Archives par mot-clé : Coopérative MU

Coopérative MU, de l’idée à la COMMERCIALISATION, UN ART DE penser L’ÉCO-CONCEPTION

Il est l’un des co-fondateurs de l’agence de design Coopérative Mu. Partout où il intervient, que ce soit sous forme de conférence ou de session de travail, il défend l’environnement à travers le design, l’industrialisation d’un produit, de ses prémices à sa commercialisation. Et même, idée inédite, dans le montage juridique d’une entreprise. Mais de quelle cause François-Xavier Ferrari s’est-il fait le chantre ? Qu’est-ce donc que l’éco-conception ? Rencontre.


Bonjour, François-Xavier, qui êtes-vous au sein de
Coopérative Mu ?

Je suis François-Xavier Ferrari, co-fondateur de la coopérative Mu et l’un de ses quatre associés.

Quelle est votre activité, précisément ?
Coopérative Mu accompagne depuis bientôt neuf ans ses clients sur la prise en compte de l’environnement dans la conception et le design de leurs produits. Depuis la toute première idée jusqu’à leur commercialisation.

Nous aidons les entrepreneurs et les start ups à transformer leurs idées de produits en écoproduits innovants. Nous accompagnons également les grands comptes en développant des outils pour les aider à intégrer, à leur tour, l’environnement dans le processus de conception de leurs produits.

Quelle est votre fonction, vos missions au sein
de votre entreprise ?
J’ai suivi une formation de designer industriel. Mais aujourd’hui, je suis en charge du développement de l’agence.

Quelles sont les spécificités et savoir-faire de Mu ?
Dès la création de l’entreprise, nous avons choisi le statut de SCOP (Société Coopérative et Participative) dans un soucis de cohérence. Nous souhaitions être en accord entre ce que nous vendions et la manière dont nous le vendions. Une autre de nos spécificités est que Coopérative Mu associe deux métiers et compétences complémentaires : l’analyse et la précision de l’ingénierie de l’environnement et l’approche intuitive et créative du design industriel.

En 2012, le Gobi, éco-conçu par Mu a été lauréat du concours Avnir, premier concours français 100% dédié à l’éco-conception. En 2015, les 37 000 participants de la COP 21 ont reçu Gobi!
La gourde Gobi

Comment et pourquoi avez-vous eu l’idée de coupler ingénierie de l’environnement et design industriel ?

Avec Anthony, l’autre fondateur de la structure, nous avons décidé de monter Coopérative Mu pour pouvoir donner du sens à nos métiers respectifs. À l’un, l’évaluation environnementale d’un produit et l’analyse de son cycle de vie pour mesurer ses impacts et identifier leurs origines. À l’autre, l’intuition et la créativité du designer pour trouver des solutions.  Aujourd’hui, sur les dix salariés qui forment notre équipe, cinq d’entre eux sont ingénieurs Environnement, les autres sont designers industriel !

Comment concevez-vous les produits de vos clients ?

Nous identifions au plus tôt  les enjeux environnementaux prioritaires du produit/service (type de matériaux, modes de fabrication, usages associés…) voire du projet (business model, choix d’implantation, sélection du partenaire industriel…). Il est communément admis que plus « de 80% des impacts environnementaux d’un produit sont déterminés lors de sa conception ». Il en va de même pour la création d’une entreprise et le montage de son business model . Nous orientons ainsi l’ensemble des équipes (marketing, design, développement, industrialisation, …) de façon opérationnelle. Elles sont ainsi intégrées à la création et au développement du produit ou du service éco-innovants, depuis l’idée jusqu’à la mise sur le marché. Avec l’objectif d’améliorer leurs performances environnementales !

Caruus, sneaker éco-conçue, fabriquée en France
Caruus, sneaker éco-conçue, fabriquée en France

Quelles sont vos perspectives de développement de marché pour coopérative Mu ?

Nous continuons à nous étendre au niveau national mais également au-delà des frontières françaises avec quelques-uns de nos clients, sur des projets internationaux ! Nous poursuivons l’ activité de design de l’agence. Nous serons d’ailleurs présents au Paris Design Summit. Enfin, nous développons de nouvelles offres pour nos clients, notamment l’intégration des critères sociaux dans la conception de produits. Nous travaillons sur un projet de mobilier pour lequel, en plus de prendre en compte les aspects environnementaux, nous intégrons les enjeux sociétaux pour changer la façon de concevoir et designer les produits !

Comment envisagez-vous votre avenir ?

Aujourd’hui, nous sommes dix salariés dont quatre associés. Idéalement, nous souhaiterions être une dizaine de salariés associés, mais nous ne nous empêchons pas de voir plus grand ! Si nous dépassons cet effectif, nous créerons très probablement une seconde coopérative afin de rester en petite équipe opérationnelle et réactive ! Nous continuons de rechercher de bons profils pour intégrer notre belle aventure !

Quelles sont vos prochaines actualités ?

Comme je l’ai dit plus haut, nous serons présents au Paris Design Summit qui se tient au Palais des Congrès, fin février. Nous allons y donner deux conférences et animer un atelier d’écoconception. Nous allons partager un stand avec quelques-uns de nos clients pour plus de visibilité et plus d’impacts. Nous sommes d’ailleurs en pleines réflexions sur l’éco-conception dudit stand !

Et puis le 19 février 2019, nous intervenons avec le Matériaupôle et Mines ParisTech, à l’atelier écoCIRC autour de l’éco-conception. Nous aborderons différents enjeux qui sont liés à la démarche !

Comment avez-vous rencontré le Matériaupôle ? Sur quels sujets travaillez-vous avec eux ? 

Arnaud est venu nous rencontrer en 2013 si mes souvenir sont bons. À l’époque nous étions une jeune pousse de quatre personnes dans une pépinière d’entreprises de la CCI. Depuis, nous sommes toujours restés en contact. Arnaud nous a permis, à plusieurs reprises, de présenter l’agence aux autres adhérents et nous a mis en contact avec son réseau et celui du Matériaupôle.

Que vous apporte votre adhésion au Matériaupôle ?

Matériaupôle est un réseau d’acteurs engagés et cela fait plaisir de pouvoir partager des valeurs avec eux. Au-delà de ça, nous avons travaillé avec d’autres adhérents sur de l’éco-conception de produit, je pense notamment à Sandra de Biom Paris, qui développe une brosse de toilette éco-conçue… avec nous !

Mu a accompagné  BioM dans le développement et l’éco-conception de la brosse de toilette inspirée par le biomimétisme et fabriquée en France !
BBB la brosse, @biom Paris

Cliquez pour :
– tout savoir sur Coopérative Mu
– vous inscrire à l’atelier écoCIRC du 19 février 2019, avec Mines ParisTech et Coopérative Mu : l’éco-conception

Partagez !

A la rencontre du Techshop Leroy-Merlin

Le mercredi 13 juin 2017 s’est tenue notre nouvelle soirée des adhérents au TechShop Leroy-Merlin Paris-Ivry. Des participants mêlant adhérents et techshoppeurs ont pu assister à une visite de ce lieux communautaire et créatif et à deux présentations d’activités issues de notre réseau.

Visite du TechShop Leroy-Merlin Paris-Ivry

Lors de sa visite guidée du TechShop, Mathilde Berchon, responsable Événementiels du lieu, a insisté sur l’aspect particulièrement convivial et participatif du lieu. De vastes ateliers, des outillages complexes, des salles en open-space, le lieux est compartimenté en deux zones distinctes.  » Le rez-de-chaussée est dédié à la fabrication, au métal et au bois, et l’étage, au prototypage rapide, à l’impression 3D et à la découpe laser  » informe Mme Berchon.

Pitchs de nos partenaires et adhérents

Une fois installé dans la salle de conférence à l’étage, le groupe a assisté à deux présentations de structures partenaire ou adhérente du Matériaupôle. Farid Taleb, responsable du centre de l’entrepreneuriat et Anthony Boule de la Coopérative MU, adhérent du Matériaupôle ont pris la parole et répondu aux questions de l’assistance.

  • le premier a décrit le programme des ateliers de formation. Ils sont destinés aux créateurs d’entreprises et aux porteurs de projet. Ils sont gratuits ;
  • le second a décrit en détails la façon de concevoir l’ingénierie de l’environnement et le design industriel que prône sa société. Il accompagne des créateurs de produits et de services liés à l’éco-conception.

La soirée s’est achevée autour d’un banquet et d’un verre de l’amitié.

Prenez date

La prochaine soirée se tiendra au même endroit le mercredi 6 septembre à partir de 18h30. Seront présents la BPI, l’INPI, Absiskey et Pascal Quetin, spécialiste productivité.

Notez qu’à partir de la rentrée, les soirées des adhérents changent de nom. Nous les appelleront « Les Matériales ». Qu’en pensez-vous ?

Partagez !

Le Matériaupôle reçoit au TechShop Leroy-Merlin Paris-Ivry

Le Matériaupôle, en partenariat avec le Techshop Leroy-Merlin, a le plaisir de vous convier à sa prochaine soirée des adhérents. Elle se tiendra le mercredi 14 juin 2017, à partir de 18h30 au TechShop Leroy-Merlin d’Ivry-sur-Seine.

Les intervenants de la soirée

Les thèmes de la soirée seront présentés par :

  • Mathilde Berchon, chargée d’affaire au TechShop Leroy-Merlin, qui proposera une visite guidée du TechShop Leroy-Merlin d’Ivry ;
  • Farid Taleb, chargé de projet création d’entreprises au centre de l’entrepreneuriat de Choisy-le-Roi ;
  • L’agence Coopérative MU, spécialiste de l’éco-conception, aide à la décision et force de propositions, de l’idée au produit !
  • Le Matériaupôle, le cluster francilien des matériaux, recherche et procédés, d’Ile-de-France.

La soirée se clôturera autour d’un verre.

Le déroulé de la soirée au TechShop Leroy-Merlin

Déroulé

  • 18h30  – arrivée et accueil
  • 18h45 – visite du TechShop
  • 19h00 – Mathilde Berchon
  • 19H05 – Farid Taleb (15 min) + questions
  • 19H20 – Coop MU (15 min) + questions
  • 19H35 – Matériaupôle (5 min)
  • 19H40 – Verre de l’amitié + réseautage
  • 20h30 – Fin de la soirée
Attention, les places sont limitées. Prenez soin de vous inscrire. 

Réservez votre soirée pour ce temps de rencontre particulier en cliquant sur ce lien : le mercredi 14 juin 2017.

 Vous pouvez également partager l’événement Facebook sur votre propre page : FACEBOOK
Les prochaines soirées des adhérents auront lieu le mercredi 13 septembre 2017, le mercredi 06 décembre 2017
Partagez !

Ecoconception : un levier de croissance pour les entreprises ?

Ecoconception : un levier de croissance pour les entreprises ? La matinale 2016 du Matériaupôle

Trouvez toutes les réponses sur l’écoconception lors de la Matinale du Matériaupôle le jeudi 15 décembre 2016, de 8h30 à 13h, à l’Agence du Développement du Val-de-Marne au 23 rue Raspail à Ivry-sur-Seine (94200).

La Matinale 2016 du Matériaupôle est co-organisée avec le Conseil Départemental du Val-de-Mane et l’Agence du Développement du Val-de-Marne.

Après la Matinale, nous organisons l’après-midi avec le réseau des écoacteurs du Val-de-Marne et le département une visite des ateliers de deux entreprises.

Cette matinée sera placée sous le patronage de :

  • Patrice Diguet, vice-président délégué aux activités productives du Territoire Grand Orly Seine Bièvre
  • Pierre Bell’Lloch, vice-président du Conseil départemental du Val-de-Marne
Pour vous inscrire à la MATINALE, c’est par ici.
Plus d’information sur la visites des ateliers de Bilum et de Maximum.

Présentations des intervenants

Le conférencier pour la conférence d’ouverture

Joël Ntsondé, consultant et chercheur en management, effectue actuellement une thèse au CGS – Centre de Gestion Scientifique de Mines ParisTech. Ses travaux portent sur l’innovation responsable et l’économie circulaire, et plus particulièrement, sur les mécanismes de coopération inter-organisationnels qui permettent aux acteurs socio-économiques de co-concevoir des modèles économiques à la fois plus innovants et plus durables.

 

Les pitchers

Patricia Ruscito, présidente de ArtScience 21. Flowers Of Change est une œuvre planétaire participative de l’artiste Pierre Estève destinée à faire prendre conscience à l’humanité de la nécessité d’éradiquer les déchets plastiques de la surface de la terre et des océans. A partir de bouteilles de plastique recyclées, l’artiste et des milliers de “fleuristes du changement” créent des “Floraisons”.

 

 

Flowers of Change a été labellisée COP21, COP 22 et Année Internationale de la Lumière 2015.

 

 

Yves Le Corfec, fondateur de IPSIIS. IPSIIS développe des mousses isolantes, incombustibles et réfractaires ainsi que les procédés de production et de mise en œuvre de ces matériaux. IPSIIS valorise des ressources naturelles et matériaux recyclés dans des usages améliorant l’efficacité énergétique des équipements et du bâtiment sans concession relative à la santé ou la sécurité.

 

Les matériaux IPSIIS trouvent leurs applications essentielles dans les domaines de l’isolation haute température (Fours, équipements industriels) et dans l’obtention de matériaux de construction et d’isolation par recyclage de matière secondaires ou exploitation de ressources communes.

 

 

Laura Cooper et Simon Sow, fondateurs de Mask Génération. Mask Génération est né suite à un constat simple : il n’existe aucun masque anti-pollution qui allie à la fois esthétique/mode et réelle efficacité contre les particules fines.

Or la population européenne, en particulier les cyclistes et motocyclistes, sont de plus en plus conscients de l’impact de la pollution sur leur santé et souhaitent un produit de confiance.

Notre objectif ? Faire du masque un accessoire incontournable.

 

 

Daovone Sribouavong, fondatrice de MATABASE. MATABASE participe à la structuration et à l’émergence d’une filière éco-responsable en fédérant l’ensemble des acteurs et en simplifiant l’accès aux éco-matériaux (neuf ou issus du réemploi).

Plus qu’une énième plateforme numérique,

MATABASE propose une démarche globale connectée à la réalité pour accompagner le développement d’une économie responsable et économiquement durable.

 

Gaëlle Kikteff, chargée des partenariats ressources pour les Ateliers Maximum.

Les Ateliers Maximum sont une manufacture de mobilier qui puise toute sa matière première dans les pertes de production industrielles. « Nos objets sont issus des poubelles. Notre but est qu’ils n’y retournent pas » ainsi Maximum conçoit et fabrique du mobilier à partir des chutes, pertes et rebuts des productions industrielles.

Ces productions en séries entraînent des déchets qui sont eux aussi sériels, tant dans la constance de leur forme que dans la récurrence de leur « fabrication ».

Il est donc possible de les envisager comme des pièces détachées au départ d’une nouvelle production en série.

Le processus de production est alors inversé. En effet, dans les industries classiques, la fabrication est faite en fonction d’un dessin. Maximum dessine en fonction de formes déjà fabriquées.

 

Pascal Colné, fondateur du cabinet conseil Univers & Conseils. Il s’agit pour nous d’accompagner l’évolution des modes de vie qui aspirent à  un espace de vie plus mobile, plus flexible, plus évolutif.

Nous souhaitons soutenir et accompagner l’émergence de nouveaux besoins liés à la recherche de ces nouveaux modes de vie, par un système constructif capable de se plier aux évolutions des besoins.

Par la réalisation écologiques de solutions durables, la limitation extrême des déchets et l’utilisation de filières courtes de produits naturels ou issus du recyclage.

 

Aurélia Wolff, fondarice de l’atelier WHOLE. Créée par Aurélia Wolff en 2014, WHOLE est une marque de design textile écologique et made in France. C’est une philosophie et un art de vivre.

Teindre de façon artisanale à partir de plantes, revaloriser les déchets, utiliser des tissus biologiques, s’inscrire dans une démarche locale, respecter l’environnement, le concept WHOLE intègre tout ce processus de l’idée au produit et jusqu’au consommateur.

Les produits WHOLE sont issus de cette nouvelle façon de penser et sont entièrement conçus et réalisés en France.

 

Les intervenants de la table ronde

Elisabeth Steffann, consultante indépendante en gestion et valorisation de projets en économie circulaire et RSE

Agir comme un catalyseur et accompagner les entreprises désireuses d’inscrire le développement durable au cœur de leur stratégie, en s’appuyant sur l’économie circulaire pour imaginer de nouveaux modèles économiques pérennes.

Faciliter le dialogue entre l’ensemble des parties-prenantes et promouvoir les actions réalisées afin de renforcer l’image et la notoriété de l’entreprise, tant en interne qu’en externe.

 

Hélène de la Moureyre, directrice de Bilum

Depuis 2005, Bilum donne une seconde vie aux matières mises au rebut et les transforme en une large collection de sacs et d’accessoires.

Unique et singulière, chaque pièce est le résultat d’une fabrication totalement française et d’une production responsable et écologique.

 

Pionnier en France de la transformation des bâches publicitaires géantes, Bilum innove sans cesse et travaille avec des matières récupérées toujours nouvelles : airbags, tissus, toiles enduites, voiles de bateau, drapeaux, affiches publicitaires, etc.

 

 

 

François-Xavier Ferrari, co-fondateur de Coopérative Mu. Mu est une agence innovante d’éco-conception. Nous identifions les enjeux environnementaux au tout début de vos projets et vous accompagnons à transformer vos idées de produits en écoproduits innovants.

 

Mu repose sur la collaboration d’experts aux métiers complémentaires : l’analyse et la précision de l’ingénierie de l’environnement, l’approche intuitive et créative du design industriel. Ils orientent vos équipes dans la création et la prise de décision tout au long du projet.

 

Elias Gérard, ingénieur chez ECHY

Comment faire entrer la lumière naturelle à l’intérieur ? C’est sur cette problématique que travaille ECHY.

Echy a trouvé la solution en captant la lumière du soleil à l’extérieur des bâtiments et la transporte à l’intérieur par le biais de la fibre optique.

Cela permet de bénéficier des impacts positifs de la lumière du soleil sur la santé (confort visuel, bien-être…), de valoriser les espaces sombres ou dépourvus d’ouvertures, d’améliorer l’efficacité énergétique des bâtiments et d’utiliser une technologie 100% naturelle, propre et durable.

 

Catalina Trujillo, fondatrice de HAIKO. HAIKO est une marque et une démarche d’éco-conception autour du carton et des fibres végétales.

 

C’est aussi un atelier de recherche et de création en ennoblissement de carton usagé.

Il vise à développer des techniques artisanales alliées à des procédés mécaniques, numériques et industriels dans le but de le transformer en véritable nouveau matériau aux applications d’architecture d’intérieur très variées.

 

Soraya Sekkouri, fondatrice de Jetbaïk. Le JetBaïk est un tricycle à assistance électrique doté d’un toit, d’un coffre, permettant le transport de 2 personnes ou de matériel.

C’est un moyen de déplacement innovant n’émettant pas de polluants, permettant une action sur l’environnement et la pollution de l’air. Il entre dans la catégorie des cycles à assistance électrique, mais intègre différentes innovations permettant de devenir le chaînon manquant entre le vélo et la voiture.

 

Par ses différences avec un vélo classique, il présente à la fois innovation technique et innovation d’usage.

Le Jetbaïk est fabriqué en France.

Partagez !