Archives par mot-clé : materiaux

Rebelote pour l’opération Option Start Up avec le Matériaupôle !

Option Start UP s’est déroulé dans la matinée du mardi 16 octobre 2018, dans notre incubateur à Vitry-sur-Seine. C’était notre troisième participation, cette année. Nous avons accueilli seize élèves du lycée professionnel et technologique Génevoix, de la ville de Montrouge. Ils étaient en 1ère STMG1G2, accompagnés de leur professeur SDG.

En plus d’une présentation du Matériaupôle par Arnaud Bousquet, ils ont découvert les activités de l’association Cultures du Cœur Val-de-Marne. « Nous avons eu le plaisir dans le cadre de l’option Start Up de présenter aux élèves de Première de ce lycée, le fonctionnement d’une association et notre nouveau projet d’innovation sociale L’expo bavarde. Ce que nous avons retenu de cette expérience ? Et bien, qu’il est toujours très enrichissant de pouvoir partager son expérience avec des jeunes et de recueillir directement auprès d’eux leur avis sur un projet en développement. Nous nous réinscrirons dans cette action avec plaisir !»

Agilcare (photo) leur a présenté leur solution de construction renouvelable en bois. D’après leur professeur, ils ont beaucoup pris de plaisir à la présentation des constructions modulables développés par la jeune entreprise.

Moules et matières.

Enfin, ils ont eu l’opportunité de rencontrer Eric Pascalis, le maquettiste-prototyiste de la Mehari de Citroën. Elle a été la première voiture en plastique thermoformée, produite industriellement. Avec eux, il a évoqué son travail de designer de Moulinex aux lasers pour la CGE en passant par l’informatique des années soixante. Il leur a présenté toute une série de travaux précieusement archivés. Et pour toucher un peu à la matière, il leur fait découvrir des moules de poignées de portes. L’une d’entre elles ne pouvaient pas être commercialisées. « Pourquoi ?» leur a-t-il demandé. Au bout d’un silence, un élève a dit : « Elle présente un défaut. Elle est percée au milieu et on peut se faire mal en l’utilisant. » Exact ! La beauté d’un objet n’est pas suffisante. L’occasion de rappeler que la fabrication en série ou à l’unité est contrainte par des normes, notamment de sécurité.

Soyez enthousiastes !

Il a travaillé avec le plastique dur souple, le carton, le verre, tout cela sous couvert d’imagination doublé du plaisir de participer à la création d’objets nouveaux. À plusieurs reprises, pendant la séance, il leur a dit, comme un leitmotiv, « Amusez-vous ! ». Et ils avaient l’air d’accord sur ce dernier point.

Nous leur disons à l’année prochaine.

Plus d’informations : Option Start Up  2018

Partagez !

Des masters en apprentissage des sciences et génie des matériaux en Ile-de-France

Vous cherchez un apprenti ? Quelqu’un de diplômé pour vous aider à soutenir la charge de travail ? Un.e jeune étudiant.e aux idées innovantes et qui a soif d’apprendre ? Vous êtes prêt à le former et à lui apprendre tous les rouages du métier ?
Voici une liste (non exhaustive) des masters en apprentissage dans le domaine des  sciences et génie des matériaux en Ile-de-France.

Masters en sciences et génie des matériaux :

Ecole ou faculté Durée du stage ou de l’alternance Lien site web
Ecole des Pont Paris Tech stage de fin d’année de mars à aout Master Sciences et génie des matériaux
IFSA – Institut francilien des sciences appliquées, Université Paris-Est Marne-La-Vallée Stage de fin d’année Département géomatériaux
School ingénierie, sciences et technologies de l’information, Université Paris-Saclay  stage de fin d’année de 4 à 6 mois  Master Sciences et génie des matériaux
UFR de sciences et technologie, Université Paris-Est Créteil Val-de-Marne  stage de fin d’année de 4 à 6 mois  approche multi-échelle pour les matériaux
Université Paris Sciences et Lettres, Université Paris Sciences et Lettres  stage de fin d’année de 4 à 6 mois  Master en Sciences et génie des matériaux
Université Paris Saclay : master mécanique des matériaux pour l’ingénierie et l’intégrité des structures Non précisé Master mécanique des matériaux pour l’ingénierie
Université Paris Est Créteil : master approche multisectorielle pour les matériaux et les structures non précisé Master approche multisectorielle pour les matériaux et les structures
Art et métier Paris Tech : Master recherche Sciences et technologies mention mécanique et matériaux Non précisé Master recherche Sciences et technologies mention mécanique et matériaux
UFR des Sciences et technologies (Val de Marne) : master sciences et technologie sante mention sciences pour l’ingénierie, conception mécanique et thermique : du matériau et système Non précisé Master conception mécanique et thermique : du matériau et système
Vous préférez un doctorant effectuant sa thèse autour des matériaux ? En physique, en chimie en R&D ? Soutenez des thèses dans les domaines qui vous intéressent.

Physique ou mécanique

Laboratoires ou école

 

Thèmes principaux des thèses Lien des sites Web
Chimie physique et chimie analytique de Paris Centre Interface physique/Chimie/biologie Physique Chimie

 

Physique et Chimie des Matériaux Matériaux hybrides organiques et inorganiques, matériaux polymères Physique Chimie
Université Sorbonne Paris Sciences de la Terre et de l’univers Physique Chimie

 

Université Paris Saclay Sciences mécanique et des matériaux Mécanique
ENSM Paris Mécanique des matériaux, des structures, des surfaces Mécanique

 

Centrale Supelec Génie des procédés Physique et mécanique
ENSAM à Laboratoire Conception fabrication Commande Mécanique des solides, des matériaux, des structures, des surfaces mécanique

 

Laboratoire de mécanique d’Evry Mécanique des solides, des matériaux, des structures et des surfaces mécanique

Chimie ou R&D

Nom du laboratoire ou école Domaine des thèses Lien site Web
Université Paris Saclay AGROPARISTECH Chimie des matériaux Chimie
Université Paris 6 Chimie, biologie, innovation Chimie
Ecole nationale Supérieure des Arts et métiers Conception et industrialisation
Mécanique du solide et matériaux
Mécanique des solides
Université de Cergy Pontoise Sciences et Ingénierie (SI) Ingénierie
Université Paris Saclay à Ecole Doctorale INTERFACE Les matériaux innovants et leurs applications Matériaux innovants
Centrale Supelec Chimie des matériaux Chimie

 

Laboratoire LPPI (Cergy Pontoise) Génie des matériaux Chimie

 

ENS Chimie Paris Chimie des matériaux Chimie

 

Paris 5 Biomatériaux, chimie des matériaux Biomatériaux et chimie
Paris 6 (CNRS) Chimie des matériaux, bio hybrides, biomatériaux Bio hybrides, chimie

 

 

Centre des matériaux Mines Paris Tech Génie des matériaux, mécanique des matériaux, des structures, des surfaces Génie, structure et surface
EC Polytechnique Matériaux et composantes, chimie des matériaux Chimie

 

Unité mixte de Recherche Versailles, Saint-Quentin : Groupe d’étude de la matière condensée Milieux denses, matériaux, composante Milieux denses
Institut de chimie des matériaux de Paris Est Créteil Chimie des Sciences des matériaux Chimie
Si vous souhaitez  plus de renseignements ou si vous voulez être accompagnés dans vos recherches d’apprenti, n’hésitez pas à contacter les membres du matériaupôle.
Partagez !

Bioshield, d’abord un projet d’amitié

Paul, Pierre et Quentin sont rentrés tous les trois, à Sup’Biotech après avoir tenté d’autres formations spécifiques : médecine et faculté de biologie. En intégrant le campus villejuifois, ils souhaitaient rester dans le domaine des sciences. Ensemble, ils travaillent autour d’un projet ambitieux de biotechnologie : Bioshield, un projet d’un procédé innovant de traitement de surface. Tous les trois sont habitués à travailler ensemble depuis bientôt cinq ans et feront tout, déclarent-ils « pour réussir leur projet et l’amener le plus loin possible ! » Rencontre.

 

Bonjour, qui êtes-vous ?

Nous sommes trois ingénieurs nouvellement diplômés en biotechnologies de l’école Sup’Biotech, Cette école propose un cursus unique qui nous permet d’accéder à des métiers variés et stimulants mais surtout qui correspondaient à nos attentes. Après trois années de formation générale, nous sommes tous les trois partis en Corée du sud, pour un semestre d’échange. À la rentrée 2016, nous nous sommes spécialisés : Paul en R&D / bioinformatique ; Pierre en R&D / santé et Quentin en entrepreneuriat. Actuellement, Quentin s’occupe de l’aspect business et financement. Pierre réalise les expériences et est en charge de la R&D. Paul est responsable du développement technologique et industriel de notre produit BioShield (nom provisoire).

Et qu’est-ce c’est ?

BioShield est un projet biotech né à Sup’Biotech à travers les SBIP (Sup’Biotech Innovative Project) et le cursus entrepreneuriat. Il a été ensuite puis incubé au Genopole d’Evry dans le cadre du dispositif Shaker de Septembre 2017 à Septembre 2018. Aujourd’hui nous intégrons le programme d’accompagnement Booster du Genopole. Nous avons pour objectif de développer une technologie de traitement de surfaces inédite. Elle a pour but de conférer, à des pièces industrielles, des propriétés anti-biofilms. Pour l’industriel, c’est une meilleure maîtrise des risques de contaminations et une réduction de coût et d’impact environnemental car ils n’auraient plus besoin d’utiliser des produits biocides polluants et coûteux.

Et comment, pensez-vous parvenir à ce résultat ?

Notre technologie a pour but d’agir en amont de la formation des biofilms, là où la plupart des solutions actuelles ne viennent les détruire qu’après leur apparition. Inspirée de parades naturelles que l’on retrouve chez certaines plantes et insectes, le traitement permettrait d’empêcher l’adhésion mécanique des micro-organismes sur les surfaces. La solution BioShield est la garantie d’une meilleure maîtrise des risques de contaminations. Grâce à leurs propriétés auto-réparatrices, les surfaces auraient une durée de vie prolongée et ne nécessiteraient pas d’êtres entretenues. Les entretiens biocides à base de produits chimiques polluants et toxiques ne seraient plus nécessaires. Les industriels réduiraient ainsi leurs coûts de maintenance et leur impact environnemental.

À quel stade de l’invention en êtes-vous actuellement ?

Notre principale activité actuelle est de la R&D, à l’étape de preuve de concept. nous ambitionnons, à terme, d’occuper le secteur de la sous-traitance industrielle. Nous voulons proposer un traitement de surface fiable et durable à effet anti-biofilms. Notre prochaine étape logique est donc le prototypage.

Comment concevez-vous, produisez-vous vos produits ?

À chaque pièce industrielle, ses caractéristiques particulières. La conception se réalise donc en collaboration avec les industriels. Des échanges sont obligatoires afin de comprendre leurs attentes et de proposer la solution la plus adaptée à leurs besoins (formes, surfaces à couvrir, matériaux de surfaces utilisés, etc.).

Comment avez-vous eu l’idée de votre innovation ?

Notre idée est née au cours de notre cursus scolaire, dans le cadre des SBIP puis, accéléré via le cursus entrepreneuriat. Issue du biomimétisme, notre solution est inspirée des parades naturelles d’insectes et de plantes qui empêchent les biocontaminations.

Quelles sont vos perspectives de développement de marché pour votre produit ?

Avec de bons résultats de preuves de concept, nous avons amorcé la création d’une entreprise pour préparer une levée de fonds. Elle nous permettrait d’entrer dans la phase de prototypage industriel. Des échanges avec des industriels et des investisseurs ont d’ailleurs eu lieu afin d’anticiper au mieux cette phase.

Comment envisagez-vous de poursuivre votre projet ?

Si la levée de fonds se réalise, nous projetons un prototypage opérationnel de notre solution dans les deux ans qui suivent la levée, puis un lancement de produits dans les trois à quatre ans suivants.

Quelle est votre actualité ?

Nous sommes lauréats du programme Booster du Genopole. Pour nous, c’est la suite logique au parrainage Shaker. Être sélectionnés va nous permettre de bénéficier d’un accompagnement stratégique sur une année. En pleine création de la structure juridique, nous établissons notre stratégie de financement pour bénéficier des aides disponibles afin d’avancer plus loin.

Comment avez-vous rencontré le Matériaupôle ? Sur quels sujets travaillez-vous avec eux ?  Comment vous accompagnent-ils ?

Pendant notre formation à Sup’Biotech, nous avons la chance de rencontrer des professionnels qui challengent nos projets. Ca a été le cas pour le nôtre, avec Arnaud. Depuis, nous travaillons en étroite collaboration avec le Matériaupôle. Grâce à lui, nous avons été mis en relation avec un grand compte de l’aéronautique. Nous bénéficions, depuis, de sessions de travail et de coaching. Elles nous préparent pour des présentations orales et des dossiers de demandes de financement. Pascal Quetin, adhérent du Matériaupôle, nous accompagnent également. Avec lui, notre attention se porte sur l’aspect industrialisation de notre projet. Nous profitons également de son expertise sur la productivité pour élaborer notre cahier des charges.

Que vous apporte votre adhésion au Matériaupôle ?

Elle nous permet un accès à un réseau d’entreprises et d’experts du domaine des matériaux et des biotechnologies. Mais être adhérent du Matériaupôle, c’est aussi gagner une visibilité médiatique. C’est pour nous, jeunes entrepreneurs, un gage de crédibilité auprès des industriels.

Pour plus d’informations sur le procédé Bioshield et le programme SHAKER de Génopole, écoutez l’interview de Quentin Bernard, sur le site Internet de Biotechfinances : ENTRETIEN

Pour tout savoir du dispositif SHAKER qui a porté le projet Bioshield, cliquez > ici < et > là <

 

 

 

 

 

Partagez !

Avec Scale, les coproduits de la mer se substituent aux plastiques

« Nous voulons  faire partie de la solution dans la lutte contre les méfaits du tout plastique ». Telle est l’ambition affichée des fondateurs de la société Scaleà l’heure où des images de bords de mer couverts d’éléments en plastique submergent les réseaux sociaux. En mémoire, ces images impressionnantes de ce 7e continent uniquement composé d’objets plastiques à la dérive. Alors quoi ? Comment peut-on lutter contre cette pollution ? En réponse, Scale développe une solution alternative à base… d’écailles de poisson.

Rencontre avec Erik de Laurens, un des co-fondateurs de l’entreprise Scale, qui nous dit tout.

Erik-de-Laurens - Scale
Erik-de-Laurens – Scale
Bonjour Erik. Pouvez-vous vous présenter s’il vous plaît ?

Je suis designer de formation spécialiste des matériaux pour la construction. J’ai étudié au Royal College of Art (Product design) à Londres et à l’ECAL à Lausanne. J’ai travaillé chez Foster & Partners à Londres. J’étais en charge de leur département de recherche en Matériau, pour des projets d’architecture et de design.

Quant à Édouard, mon associé, il est entrepreneur, spécialiste du marketing web.

edouard-de-dreuzy - Scale
Edouard-de-Dreuzy – Scale

Nous sommes tous les deux très sensibles à la dégradation de l’océan, notamment avec l’invasion des déchets plastiques.

Nous nous sommes associés pour lancer notre société, Scale.

Quelle est l’activité de Scale ?

L’activité de Scale réside dans la conception et la production de matériaux biosourcés (bioplastiques) conçus à partir des coproduits de la mer.

Quelles sont les spécificités de vos produits ?

Nous travaillons actuellement sur la SCALITE®, un matériau intégralement conçu à base d’écailles de poisson, sans aucun additif. Nous visons l’obtention de la norme européenne qui garantit les caractéristiques de compostabilité et de biodégradabilité de notre matériau.

SCALITE®
SCALITE®

Comment concevez-vous et produisez-vous votre matériau ?

Nous nous fournissons en écailles auprès de mareyeurs français, notamment Océalliance notre partenaire qui dispose d’un gisement très important de matière première. Les écailles peuvent provenir d’espèces de poissons variées. Par exemple, nous travaillons à partir de l’écaille de la sardine, actuellement.

Après réception et traitement de la matière première, nous concevons la SCALITE® en deux étapes. D’abord, nous nettoyons et transformons les écailles brutes en poudre. Ensuite, nous produisons la matière grâce à un procédé de thermo-compression. Ce matériau peut être ensuite usiné.

Comment avez-vous eu l’idée de votre innovation ?

Tout a commencé pendant mon master au Royal College of Art où j’ai cherché pendant deux ans des façons de produire des matériaux plastiques, de manière locale et durable. Inspiré par l’industrie agro-alimentaire, en particulier le secteur de la pêche, j’ai inventé une matière à base d’écailles de poissons, un coproduit de la filière pêche, aujourd’hui très peu valorisé. Nous avons lancé Scale pour développer ce matériau.

J’ai baptisé cette matière SCALITE®, contraction du mot scale signifiant écaille en anglais et du suffixe “lite” souvent utilisé pour désigner les premiers plastiques (lithos = pierre en grec).

Verres Scale
Verres Scale
Quelles sont vos perspectives de développement de marché pour votre produit ?

Nous nous positionnons comme fournisseur de matériau pour les industriels. Pour le moment, nous travaillons sur l’édition d’une gamme de lunettes pour démontrer les atouts de la SCALITE® et son esthétique auprès d’un public large.

Comment envisagez-vous votre avenir ?

Notre ambition est de produire la SCALITE® le plus près possible des pêcheurs, partout dans le monde. Nous voulons installer un nouveau cycle de l’économie circulaire qui génère des revenus additionnels pour la filière pêche. Grâce aux qualités remarquables de ce matériau issu de la mer, nous sommes convaincus que des usages très variés vont émerger.

Quelle est votre actualité ?

Nous travaillons actuellement à la caractérisation de la SCALITE®, une étape essentielle et cruciale pour explorer le vaste champ des possibilités d’applications.

 SCALITE®
SCALITE®
Comment avez-vous rencontré le Matériaupôle ? Sur quels sujets travaillez-vous avec eux ? Comment vous ont-ils accompagné ?

Nous avons rencontré le Matériaupôle lors du salon World Efficiency 2017.

Nous travaillons ensemble sur la construction des procédés de fabrication et profitons de leurs installations, notamment de leurs outillages. Nous bénéficions également de leur expertise sur les sujets de financement.

Que vous apporte votre adhésion au Matériaupôle ?

Au-delà de l’accès à des installations, à des outils et à des compétences techniques, nous apprécions l’état d’esprit du Matériaupôle. Il privilégie l’ouverture, l’échange et le bon sens pour faire avancer les projets. Nous partageons cette même vision pragmatique couplée avec une dose de frugalité.

Pour tout savoir de Scale et de la SCALITE®, rendez-vous sur le site de la société : www.scale.vision

Partagez !

Appel à projets, Programme d’investissements d’avenir (PIA3) de l’ADEME.

Les Projets d’Investissements d’Avenir (PIA) de l’ADEME sont un bon moyen de donner de l’envergure à vos projets. Il s’agit d’un instrument de financement intéressant (sous la forme de subventions et avances remboursables) qui apporte un gage de qualité et de sérieux à votre innovation.

Nous revenons ici sur l’ appel à projet « Démonstrateurs ». 3 thèmes touchent fortement les projets du Matériaupôle et des adhérents :

  • Matériaux et chimie biosourcés, biocarburants avancés. Trois dates de clôture pour cet appel à projets : 17 septembre 2018, 18 mars 2019 et 16 septembre 2019
  • Economie Circulaire et valorisation des déchets
  • Bâtiments et îlots à haute performance environnementale

Pour ces deux derniers thèmes, vous pouvez déposer vos dossiers quand vous le souhaitez, ils seront instruits au fil de l’eau. Toutefois, vous devez déposer vos dossier avant le 17 juin 2019 date de la clôture finale.

Les points phares de ce PIA.
  • Projet de 2M€ minimum.
  • Projets ayant un caractère innovant, comparativement à l’état de l’art international.
  • Une taille de projet et un marché suffisant pour une commercialisation à moyen terme (4-5 ans max).
  • Un projet ayant un bénéfice environnemental démontré.
Taux de cofinancement proposés pour les petites entreprises

L’ADEME fait une distinction entre les projets de « Recherche, au Développement et à l’Innovation » (RDI) et à « La protection De l’Environnement » (LDE), avec une différence de cofinancement.

Comme on peut le voir ici, l’ADEME souhaite favoriser les projets collaboratifs en RDI (consortium jusqu’à 5 entreprises).

Il existe deux modalités de financements : avances remboursables uniquement ou subventions plus avances remboursables. Ce choix impacte le taux de cofinancement du projet.

Le remboursement des avances remboursables sera effectué sauf cas exceptionnel en quatre échéances annuelles. Ce remboursement commencera lors de l’atteinte de seuil de réalisation du projet et/ou réalisation commerciale. Ces seuils seront définis lors de l’instruction, conjointement avec les entreprises porteuses du projet.

Vous trouverez à ce lien, un PDF interactif de présentation de l’AAP. Sur ce document vous aurez tous les liens spécifiques à chaque appel.

Si vous souhaitez plus d’informations, ou que vous envisagez de répondre via un consortium, n’hésitez pas à nous contacter.

Nous nous tenons à votre disposition.

Partagez !

Le Galuchon, le sac du 3e type

Galanck est une nouvelle marque française, engagée pour plus de mobilité douce et sécurisée en ville !

Destinée principalement aux cyclistes urbains et utilisateurs d’autres moyens de mobilité douce (gyropodes, trottinettes, etc.), la société a créé une gamme de sacs à dos esthétiques, adaptés au contexte professionnel, et ergonomiques. La structure est portée par Léa et Fabien, unis par leurs passions communes : le vélo, la ville et la technologie. Rencontre.

Comment avez-vous imaginez votre Galanck ?

Galanck est née de la rencontre entre Fabien, ingénieur en systèmes embarqués, passionné par les objets connectés et la technologie et moi-même, une entrepreneuse passionnée de vélo et d’innovation ; Nous sommes une startup engagée dans le développement de la mobilité douce en milieu urbain, celle des vélocipèdes (cyclistes et associés).

Notre ambition est de permettre à chacun de décider de se déplacer comme il l’entend sans polluer, sans risque, sans peur et plus rapidement.

Pouvez-vous nous présenter comment Galanck développe ce postulat ?

Notre activité consiste en la conception, le développement et l’industrialisation d’accessoires dédiés à la mobilité douce.

Les enjeux de sécurité routière, de préservation de l’environnement et de sa santé, la notion de gain de temps sont des sujets qui préoccupent les cyclistes. Pour y répondre, Galanck a développé une technologie brevetée, adaptée à celles et ceux qui ont opté.e.s pour les moyens de mobilité douce.

Quelle est la particularité principale de votre sac connecté ?

C’est le premier sac à dos design et intelligent qui contient un véritable service pour l’utilisateur. En effet, le Galuchon est connecté en Bluetooth à une application de navigation GPS. Cette technologie embarquée permet d’augmenter la visibilité de son porteur (première cause d’insécurité sur la route), de le guider par vibration dans les bretelles du sac et de signaler ses actions automatiquement avec les clignotants, warning, lumières de frein…

Votre produit s’adresse-t-il uniquement aux particuliers ?

Non car nous travaillons actuellement à étendre notre offre. Nous proposons ainsi nos services en B2B aux acteurs de la livraison, de la mobilité (RATP, SNCF, VELIB et les nouveaux acteurs du vélo en libre-service…), du handicap (la visibilité sur la route pour les fauteuils roulants, le guidage pour les malvoyants). Des contacts ont été pris auprès de ces sociétés pour leur proposer de s’équiper de la technologie embarquée du Galuchon. Cela mettra en valeur notre procédé de navigation optimisé pour la circulation sécurisée à vélo. Et nous allons tenter de répondre davantage aux besoins liés à la modularité des transports (le fait de prendre différents types de transports pour un seul déplacement).

Comment avez-vous conçu votre produit ?

Le Galuchon est un véritable challenge électronique, textile et de développement logiciel :

  • cet accessoire est à la fois un produit et un service ;
  • Il a été conçu en interne avec l’aide et le soutien de nombreux partenaires (designers, ingénieurs, associations, financeurs, etc.) ;
  • Tous ces composants sont produits en France. Il est 100% Made in France.
Quelles sont vos perspectives de développement de marché pour le Galuchon ?

Sur le B2C, nous visons tout d’abord le marché européen des vélotaffeurs (38 millions de personnes en Europe) pour s’adresser ensuite à la totalité des cyclistes européens.

Notre but est de devenir la marque référente des accessoires techniques et urbains en Europe pour répondre à une utilisation sous-estimée « non-sportive » du vélo.

D’un point de vue B2B, nous sommes persuadés du besoin réel d’équipement des professionnels à vélo. Tant d’un point de vue sécurité que navigation (efficacité et gain de temps). Notre priorité cette année sera de tester ce besoin.

Quelle est votre prochaine actualité ?

La société a fait sa soirée de lancement le 21 décembre 2017, célébrant ainsi la réussite de sa première production de Galuchons. L’équipe a ainsi réussi l’exploit de développer et industrialiser son produit en une année de travail intensif !

Pour accélérer sa croissance et son développement, Galanck s’apprête à lever des fonds au début de cette année. On vous en parle bientôt.

Que vous apporte votre adhésion au Matériaupôle ?

Matériaupole nous a permis d’avoir accès à différents types d’expertises : optimisation industrielle, financements, etc.

L’association est d’un grand soutien également dans le relais de nos communications et la mise en valeur de nos actualités, auprès d’une cible qualifiée et intéressée par nos sujets. Enfin l’équipe est extra et est toujours prête à nous aider ! Merci Jean-Philippe et Arnaud et très bonne année à vous !

Merci.
Partagez !

Le Matériaupôle recrute un alternant ingénieur matériaux

Le Matériaupôle recrute un alternant ingénieur matériaux ou écomatériaux ou écoconception pour étoffer ses équipes afin de mener à bien le projet EcoCIRC.

Projet EcoCIRC /

Vous serez associé à ce projet avec le Laboratoire Scientifique de Gestion et d’Innovation de MINES ParisTEch au travers de la thèse de Joël NTSONDE, doctorant en économie circulaire. Vous travaillerez conjointement avec Monsieur NTSONDE. Vous structurerez et animerez le dialogue entre les différentes parties (entreprises, collectivités, laboratoires) et prestataires (formateurs, cabinet de design thinking) pour mener à bien ce projet.

Rattaché(e) à la direction du Matériaupôle, vous aurez pour rôle de porter et d’animer le projet EcoCIRC et d’accompagner nos structures adhérentes dans leurs développements.

Après vous être familiarisé(e) avec nos outils et nos processus, vos activités seront les suivantes :

  • Animer le projet EcoCIRC et sa communauté d’acteurs : collectivités territoriales, entreprises et MINES ParisTech (laboratoire de recherche associé) ;
  • Organiser les événements du projet EcoCIRC : journées thématiques, sessions d’informations et de formation ;
  • Modéliser les produits sous les logiciels d’analyses de cycle de vie ;
  • Analyser les résultats et définir les pistes d’amélioration des impacts environnementaux des produits ;
  • Proposer des études et pistes d’optimisation pour l’industrialisation de produits ;
  • Animer l’espace de prototypage et d’industrialisation du #6Pasteur.
Profil recherché de l’alternant ingénieur matériaux /

Etudiant(e) en avant-dernière année d’école d’ingénieur ou en Master 1 spécialisé en matériaux, et idéalement en éco-conception. Vous avez de bonnes connaissances sur l’analyse des cycles de vies des produits, des outils d’écoconception, l’optimisation des productions industrielles, de la gestion des temps de production et l’utilisation d’outils de production.

Vous faites preuve d’une très bonne capacité d’analyse et de synthèse, d’un bon relationnel et démontrez une bonne aptitude à travailler en équipe, notamment dans un environnement pluriel.

Niveau(x) d’études /

Min : Bac +4, ingénieur matériaux ou ingénieur écoconception.

Durée /

2 ans, à partir du 3 mars 2018.

Rémunération : selon les conditions légales en vigueur (contrat d’apprentissage).

Pour postuler /

Ecrire à Arnaud Bousquet : a.bousquet [at] materiaupole.com

Pour en savoir plus sur l’association /

 

Partagez !

Soirée des adhérents du Matériaupôle du mercredi 13 décembre 2017

Le Matériaupôle, en partenariat avec le 6 Bis, a le plaisir de vous convier à sa prochaine soirée des adhérents. Elle se tiendra le mercredi 13 décembre 2017, à partir de 18h30 au 6 bis, situé au 91, rue de Seine, à Vitry-sur-Seine.

Inscrivez-vous ici : SOIRÉE DES ADHÉRENTS

Les thèmes de la soirée seront présentés par :

Daniel Purroy, gérant du 6 bis, fabrique de culture.

il proposera une visite de son espace alternatif.

– Lorène Pillin, Chargée d’affaires Innovation à la BPI Innovation.

 Son périmètre d’action concerne tout type d’innovation (technologique, procédé, service ou business model) et tous secteurs, avec un focus particulier sur les sciences de la vie, les écotechnologies et le numérique. Ses missions incluent notamment le soutien à l’innovation via des aides de l’Etat (subventions et avances récupérables) ainsi qu’au développement industriel et commercial des PME innovantes (prêts et fonds propres), dans l’optique de faire émerger des PME championnes dans leur domaine.

– Patrick Barbéris, Chargé d’affaires à l’INPI.

L’Institut Nationale de la Propriété Intellectuelle (INPI) est un  établissement public autofinancé et placé sous la tutelle du ministère de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique. Il participe activement à l’élaboration et la mise en œuvre des politiques publiques dans le domaine de la propriété intellectuelle, de soutien à l’innovation et à la compétitivité des entreprises, dans la lutte anti-contrefaçon.

– Arnaud Bousquet, directeur du Matériaupôle.
Il présentera le cluster francilien des matériaux, recherche et procédés, d’Ile-de-France.

La soirée se clôturera autour d’un verre.

Déroulé :
  • 18h30  – arrivée et accueil
  • 18h45 – visite du 6 bis par Daniel Purroy
  • 19h00 – Arnaud Bousquet, directeur du Matériaupôle
  • 19H 10 – Lorène Pillin, de la BPI Innovation (10 min) + questions
  • 19H25 – Patrick Barberis (10 min) + questions
  • 19H45 – Échange autour d’un verre
  • 20h30 – Fin de la soirée

L’événement est gratuit mais nécessite une inscription préalable. Inscription : SOIRÉE DES INSCRIPTIONS 

Partagez !

Alban Delume de DMD artdesign, un designer pas comme les autres

Alban Delume est le créateur de l’entreprise DMD artdesign qui conçoit et produit des châssis entoilés sur mesure et originaux dans leurs formes.

 

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?
Cadre DMD artdesign
9e Concept et DMD artdesign

Je m’appelle Alban, j’ai 31 ans, je suis issu du retail alimentaire pour lequel j’ai travaillé six ans en tant que directeur adjoint puis directeur de magasin. Passionné par la peinture et l’art en général, j’ai voulu me rapprocher de cette filière. J’ai donc lancé DMD artdesign afin d’apporter de l’innovation dans les formes de tableaux et de cadres pour les artistes peintres.

Quelle est l’activité de DMD artdesign ?

Elle est double : d’abord, une activité de design, de conseil, un pôle conception. Ensuite, une activité d’artisanat d’art, manuelle, dite de fabrication. Nous concevons et fabriquons des tableaux et des cadres sur-mesure, hors standards pour les artistes plasticiens. Nous les accompagnons, le plus souvent, en amont de leurs créations.

Quelles sont les spécificités de vos châssis ?
Cadre DMD artdesign
Cadre DMD artdesign

Nos produits sont exclusifs, uniques. Nous ne faisons que très rarement des séries, et dans ces cas-là, chaque pièce est numérotée. Nos tableaux sont issus d’un travail préliminaire réalisés avec nos clients et partenaires. Ainsi aucun produit n’est identique !

Comment concevez-vous vos châssis ?

La conception se fait numériquement : logiciels de modélisation 3D, type architecte / designer. Les châssis et caisses américaines que nous réalisons sont ainsi designés (c’est ce qu’on appelle le CAD). Ensuite vient la préparation de l’usinage par une machine CNC, nous travaillons pour cette partie sur Fusion 360, (c’est le CAM). 

Ensuite il y a la découpe du bois en 3D proprement dite. Nous travaillons le plus souvent au TechShop, les ateliers Leroy Merlin, pour cette partie sur la CNC.

Le reste du process se fait en atelier. C’est le travail d’artisanat : un peu de menuiserie, un peu d’ébénisterie, de tapisserie, suivi de peinture, etc…

Quelles sont les perspectives de développement pour votre produit ?

Ayant une seule année d’existence, il faut continuer à capitaliser sur notre modèle actuel : des grosses commandes uniques avec des artistes de renom. Cela va nous permettre d’asseoir notre notoriété et notre légitimité, tout en surfant sur celles de nos artistes.

D’ici un an, il faudra se concentrer sur les commandes les plus importantes et les plus qualitatives. L’idée est de toujours tendre vers un accompagnement artistique exclusif, pour des réalisations uniques et prestigieuses, plutôt que de se diriger vers de la série et de l’industrialisation.

Quelle est votre actualité ?
Caisse américaine pour René Maître par DMD artdesign
Caisse américaine pour René Maître par DMD artdesign

Des expositions majeures sont en cours avec Alëxone, Arnaud Liard, Stew, le 9ème Concept et d’autres artistes. De très belles pièces vont être exposées dans les galeries très prochainement et tout le monde va se régaler, j’en suis sûr !

Que vous apporte ou va vous apporter votre adhésion au Matériaupôle ?

J’espère profiter de l’émulation qu’est celle de Matériaupôle et de bénéficier de l’expertise de certains membres, notamment en termes de stratégie et d’optimisation de production. Notre soucis permanent est de trouver l’adéquation entre le prix de vente et le prix d’acceptation du marché.

Présentation d’un travail à quatre mains avec l’artiste SteW

Quand la création est parfois une re-création, une récréation…

Alban, vous avez travaillé avec le streetartiste SteW. Quels ont été ses rapports au support pour sa nouvelle exposition ?

SteW
SteW

Les supports sont depuis toujours multiples : panneaux en bois pour les peintures anciennes, la toile pour les Beaux-Arts, le mur en pierre ou le béton pour le grafitti… Le support n’est pas nécessairement une contrainte ni une constante. Il est un élément à intégrer dans la création artistique, je dirai même qu’il devrait être envisagé en amont de la création.

De la même manière que la nature des supports n’est pas constante, leurs formats non plus ne doivent pas être enfermés dans les formats rectangulaires bien connus : figure ; paysage ; marine). Il faut jouer avec, faire varier les formats pour multiplier les résultats.

Concrètement, comment avez-vous travaillé sur les œuvres de SteW présentées à GCA Gallery ? Ce sont tout de même des objets fragiles.

Encadrements DMD artdesign pour SteW
Encadrements DMD artdesign pour SteW

SteW souhaitait utiliser d’anciens morceaux de plancher en bois pour exploiter leur esthétisme. Il voulait aussi s’écarter des supports classiques que sont les châssis entoilés. Il désirait redonner vie à des matériaux pauvres et oubliés.

Nous avions deux moyens d’encadrer ses œuvres. Les caisses américaines pouvaient épouser précisément les contours extérieurs de ces panneaux de bois abandonnés. Nous pouvions également uniformiser la géométrie des œuvres choisies pour obtenir des octogones réguliers et symétriques.

Contrastes et irrégularités

Après lui avoir proposé plusieurs solutions, Stew a préféré uniformiser l’ensemble des cadres pour harmoniser sa série. Ce choix a permis d’apporter un contraste avec les irrégularités des panneaux de bois, relevant à la fois l’oeuvre et l’encadrement.

Comment décririez-vous votre collaboration ? Êtiez-vous dans une relation classique de prestataire-commanditaire prestation ou de co-création avec l’artiste ?

Encadrements DMD artdesign pour SteW
Encadrements DMD artdesign pour SteW

Ce n’était pas la première fois que nous collaborions avec SteW. Dans ce cas de figure, Stew m’a identifié ses besoins. Nous avons testé le meilleur produit pour l’ajuster au meilleur coût. Mais après livraison des caisses, SteW les a « customisé » à son goût. Il a appliqué un liseré doré sur le dessus des caisses, qui fait la différence. Ainsi, le cadre fait partie intégrante de l’œuvre.

Aujourd’hui, notre collaboration se poursuit. Nous préparons des tableaux fait de plusieurs toiles tissées entre elles, je ne vous en dis pas plus mais ça déchire !!!!

 

Retrouvez toute l’actualité de DMD artdesign sur son site Internet : http://dmdartdesign.com/

Consultez le dossier de presse de DMD artdesign et imprégnez-vous un peu plus dans son univers : Dossier de Presse

 

Partagez !

Devenez partenaire d’Option StartUp 2017

Après le succès de son édition en octobre 2016, l’opération Option Start Up est renouvelée et s’étend cette fois à l’ensemble du territoire national. Partenaire 2016, le Matériaupôle reconduit sa participation à l’événement 2017. Il s’engage sur la date du vendredi 13 octobre 2017, sur quatre créneaux horaires. Le détail est ici : OPTION START UP 2017

Option Startup 2017, une heure et demie de découverte

Adhérents, accordez-nous une heure et demi de votre temps pour faire découvrir aux collégiens et lycéens d’Île-de-France, vos innovations et vos métiers.

Compétences, profils et parcours d’entrepreneurs

Autant de sujets au travers desquels les élèves pourront identifier de nouvelles compétences, appréhender des profils et parcours d’entrepreneurs inédits pour mieux anticiper leurs métiers de demain.

Devenez prescripteurs Option Startup 2017

Alors, vous en êtes ? Si oui, inscrivez-vous sur l’un des quatre horaires réservés à l’événement. Suivez ce lien : OPTION STARTUP 2017

Pour tout savoir de l’édition 2016, retrouvez l’article sur notre collaboration en 2016 : Option StartUp 2016

Site Option Start UP : www.optionstartup.paris

Sur les réseaux sociaux, suivez le mot-clic : #OptionStartup

Partagez !