de l’environnement et de l’énergie et également assister aux Vitrines de l’innovation (pitchs de PME innovantes sélectionnées par un comité d’expert) qui porteront sur :

[*]     Gestion durable de l’eau et biodiversité ;

[*]     Déchets et économie circulaire ;

[*]     Réseaux énergétiques intelligents ;

[*]     Et une vitrine dont la thématique sera définie en fonction des besoins exprimés par les grands-comptes (collectivités, industriels).

S’inscrire gratuitement

Vous pouvez vous inscrire dès à présent depuis la page http://forum2018.ecoentreprises-france.fr/convention-affaires.html – catégorie « Grands-comptes ». PARTICIPATION GRATUITE à la convention d’affaires (date limite d’inscription : 16 mars 2018)

Partagez !

Taxe d’apprentissage à l’Exploradome

La taxe d’apprentissage, utile à l’Exploradôme

L’Exploradome, le musée interactif de découverte des sciences et du numérique lance sa collecte de taxe d’apprentissage et appelle les entreprises du Département du Val-de-Marne  à leur affecter une part.

Approche ludique et plaisir d’apprendre

Convaincue que les sciences sont la clef pour appréhender le monde, l’association qui gère le musée, lutte pour l’accessibilité de tous à l’éducation par une approche ludique. Pour déclencher des vocations auprès des ingénieurs et techniciens de demain, le plaisir et l’expérimentation sont au cœur de leurs projets.

L’association est concernée par la fraction Hors Quota de la taxe (cat. A et/ou B). La part de la catégorie A étant souvent peu attribuée, cela ne devrait pas pénaliser les grandes écoles éventuellement soutenues (cat. A : du CAP au Bac +2 , cat. B : Bac +3 à Bac +5).

2018, plus riche d’initiatives avec votre soutien

En 2018, l’association prépare de nombreuses activités pour déclencher des vocations (rencontres d’ingénieurs ou techniciens dans les classes, clubs de robotique gratuits aux jeunes des quartiers de Vitry…).

Convaincu par le sens de leurs actions, Matériaupole recommande cette association.

En savoir plus sur la taxe d’apprentissage de l’Exploradôme : http://www.exploradome.fr/la-taxe-dapprentissage

Partagez !

Lancement du StartUp Booster 2018 !

Lancement des appels à candidatures pour la deuxième édition du StartUp Booster. Ce concours est destiné à détecter et stimuler les innovations dans le domaine des matériaux composites.

LE CONCOURS MONDIAL DE L’INNOVATION SUR LES COMPOSITES

Le programme s’adresse aux entrepreneurs (PME ou start-ups, y compris les jeunes pousses étudiantes) porteurs d’un projet innovant du monde entier, et qui souhaitent rencontrer les décideurs du secteur des composites pour qu’ils les accompagnent.

Les innovations entreront dans les deux catégories suivantes Procédés et Produits.

PROCÉDÉS :

  • Conception
  • Production
  • Numérisation / Industrie 4.0
PRODUITS :

  • Nouveaux matériaux composites, notamment matériaux hybrides, bio-sourcing et les composites intelligents
  • Nouvelles applications et nouveaux marchés de composites

 

 

10 STARTUPS SERONT SELECTIONNEES POUR PITCHER LEUR PROJET A STARTUP BOOSTER 2018

Dix start-ups du monde entier seront sélectionnées pour présenter leur projet lors du JEC World 2018 le 6 mars 2018 à Villepinte. Les projets seront présentés devant un jury d’experts du secteur à JEC World. Elles bénéficieront également d’un intéressant package commercial, notamment une présence de trois jours sur le salon au Startup Booster Village, et des séances d’encadrement avec des spécialistes des composites, dont Airbus et Daimler, les principaux partenaires Innovation du programme Startup Booster, pour la deuxième année consécutive.

Sur les dix start-ups participantes, trois gagnantes seront annoncées sur le salon JEC World. Outre une importante exposition auprès des professionnels internationaux dans le domaine des composites, ils bénéficieront d’un programme d’accélération, et notamment d’un stand sur le salon JEC World 2019.

INFORMATIONS ET ELEMENTS IMPORTANTS

L’appel à candidatures pour StartUp Booster 2018 est ouvert jusqu’au 15 décembre 2017

Le plus grand concours international de start-ups dans le domaine des composites est ouvert aux inscriptions : https://www.f6s.com/startupbooster2018/about

 

MATERIAUPOLE PARTENAIRE DU STARTUP BOOSTER 2018

Comme pour la précédente édition en 2017, Matériaupôle a été sélectionné pour être partenaire presse et de relais auprès des startup. Pour en savoir plus sur StartUp Booster 2017 : http://materiaupole.com/index.php/2017/01/11/materiaupole-startup-booster-jec-world/

Pour lire le bilan de l’édition 2017 : http://materiaupole.com/index.php/2017/04/20/startup-booster-jec-world-2017-bilan/

Matériaupôle partenaire du StartUp Booster de JEC WORLD
Partagez !

Durapole, partenaire de l’Annuaire des Eco Entreprises d’Ile-de-France

Durapole est partenaire de l’Annuaire des Eco Entreprises d’Ile-de-France

Durapole, notre partenaire, participe au recensement des éco-entreprises franciliennes à travers un annuaire des éco entreprises d’Ile-de-France.

Est-ce que vous intervenez dans les domaines de l’environnement et de l’énergie (Air/ Biodiversité/Bruit/Déchets/ Réemploi/ Eau/ Sols/ Chimie Verte/ Eco-conception/ Ecomobilité/ Risques/ Efficacité énergétique/ Energies renouvelables) ? Si c’est le cas, faites-vous référencer, ici.

A l’issue de cette campagne de recensement, une cartographie et un annuaire associé, seront accessibles sur le portail de la filière et feront l’objet d’une diffusion qualifiée.

Ces outils pratiques ont été pensé pour faciliter l’accès à l’information aux acheteurs de solutions environnements/ énergie, les collectivités, les éco-entreprises, les réseaux d’éco-entreprises.

Cette campagne a été lancée par l’Ademe Ile-de-France, le Pexe en partenariat avec Durapole.

La campagne de référencement a débuté le 30 juin et s’achèvera le 30 septembre 2017.

Partagez !

Visite des ateliers de Bilum et de Maximum Paris

Le 15 décembre à partir de 14h, le Matériaupôle organise avec le réseau des éco-acteurs et le Conseil Départemental du Val-de-Marne la visite des ateliers de deux écoetreprises du territoire.

Cet évènement se tiendra juste après la matinale du Matériaupôle « l’écoconception : un levier de croissance pour les entreprises ? ». Au travers de la visite des ateliers de deux entreprises adhérentes qui sont très fortement engagées dans des démarches d’écoconception, nous essayerons de montrer les traductions concrètes de l’écoconception dans le domaine économique et dans le champ de l’activité productrice.

Les deux entreprises qui nous ouvrent leurs portes sont Bilum et Maximum Paris.

Programme de la visite (en bus) :
  • 14h00 – départ de l’Agence du Développement du Val-de-Marne
  • 14h3-15h30 – visite de l’atelier de confection de Bilum à Choisy-le-Roi
  • 16h00 – 17h00 – visite des ateliers de production de Maximum à Ivry-sur-Seine
  • 17h15 – retour à l’Agence de Développement du Val-de-Marne
Pour vous inscrire à la VISITE DES ATELIERS, après la Matinale, cliquez ici.

La visite guidée est gratuite. Attention nombre de places limitées : 30 places.

Informations sur la Matinale du Matériaupôle.

Partagez !

Ouverture de la nouvelle session du MOOC de l’IFOCA sur les caoutchoucs

« À la découverte du caoutchouc,
un matériau remarquable » MOOC de l’IFOCA

Ouverture de la 2è session du MOOC

Du 22 Septembre au 19 Octobre 2016, l’IFOCA relance un cours en ligne gratuit et certifiant sur les caoutchoucs.

Inscription ouverte jusqu’au 13 Octobre sur www.fun-mooc.fr

Programme pédagogique  

Semaine 1 Découverte et perspectives du Caoutchouc : A quoi ça sert le caoutchouc ? Son histoire, son Avenir

Semaine 2 L’ADN du caoutchouc : Qu’est-ce qu’un élastomère ? Sa chimie et les grandes familles d’élastomères

Semaine 3 Le devenir du caoutchouc de la matière au produit fini : Conception d’une formule

Semaine 4  Le devenir du caoutchouc de la matière au produit fini : La Transformation

Conclusion Travailler dans la filière du caoutchouc, partenaires et bibliographie

Délivrance d’une attestation de réussite.

Heureux de vous compter prochainement parmi nos futurs apprenants !       contact : formation.continue@ifoca.com 01 49 60 57 51

Retrouvez également sur la plateforme www.spoc.ifoca.com

Partagez !