Archives par mot-clé : entreprise

Alban Delume de DMD artdesign, un designer pas comme les autres

Alban Delume est le créateur de l’entreprise DMD artdesign qui conçoit et produit des châssis entoilés sur mesure et originaux dans leurs formes.

 

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?
Cadre DMD artdesign
9e Concept et DMD artdesign

Je m’appelle Alban, j’ai 31 ans, je suis issu du retail alimentaire pour lequel j’ai travaillé six ans en tant que directeur adjoint puis directeur de magasin. Passionné par la peinture et l’art en général, j’ai voulu me rapprocher de cette filière. J’ai donc lancé DMD artdesign afin d’apporter de l’innovation dans les formes de tableaux et de cadres pour les artistes peintres.

Quelle est l’activité de DMD artdesign ?

Elle est double : d’abord, une activité de design, de conseil, un pôle conception. Ensuite, une activité d’artisanat d’art, manuelle, dite de fabrication. Nous concevons et fabriquons des tableaux et des cadres sur-mesure, hors standards pour les artistes plasticiens. Nous les accompagnons, le plus souvent, en amont de leurs créations.

Quelles sont les spécificités de vos châssis ?
Cadre DMD artdesign
Cadre DMD artdesign

Nos produits sont exclusifs, uniques. Nous ne faisons que très rarement des séries, et dans ces cas-là, chaque pièce est numérotée. Nos tableaux sont issus d’un travail préliminaire réalisés avec nos clients et partenaires. Ainsi aucun produit n’est identique !

Comment concevez-vous vos châssis ?

La conception se fait numériquement : logiciels de modélisation 3D, type architecte / designer. Les châssis et caisses américaines que nous réalisons sont ainsi designés (c’est ce qu’on appelle le CAD). Ensuite vient la préparation de l’usinage par une machine CNC, nous travaillons pour cette partie sur Fusion 360, (c’est le CAM). 

Ensuite il y a la découpe du bois en 3D proprement dite. Nous travaillons le plus souvent au TechShop, les ateliers Leroy Merlin, pour cette partie sur la CNC.

Le reste du process se fait en atelier. C’est le travail d’artisanat : un peu de menuiserie, un peu d’ébénisterie, de tapisserie, suivi de peinture, etc…

Quelles sont les perspectives de développement pour votre produit ?

Ayant une seule année d’existence, il faut continuer à capitaliser sur notre modèle actuel : des grosses commandes uniques avec des artistes de renom. Cela va nous permettre d’asseoir notre notoriété et notre légitimité, tout en surfant sur celles de nos artistes.

D’ici un an, il faudra se concentrer sur les commandes les plus importantes et les plus qualitatives. L’idée est de toujours tendre vers un accompagnement artistique exclusif, pour des réalisations uniques et prestigieuses, plutôt que de se diriger vers de la série et de l’industrialisation.

Quelle est votre actualité ?
Caisse américaine pour René Maître par DMD artdesign
Caisse américaine pour René Maître par DMD artdesign

Des expositions majeures sont en cours avec Alëxone, Arnaud Liard, Stew, le 9ème Concept et d’autres artistes. De très belles pièces vont être exposées dans les galeries très prochainement et tout le monde va se régaler, j’en suis sûr !

Que vous apporte ou va vous apporter votre adhésion au Matériaupôle ?

J’espère profiter de l’émulation qu’est celle de Matériaupôle et de bénéficier de l’expertise de certains membres, notamment en termes de stratégie et d’optimisation de production. Notre soucis permanent est de trouver l’adéquation entre le prix de vente et le prix d’acceptation du marché.

Présentation d’un travail à quatre mains avec l’artiste SteW

Quand la création est parfois une re-création, une récréation…

Alban, vous avez travaillé avec le streetartiste SteW. Quels ont été ses rapports au support pour sa nouvelle exposition ?

SteW
SteW

Les supports sont depuis toujours multiples : panneaux en bois pour les peintures anciennes, la toile pour les Beaux-Arts, le mur en pierre ou le béton pour le grafitti… Le support n’est pas nécessairement une contrainte ni une constante. Il est un élément à intégrer dans la création artistique, je dirai même qu’il devrait être envisagé en amont de la création.

De la même manière que la nature des supports n’est pas constante, leurs formats non plus ne doivent pas être enfermés dans les formats rectangulaires bien connus : figure ; paysage ; marine). Il faut jouer avec, faire varier les formats pour multiplier les résultats.

Concrètement, comment avez-vous travaillé sur les œuvres de SteW présentées à GCA Gallery ? Ce sont tout de même des objets fragiles.

Encadrements DMD artdesign pour SteW
Encadrements DMD artdesign pour SteW

SteW souhaitait utiliser d’anciens morceaux de plancher en bois pour exploiter leur esthétisme. Il voulait aussi s’écarter des supports classiques que sont les châssis entoilés. Il désirait redonner vie à des matériaux pauvres et oubliés.

Nous avions deux moyens d’encadrer ses œuvres. Les caisses américaines pouvaient épouser précisément les contours extérieurs de ces panneaux de bois abandonnés. Nous pouvions également uniformiser la géométrie des œuvres choisies pour obtenir des octogones réguliers et symétriques.

Contrastes et irrégularités

Après lui avoir proposé plusieurs solutions, Stew a préféré uniformiser l’ensemble des cadres pour harmoniser sa série. Ce choix a permis d’apporter un contraste avec les irrégularités des panneaux de bois, relevant à la fois l’oeuvre et l’encadrement.

Comment décririez-vous votre collaboration ? Êtiez-vous dans une relation classique de prestataire-commanditaire prestation ou de co-création avec l’artiste ?

Encadrements DMD artdesign pour SteW
Encadrements DMD artdesign pour SteW

Ce n’était pas la première fois que nous collaborions avec SteW. Dans ce cas de figure, Stew m’a identifié ses besoins. Nous avons testé le meilleur produit pour l’ajuster au meilleur coût. Mais après livraison des caisses, SteW les a « customisé » à son goût. Il a appliqué un liseré doré sur le dessus des caisses, qui fait la différence. Ainsi, le cadre fait partie intégrante de l’œuvre.

Aujourd’hui, notre collaboration se poursuit. Nous préparons des tableaux fait de plusieurs toiles tissées entre elles, je ne vous en dis pas plus mais ça déchire !!!!

 

Retrouvez toute l’actualité de DMD artdesign sur son site Internet : http://dmdartdesign.com/

Consultez le dossier de presse de DMD artdesign et imprégnez-vous un peu plus dans son univers : Dossier de Presse

 

Partagez !

Pascal Quetin, expert en organisation de production

Pascal Quetin a choisi de poursuivre son activité professionnelle en proposant de mettre son expertise de l’organisation de production au service des membres du réseau du Matériaupôle.

Quarante années d’expérience

Avec toutes ses années d’expérience, Pascal est expérimenté dans les secteurs de l’habillement, l’automobile et la logistique interne. Sa compétence s’est bâtie en occupant des postes de production (couture, logistique, assemblage…) et  des fonctions de responsable de fabrication et de services techniques liés à la production industrielle.

Que souhaite apporter Pascal Quetin à Matériaupôle et à ses adhérents ?

Il est surtout convaincu que la force industrielle d’un pays passe par la performance de son réseau de TPE et PME. C’est par la réactivité et l’adaptation permanente que ces entreprises doivent répondre aux demandes et aux besoins de leurs clients.

Nourri par sa passion pour la production, il veut mettre ses compétences à disposition du Matériaupôle. De cette façon, il souhaite pouvoir aider les entreprises adhérentes à répondre à deux besoins qu’elles recherchent mais qu’elles n’ont pas toujours la possibilité de satisfaire :

  • le support technique.
  • la formation.

Des entreprises font appel aux services de Pascal Quetin. Voici des exemples de proposition de formation ou d’études qu’il dispense :

  • Support méthodes (gamme de fabrication, analyse des temps, équilibrage…),
  • Organisation de la production et des flux logistique interne,
  • Assistance de progrès continus (analyse de la valeur, 5S, Kaizen, SMED, Poka Yoké…)
  • Formation au calcul des temps (chronométrage ou prédéterminés (MTM, SMB2)…)

Pour plus de détails et d’information : www.pascal-quetin.com

Partagez !

L’écoconception, un levier de croissance pour les entreprises ?

Vous vous interrogez encore sur l’écoconception ? Comment se traduit-elle dans le champ économique ? Quelles réponses apportent les entreprises à ces problématiques environnementales, économiques et sanitaires ? Trouvez vos réponses lors de la Matinale du Matériaupôle le jeudi 15 décembre 2016, de 8h30 à 13h, à l’Agence du Développement du Val-de-Marne au 23 rue Raspail à Ivry-sur-Seine (94200).

 

Pour une entreprise, la démarche de l’écoconception, c’est la prise en compte de toutes les étapes de la vie d’un objet depuis le sourcing des matières premières jusqu’à la fin de vie de cet objet. Il s’agit de limiter le recours aux matières premières, de réduire les dépenses énergétiques, à utiliser les matières secondaires issues du réemploi. Il faut que toutes ces étapes soient réalisées dans le respect de contraintes environnementales, socioéconomiques et sanitaires.

 

L’Ademe constate que « pour une entreprise, l’écoconception est susceptible d’avoir un impact sur l’ensemble de la chaîne de valeur de son produit (bien ou service) : en amont sur ses approvisionnements et ses relations avec ses fournisseurs, mais aussi en aval sur son positionnement et ses relations avec ses clients ».

 

Est-il prématuré de faire un constat des répercussions des mesures écoconçues dans le secteur économique ? A l’échelle des chaînes de productions ou des offres de services, on constate qu’il existe encore peu de marchés qui soient impactés par la démarche.

Dans la réalité économique, ce sont les entrepreneurs qui constatent encore trop souvent la difficulté qu’ils ont d’obtenir des parts de marché si ils utilisent comme argument principal de vente : biodiversité, impact environnemental, réutilisation ou recyclage.

 

Nous évoquerons ces sujets avec avec une conférence introduisant la démarche d’écoconception, des témoignages d’entrepreneurs, des présentations courtes de solutions écoconçues d’adhérents du Matériaupôle, une table ronde présentant les contraintes réglementaires et les différents outils d’écoconception utilisés par les entreprises (Analyse du Cycle de Vie, le craddle to craddle, la matrice Matériaux Énergie Toxicité…).

 

Depuis sa création en 2009, l’association Matériaupôle Paris Seine-Amont (statut loi 1901) regroupe dans un même réseau tous les savoirs, tous les métiers et tous les secteurs d’activités, à la condition qu’ils soient liés aux matériaux. Elle accompagne ses adhérents dans leurs démarches d’innovation et met en valeur les résultats obtenus. L’association compte en 2016 plus d’une soixantaine d’adhérents, essentiellement des PME, des TPE, des startups et des laboratoires de recherche.

 

Pour vous inscrire à la Matinale, c’est par ici : inscription à la Matinale 2016

Pour en savoir sur nos activités, dirigez-vous vers notre site Internet

Partagez !

Le Matériaupôle participe à Option StartUp !

Matériaupôle participe à la deuxième édition de l’opération Option StartUp.

qu’est-ce que c’est ?

Du 6 au 7 octobre 2016,  de 9h-10h30 /11h-12h30 puis de 13h30-15h / 15h30 -17hl’équipe du Matériaupôle et ses partenaires accueilleront des élèves de 3ème, 2nde, 1ère, et terminale (académies de Créteil et Versailles) dans le cadre de l’action Option StartUp. Des classes de jeunes viendront découvrir au 6 rue Pasteur notre réseau des startups, TPE/PME qui évoluent dans le monde des matériaux innovants.

Une démarche active et présentielle à l’initiative de la Ville de Paris et de Paris&Co puisqu’ils feront la rencontre dans plus de soixante lieux d’entrepreneurs et salariés d’entreprises innovantes sur le périmètre de « l’Arc de l’innovation ».

Les collégiens et lycéens viendront échanger avec vous !

Que ce soit sur votre parcours professionnels, sur votre projet et votre façon de le porter !

A vous de transmettre la flamme de l’entrepreneuriat, de la création et des matériaux !

Le Matériaupôle A besoin de vous !

Pour répondre au mieux aux attentes des élèves, nous faisons un appel à collaboration parmi nos adhérents. Merci de prendre quelque minutes pour répondre à ce court questionnaire.

Venez sensibiliser les jeunes aux métiers liés aux matériaux !

Présentez votre parcours !

Faites découvrir votre projet, votre entreprise !

Plusieurs créneaux disponibles pour vos présentations : participation à Option StartUp.

Partagez !

Retour sur la soirée des adhérents d’avril 2016

Pour la seconde soirée des adhérents 2016, trente d’entre vous ont répondu présent à l’appel du Matériaupôle. Encore une fois, cette réunion a été un beau moment convivial d’échanges et de rencontres pour nos adhérents.

"Cette formule d'évènements avec des présentations suivie d'un temps de questions-réponses mérite d'être poursuivie avec d'autres partenaires pour répondre aux attentes et interrogations de nos adhérents". Nous travaillons donc dans ce sens. Mais déjà, nous envisageons d'autres formules qui continuerons de mêler convivialité et opportunités."

Le président du Matériaupôle, Bernard Fontaine.

Lors de cette soirée des adhérents, les adhérents présents ont pu assister à la présentation de la BPI France et de l’INPI. Ces deux institutions ont pu faire un focus sur leurs missions respectives. Ce qui n’a pas manqué de soulever un certain nombre de questions concernant les besoins exprimés parmi les adhérents présents.

En attendant, voici les services que peuvent vous apporter ces structures pour le développement de votre activité.

La BPI France

Bpifrance accompagne les entreprises de l’amorçage jusqu’à la cotation en bourse, du crédit aux fonds propres. Cet organisme offre des solutions de financement adaptées à chaque étape de la vie d’une entreprise.

Les principaux métiers de Bpifrance sont :

  • le financement de court, moyen et long terme en partenariat  avec les banques, la garantie des concours financiers ;
  • le financement de l’innovation ;
  • les investissements en fonds propres ;
  • le financement des besoins des entreprises à l’export.

Céline Passedouet a fait une présentation générale de l’ensemble des dispositifs d’accompagnement qui viennent soutenir l’innovation au sein de la BPI France.

 » C’était très intéressant de rencontrer toutes ces personnes aux parcours différents, rassemblées autour du Matériaupôle. Elles ont néanmoins un point commun, elles sont toutes porteuses de projets innovants, mon cœur de cible à la Bpi. À l’issue de ma présentation, j’ai pu discuter avec des adhérents intéressés par les outils de financement dont je m’occupe. Ce temps d’échanges m’a permis de rentrer dans les détails de leurs projets. J’ai pu présenter plus précisément les dispositifs de soutien à l’innovation mis en place par la banque. »

Très heureuse d’avoir été invitée, madame Céline Passedouet, est  prête à revenir pour rencontrer de nouveaux adhérents.

Pour plus d'informations, consultez le site Internet de Bpi France : http://www.bpifrance.fr/

L’INPI

L’Institut Nationale de la Propriété Intellectuelle (INPI) est un  établissement public autofinancé et placé sous la tutelle du ministère de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique.

Il participe activement à :

  • l’élaboration et la mise en œuvre des politiques publiques dans le domaine de la propriété intellectuelle ;
  • de soutien à l’innovation et à la compétitivité des entreprises ;
  • dans la lutte anti-contrefaçon.

Il convient tout d’abord de bien prendre en compte le « libre parcours des idées. Une idée en tant que telle n’est pas appropriable. C’est tout ce qui découle de cette idée qui peut faire l’objet d’une protection ». C’est par ces mots que Patrick Barberis, chargé d’affaires auprès de l’Institut National de la Propriété Industrielle, a introduit son intervention sur la question de la propriété intellectuelle, lors de la soirée des adhérents.

Il a pu établir un premier contact avec nos adhérents présents ce soir-là. Comme Céline Passedouet de BPI France, il a été enchanté par le rendez-vous. « Ce temps de rencontre a été très positif pour moi. C’était intéressant parce que j’étais dans mon rôle : aller à la rencontre et être au service de futurs acteurs économiques du territoire. J’ai donné des éléments de réponses à des interrogations et c’était satisfaisant. J’aurais souhaité bénéficier de plus de temps pour mieux échanger mais c’était déjà bien pour un premier contact avec vos adhérents » explique-t-il.

Depuis, Monsieur Barberis accompagne trois adhérents dans leurs démarches de propriétés intellectuelles : Haiko, Marbres d’ici et Univers et Conseils. « Ils sont tous dans une réflexion de protection de leurs produits ou idées. Ils veulent les protéger au mieux » rappelle le chargé d’affaires.

Ce premier contact préalable avec ces adhérents va déboucher sur un suivi personnalisé. S’ensuivra pour certains d’entre eux des visites en entreprise des représentants de l’Inpi ou une orientation vers des conseillers en propriété industrielle ou encore vers des avocats spécialistes en propriété intellectuelle.

À RETENIR : afin de garantir les meilleures conditions d’une sécurité juridique la plus adaptée, Mr Barberis recommande de prendre rendez-vous auprès des chargés d’affaires de l’Inpi, des consultants externes de permanence dans les locaux de l’Institut.

Pour vous rendre sur le site Internet de l'Inpi, cliquez ici : https://www.inpi.fr/fr

Si vous souhaitez contacter madame Céline Passedouet ou monsieur Patrick Barberis, n’hésitez pas à nous solliciter pour obtenir leurs coordonnées.

SAVE THE DATE : La prochaine soirée des adhérents du mardi 28 juin 2016 se tiendra après l’assemblée générale ordinaire et l’assemblée générale extraordinaire au 6 rue Pasteur à Vitry.

Vous recevrez bientôt d es informations concernant cet événement Matériaupôle.

Partagez !

Appel à projets ESS du Conseil Départemental du Val-de-Marne

Le Conseil Départemental du Val-de-Marne renouvelle son soutien à l’économie sociale et solidaire à travers son appel à projets ESS  du territoire.

Pour cet appel à projets ESS 2016, jusqu’à 80 000 € seront répartis entre les différents projets sélectionnés par le jury. Le département du Val-de-Marne pourra financer jusqu’à 70 % du montant total du projet. Le projet doit être un projet établi dans le Val-de-Marne, au stade d’émergence (étude de faisabilité) ou de démarrage et doit être porté par une structure de l’économie sociale et solidaire.

Cet appel à projets concerne les acteurs de l’économie sociale et solidaire (Association ; SCOP ; Coopérative ; SCIC ; …). Le projet doit présenter un ancrage territorial fort, une utilité sociale avérée, s’inscrire dans une démarche de cohésion sociale et territoriale, être viable économiquement et permettre la création/consolidation d’emploi(s).

Informations complémentaires

Vous avez jusqu’au lundi 27 juin 2016 à 12h00 pour répondre à cet appel à projets.

Formulaire de pré-candidature : Formulaire de pré-candidature

Retrouvez l’ensemble des informations ici : Appel à projets de développement social et solidaire du territoire

 

 

Partagez !