Archives par mot-clé : ipsiis

Ecoconception : un levier de croissance pour les entreprises ?

Ecoconception : un levier de croissance pour les entreprises ? La matinale 2016 du Matériaupôle

Trouvez toutes les réponses sur l’écoconception lors de la Matinale du Matériaupôle le jeudi 15 décembre 2016, de 8h30 à 13h, à l’Agence du Développement du Val-de-Marne au 23 rue Raspail à Ivry-sur-Seine (94200).

La Matinale 2016 du Matériaupôle est co-organisée avec le Conseil Départemental du Val-de-Mane et l’Agence du Développement du Val-de-Marne.

Après la Matinale, nous organisons l’après-midi avec le réseau des écoacteurs du Val-de-Marne et le département une visite des ateliers de deux entreprises.

Cette matinée sera placée sous le patronage de :

  • Patrice Diguet, vice-président délégué aux activités productives du Territoire Grand Orly Seine Bièvre
  • Pierre Bell’Lloch, vice-président du Conseil départemental du Val-de-Marne
Pour vous inscrire à la MATINALE, c’est par ici.
Plus d’information sur la visites des ateliers de Bilum et de Maximum.

Présentations des intervenants

Le conférencier pour la conférence d’ouverture

Joël Ntsondé, consultant et chercheur en management, effectue actuellement une thèse au CGS – Centre de Gestion Scientifique de Mines ParisTech. Ses travaux portent sur l’innovation responsable et l’économie circulaire, et plus particulièrement, sur les mécanismes de coopération inter-organisationnels qui permettent aux acteurs socio-économiques de co-concevoir des modèles économiques à la fois plus innovants et plus durables.

 

Les pitchers

Patricia Ruscito, présidente de ArtScience 21. Flowers Of Change est une œuvre planétaire participative de l’artiste Pierre Estève destinée à faire prendre conscience à l’humanité de la nécessité d’éradiquer les déchets plastiques de la surface de la terre et des océans. A partir de bouteilles de plastique recyclées, l’artiste et des milliers de “fleuristes du changement” créent des “Floraisons”.

 

 

Flowers of Change a été labellisée COP21, COP 22 et Année Internationale de la Lumière 2015.

 

 

Yves Le Corfec, fondateur de IPSIIS. IPSIIS développe des mousses isolantes, incombustibles et réfractaires ainsi que les procédés de production et de mise en œuvre de ces matériaux. IPSIIS valorise des ressources naturelles et matériaux recyclés dans des usages améliorant l’efficacité énergétique des équipements et du bâtiment sans concession relative à la santé ou la sécurité.

 

Les matériaux IPSIIS trouvent leurs applications essentielles dans les domaines de l’isolation haute température (Fours, équipements industriels) et dans l’obtention de matériaux de construction et d’isolation par recyclage de matière secondaires ou exploitation de ressources communes.

 

 

Laura Cooper et Simon Sow, fondateurs de Mask Génération. Mask Génération est né suite à un constat simple : il n’existe aucun masque anti-pollution qui allie à la fois esthétique/mode et réelle efficacité contre les particules fines.

Or la population européenne, en particulier les cyclistes et motocyclistes, sont de plus en plus conscients de l’impact de la pollution sur leur santé et souhaitent un produit de confiance.

Notre objectif ? Faire du masque un accessoire incontournable.

 

 

Daovone Sribouavong, fondatrice de MATABASE. MATABASE participe à la structuration et à l’émergence d’une filière éco-responsable en fédérant l’ensemble des acteurs et en simplifiant l’accès aux éco-matériaux (neuf ou issus du réemploi).

Plus qu’une énième plateforme numérique,

MATABASE propose une démarche globale connectée à la réalité pour accompagner le développement d’une économie responsable et économiquement durable.

 

Gaëlle Kikteff, chargée des partenariats ressources pour les Ateliers Maximum.

Les Ateliers Maximum sont une manufacture de mobilier qui puise toute sa matière première dans les pertes de production industrielles. « Nos objets sont issus des poubelles. Notre but est qu’ils n’y retournent pas » ainsi Maximum conçoit et fabrique du mobilier à partir des chutes, pertes et rebuts des productions industrielles.

Ces productions en séries entraînent des déchets qui sont eux aussi sériels, tant dans la constance de leur forme que dans la récurrence de leur « fabrication ».

Il est donc possible de les envisager comme des pièces détachées au départ d’une nouvelle production en série.

Le processus de production est alors inversé. En effet, dans les industries classiques, la fabrication est faite en fonction d’un dessin. Maximum dessine en fonction de formes déjà fabriquées.

 

Pascal Colné, fondateur du cabinet conseil Univers & Conseils. Il s’agit pour nous d’accompagner l’évolution des modes de vie qui aspirent à  un espace de vie plus mobile, plus flexible, plus évolutif.

Nous souhaitons soutenir et accompagner l’émergence de nouveaux besoins liés à la recherche de ces nouveaux modes de vie, par un système constructif capable de se plier aux évolutions des besoins.

Par la réalisation écologiques de solutions durables, la limitation extrême des déchets et l’utilisation de filières courtes de produits naturels ou issus du recyclage.

 

Aurélia Wolff, fondarice de l’atelier WHOLE. Créée par Aurélia Wolff en 2014, WHOLE est une marque de design textile écologique et made in France. C’est une philosophie et un art de vivre.

Teindre de façon artisanale à partir de plantes, revaloriser les déchets, utiliser des tissus biologiques, s’inscrire dans une démarche locale, respecter l’environnement, le concept WHOLE intègre tout ce processus de l’idée au produit et jusqu’au consommateur.

Les produits WHOLE sont issus de cette nouvelle façon de penser et sont entièrement conçus et réalisés en France.

 

Les intervenants de la table ronde

Elisabeth Steffann, consultante indépendante en gestion et valorisation de projets en économie circulaire et RSE

Agir comme un catalyseur et accompagner les entreprises désireuses d’inscrire le développement durable au cœur de leur stratégie, en s’appuyant sur l’économie circulaire pour imaginer de nouveaux modèles économiques pérennes.

Faciliter le dialogue entre l’ensemble des parties-prenantes et promouvoir les actions réalisées afin de renforcer l’image et la notoriété de l’entreprise, tant en interne qu’en externe.

 

Hélène de la Moureyre, directrice de Bilum

Depuis 2005, Bilum donne une seconde vie aux matières mises au rebut et les transforme en une large collection de sacs et d’accessoires.

Unique et singulière, chaque pièce est le résultat d’une fabrication totalement française et d’une production responsable et écologique.

 

Pionnier en France de la transformation des bâches publicitaires géantes, Bilum innove sans cesse et travaille avec des matières récupérées toujours nouvelles : airbags, tissus, toiles enduites, voiles de bateau, drapeaux, affiches publicitaires, etc.

 

 

 

François-Xavier Ferrari, co-fondateur de Coopérative Mu. Mu est une agence innovante d’éco-conception. Nous identifions les enjeux environnementaux au tout début de vos projets et vous accompagnons à transformer vos idées de produits en écoproduits innovants.

 

Mu repose sur la collaboration d’experts aux métiers complémentaires : l’analyse et la précision de l’ingénierie de l’environnement, l’approche intuitive et créative du design industriel. Ils orientent vos équipes dans la création et la prise de décision tout au long du projet.

 

Elias Gérard, ingénieur chez ECHY

Comment faire entrer la lumière naturelle à l’intérieur ? C’est sur cette problématique que travaille ECHY.

Echy a trouvé la solution en captant la lumière du soleil à l’extérieur des bâtiments et la transporte à l’intérieur par le biais de la fibre optique.

Cela permet de bénéficier des impacts positifs de la lumière du soleil sur la santé (confort visuel, bien-être…), de valoriser les espaces sombres ou dépourvus d’ouvertures, d’améliorer l’efficacité énergétique des bâtiments et d’utiliser une technologie 100% naturelle, propre et durable.

 

Catalina Trujillo, fondatrice de HAIKO. HAIKO est une marque et une démarche d’éco-conception autour du carton et des fibres végétales.

 

C’est aussi un atelier de recherche et de création en ennoblissement de carton usagé.

Il vise à développer des techniques artisanales alliées à des procédés mécaniques, numériques et industriels dans le but de le transformer en véritable nouveau matériau aux applications d’architecture d’intérieur très variées.

 

Soraya Sekkouri, fondatrice de Jetbaïk. Le JetBaïk est un tricycle à assistance électrique doté d’un toit, d’un coffre, permettant le transport de 2 personnes ou de matériel.

C’est un moyen de déplacement innovant n’émettant pas de polluants, permettant une action sur l’environnement et la pollution de l’air. Il entre dans la catégorie des cycles à assistance électrique, mais intègre différentes innovations permettant de devenir le chaînon manquant entre le vélo et la voiture.

 

Par ses différences avec un vélo classique, il présente à la fois innovation technique et innovation d’usage.

Le Jetbaïk est fabriqué en France.

Partagez !

Option Start UP, des élèves rencontrent des adhérents du Matériaupôle

Les 6 et 7 octobre 2016 s’est tenue l’opération Option Start Up, une initiative de la ville de Paris et de Paris & Co. À l’attention des élèves de 3ème, 2nde, 1ère et terminale, il s’agit pour eux de vivre un moment de découverte des métiers de la création d’entreprises. Douze de nos adhérents ont répondu présents et ont pu échanger autour de leurs expériences d’entrepreneurs : consultants, chefs d’entreprise, artistes ; les différents profils de nos membres ont été bien représentés. Sans complexes, ils ont évoqué leurs difficultés, leurs échecs et leur pugnacité à inventer pour perdurer.

Simon Sow, responsable de la start-up Mask Génération explique apprécier les échanges avec le public des jeunes. « C’est d’autant plus nécessaire qu’ils représentent l’avenir. Les sensibiliser au monde du travail à travers nos expériences professionnelles est bénéfique pour eux mais aussi pour nous, parce que notre participation à un tel événement est ’elle est enrichissante. C’est aussi l’occasion d’insister sur une notion qu’ils considèrent comme inatteignable : l’épanouissement professionnel. Voilà pourquoi il faut leur présenter des pistes possibles, notamment par le biais de l’entrepreunariat. »

Tatiana Bizard, notre jeune entrepreneuse a été très touchée par les échanges qu’elle a pu établir avec les élèves pendant Option Start UP : « La rencontre avec les  lycéens dans les locaux de Matériaupôle reste un superbe souvenir. J’ai partagé avec eux mon histoire de mère. Être confrontée à une difficulté avec son bébé, constater un besoin universel,  y réfléchir pour trouver une solution et finir par déposer un brevet pour solutionner la difficulté de départ. Ces jeunes gens, projetés dans la confidence de l’invention, ont posé des questions et émis des avis qui m’ont conforté dans ma démarche. C’est important de rencontrer et d’échanger avec ces jeunes gens car il germe chez beaucoup, l’envie de créer, d’innover avec la certitude qu’en travaillant sérieusement, entreprendre est pour eux concrètement et passionnément pour demain. »

Pour certains d’entre eux, entreprendre leur a paru plus accessible qu’ils imaginaient. Quelques-uns envisagent de créer leur propre activité dans des univers aussi divers que la finance, la mode, l’ingénierie informatique ou le sport hippique.

Cependant, Cécile Barrio, présidente de IP Stream, un cabinet conseil autour de la propriété industrielle fait la remarque suivante : « je pense que le programme Option Start Up est très utile mais il faudrait peut-être que les élèves aient un peu de temps pour s’y préparer à l’avance. Mais les modalités concrètes sont peut être difficiles à mettre en œuvre ».

Yannis, en terminale au lycée de Limeil-Brévannes a apprécié d’être « encouragé à croire en nous-même ».

Devant le succès de nos propositions, tous nos créneaux étaient complets, nous allons reconduire l’opération l’année prochaine.

Les classes participantes à venir nous visiter pendant Option Start UP ont été : la 1ère STMG du lycée Maurice Genevoix de Montrouge, la Terminale STMG, ressources humaines et mercatique du lycée Guillaume Buté de Limeil-Brévannes, la 1ère Classe professionnelle en EDPI du lycée Diderot à Paris (19),la 3ème généraliste du collège André Malraux à Paris (17e), la 1ère du lycée Léonard de Vinci à Paris (15e).

Nous remercions nos adhérents pour leurs présence à cette première fois pour l’association : Alexandre Bordenave de Ipsiis, Valérie Anne de Couleurs d’Hadoinie, Pascal Colné et Aline Maréchaux de Univers & Conseils, Cécile Barrio de IP Stream, le street artiste SteW, Guillaume Lehoux de Noir Vif, Simon Sow de Mask Génération, Tatiana Bizard de Happy Milk, Olivier Jourdan, consultant indépendant, Catalina Trujillo de Haiko et Damien Cacouault de Campus Urbain.

Partagez !

Retour sur la Journée thermique des matériaux du 8 mars 2016 à Vitry-sur-Seine

Le 8 mars 2016, à Vitry-sur-Seine au domaine Chérioux, s’est tenu la Journée Technique sur la  Thermique des Matériaux au département de chimie de l’IUT Créteil-Vitry. Un séminaire co-organisé par le Réseau Mesure et le Matériaupôle, en collaboration avec des sociétés du secteur : Themacs Ingénierie, Optris, Stil, MPC et PerkinElmer

Toute la journée durant, de 9h30 à 16h30, des laboratoires de recherche, des institutions, des sociétés commerciales, des experts, des TPE/PME du secteur de la mesure thermique se sont relayés pour répondre au thème proposé : quels outils pour la thermique des matériaux ?

Matériaupôle - Journée Thermique des matériaux (4)

Une question centrale pour la cinquantaine de spécialistes, présents dans l’hémicycle.  Les problématiques thermiques sont omniprésentes dans l’industrie. Une mesure précise de la température et la connaissance des propriétés thermiques des matériaux est indispensable à la compréhension des phénomènes. Comme l’a souligné le président du Matériaupôle, Bernard Fontaine, en préambule de la Journée,  « la mesure thermique des matériaux est un enjeu fort pour l’industrie et la recherche car ce thème est d’importance au vu du nombre de secteurs économiques concernés : le bâtiment, les travaux publics, l’aéronautique, l’automobile, et bien d’autres secteurs d’activités encore ».

Matériaupôle - Journée Thermique des matériaux (2)

Le programme des présentations a débuté par les différentes méthodes de mesure des températures.

Mr Lux, de la société STIL, spécialisée dans la fabrication de thermométrie à dilatation de liquide, a présenté les particularités de ses produits et la finesse de lecture de mesures.

Mr Lorioux, de l’établissement MPC, co-organisateur de la journée, a présenté sa méthode de mesures électriques par thermocouples et sondes à résistance.

Monsieur Viarouge de l’entreprise OPTRIS a mis au point des matériels de mesures optiques par pyrométrie et caméras thermiques. Ce kit technique permet de mesurer des températures dans des fosses d’incinération, de détecter et d’anticiper des départs de feu dans les stockages de coke d’un site industriel, dans le cadre d’une action préventive demandée par les banques d’assurances du lieu.

Mr Bodnar, de la Société Française de physique a exposé l’ensemble des travaux piloté par l’université de Reims sur les apports de la thermographie active dans le domaine du Contrôle Non Destructif. Ces travaux sont intervenus dans des applications concrètes de restauration d’œuvres d’art ou dans l’inspection d’ailettes de réacteurs et propulseurs, pièces aéronautiques critiques. L’idée de base a expliqué Mr Bodnar, « est de forcer un matériau, en le soumettant à un transitoire thermique (essentiellement conductif) à émettre par rayonnement thermique, des informations non accessibles par thermographie infrarouge passive (structure interne de l’échantillon, détection de défauts, mesure d’épaisseur de revêtement, mesure de diffusivité thermique, mesure d’effusivité thermique,… ».

L’après-midi a été consacrée aux mesures d’émissivité et d’albédo mises en avant par monsieur Hameury du Laboratoire national de métrologie et d’essais (LNE), et Mr Monchau de l’entreprise Themacs, adhérent du Matériaupôle et du Réseau Mesure.

Matériaupôle - Journée Thermique des matériaux (11)

Enfin, les dernières applications de l’analyse thermique dans l’industrie ont été passées en revue par Monsieur Michelet de la société PerkinElmer, un constructeur bien connu des visiteurs.

Pendant les temps de pause, un espace b2b et de démonstration a été mis en place afin de présenter les dernières innovations du secteur et de faciliter les échanges, les possibles partenariats entre les participants.

Matériaupôle - Journée Thermique des matériaux (66)

Un repas africain, préparé par le restaurant de réinsertion Le Baobab à Ivry a marqué les esprits et la collation de fin de journée proposée par l’IUT de Vitry a été également appréciée de tous.

Matériaupôle - Journée Thermique des matériaux (111)

Les échanges ont été conclus par l’intervention d’Estelle Duflot, directrice du Réseau Mesure. Elle a souligné l’importance des synergies créatrices de valeurs et du travail collaboratif entre les différents partenaires. « Ils ont permis le succès de cette rencontre thématique. Ainsi des problématiques précises d’innovation et de valorisation de savoir-faire techniques ont pu être. L’expérience est à reconduire sur d’autres problématiques » a-t-elle conclue.

Réseau Mesure - Journée Thermique des matériaux (60)

Martine Cornu, chef de projets filières et innovation au Territoire Seine-Amont EPT 12 a clôturé la journée aux noms des élus du territoire absents pour cause de conseil territorial ce même jour.

Matériaupôle - Journée Thermique des matériaux (20)

Nos remerciements vont au territoire Seine Amont EPT 12, l’UPEC et l’IUT de CRETEIL-VITRY et leurs équipes, le LNE, le MATERIAUPOLE, le RESEAU MESURE, la SOCIETE FRANCAISE DE PHYSIQUE. Les entreprises participantes : MPC, OPTRIS, PERKIN ELMER, STIL, THEMACS.

 

Le Réseau Mesure est une association loi 1901 à but non lucratif regroupant des entreprises spécialistes de l’instrumentation et de la mesure. Consultez leur site pour plus de renseignements : www.reseau-mesure.com/

Le Matériaupôle Paris Seine-Amont, association loi 1901, est un réseau qui a pour vocation de développer la filière matériaux en Ile-de-France et d’être la référence en matière de compétence pluridisciplinaires « matériaux et usages ». Pour plus d’informations, rendez-vous sur leur site : www.materiaupole.com

Partagez !