Archives par mot-clé : paris

L’Atelier PHENOMENES, création et production quand le hors norme prend forme

PHENOMENES est un atelier unique de création et production contemporain. En parallèle, il offre  aussi  des solutions technico créatives uniques et plurielles, dans le domaine de la sculpture, de l’art contemporain, de l’architecture, de la scénographie etc…

Pour mener à bien les demandes et répondre aux besoins des clients, de la création exceptionnelle, du petit au gros chantier volume, pièces uniques ou séries, PHENOMENES propose des solutions technico créatives, formulation de matériaux nouveaux, mise au point ou l’invention de nouveaux processus de fabrication, utilisation, mixage et décalage de techniques classiques… Le tout est fait en souplesse experte basée sur une longue expérience.

Pour compléter le tout et parfaire le processus créatif, PHENOMENES intervient aussi en conseil de résolution créative et forme ses clients. Il a également  une activité d’éco création, éco production et éco matériaux avec une veille technologique sur ces sujets.

En quelques mots, comment définiriez-vous PHENOMENES ?

Nous nous appuyons sur plus de 800 commandes réalisées par nous deux.

PHENOMENES est à la fois un laboratoire, un atelier d’expérimentation dans le réel, un pôle de fabrication et de création. Nous transformons donc une idée en quelque chose de  tangible et plus. Nous maîtrisons de nombreuses techniques et  pouvons jouer souplement sur un alphabet complet, non seulement pour donner corps à une idée mais aussi pour prolonger cette  idée par le process ou le matériau parfois unique. C’est un concept d’aller et retour création/fabrication/création très efficace.

Cette attitude connaît un certain succès même auprès des grosses entreprises qui sont en recherche de simplicité et de décloisonnement par soucis d’efficacité et… de création.

Fontaine pour Lyon Part Dieu
Qu’entendez-vous par création et production hors normes ? 

La plupart des pratiques, métiers ou transformation de matériaux  contiennent leurs potentiels mais également leurs limites qui sont souvent liées à des postures de professions, y compris dans les derniers métiers liés au numérique. Cependant, les conventions bloquent l’efficacité créative.

Nous agissons différemment, nous avons la maîtrise de beaucoup de pratiques et, nous posons bien le problème, les nécessités ou enjeux créatifs. Même si nous avons une bonne pratique, nous remettons souvent celle-ci en cause.

Les clients de PHENOMENES  viennent chez  nous car nous sommes en capacité de concevoir avec eux des pièces encore jamais faites, matériaux et process, y compris en  gros volumes, ce qui englobe de fait le spectre large de nombreuses réalisations physiques en 3 dimensions pour l’art, l’architecture, le design, l’artisanat, la sculpture et l’industrie… et plus si l’on dépasse ces normes métiers…

Nous dépassons les clivages liés aux métiers traditionnels en les liant par des approches créatives et en y associant des techniques anciennes (appliquées de façon ingénieuse) et nouvelles (formulation de matériaux nouveaux, invention de process, moulage, 3D). Cette approche a naturellement séduit nos clients, notamment dans la production artistique contemporaine.

Un exemple de projet hors normes que vous avez réalisé ?

En 2012, PHENOMENES a gagné l’appel d’offre européen pour recréer les éléments géologiques remarquables de la Grotte Chauvet.

Ce travail a été fait dans le cadre d’un immense chantier unique au monde pour réaliser une restitution appelée « Caverne Pont d’Arc ». Cette restitution est une réalisation artistique, scientifique et technologique unique au monde dans sa conception comme dans sa dimension : 3500 m² au sol et 8180 m² de surface volumique restituée à l’échelle 1, le tout s’appuyant sur une 3D de 17 milliards de points et utilisant des dizaines de techniques expertes.
PHENOMENES, pour ses capacités techniques, scientifiques, créatives et inventives, a été choisie pour créer et réaliser les restitutions des éléments géologiques remarquables de cette restitution. Notre travail a été fait en collaboration avec le CNRS et avec l’œil expert de Miquel Barceló, nous y avons travaillé trois années.

Dans ce chantier d’une extrême complexité, nous avons su étudier, créer, produire des éléments très divers avec des techniques et des formulations de matières exceptionnelles.

Nous avons aussi participé à la souplesse et à la synergie de ce chantier exemplaire en transcendant des méthodes et en inventant d’autres. Nous avons travaillé avec un grand groupe du BTP, Vinci pour des méthodes innovantes… Ce chantier est un exemple concret de la réussite de notre démarche technico créative et donc une hyper référence, en plus mondiale, pour l’avenir.

FRAC METZ Lorraine Susanna Fritscher
Vous travaillez beaucoup en production artistique contemporaine. Pouvez-vous nous expliquer les spécificités de cette activité ?

La production artistique contemporaine est une activité très particulière dans le sens où le plus souvent nous travaillons avec un artiste, un galeriste et parfois avec un producteur. Cela implique d’avoir un processus créatif et productif inclusif où nous devons prendre en compte les aspirations de chacun et parfois jouer un rôle de médiateur pour trouver la solution à un problème technique ou artistique.

Notre rôle est donc plus large que la tâche de production. Nous devons être capables de trouver des réponses, certes techniques, mais aussi d’avoir une vraie connaissance des arts, de l’analyse d’une œuvre et surtout d’avoir une méthodologie ingénieuse et créative pour y associer chacun des acteurs qui intervient sur l’œuvre.

 Auriez-vous un ou plusieurs exemples de production pour des artistes à nous présenter ?
  • Sculptures Pumpkin de KUSAMA pour FMR : réalisation de citrouilles polychromes  en série limitée de Kusama pour FMR.
  • D’après des relevés au microscope,  réalisation, en volume translucide cristallin d’un papillon géant pour  Nicène Kossentini  et sa Galerie Selma Feriani.
  • Réalisation d’une œuvre,  immense sol translucide souple,  sur la cour 17ém siècle du FRAC Lorraine pour Susanna Fritscher.
  • Reproduction au micron et marbre organique de disques vinyles pour Davide Bertocchi
  • Création et réalisation de confitures (déconfitures)  d’épines d’acacia en séries de pots pour Alain Duchesne.
  • Livre avec pages elastosouples et couverture en métal polymère pour l’artiste Micha Laury et son éditeur LN édition.
  • Et diverses réalisations confidentielles.
citrouille-kusama-FME-phenomenes
Les citrouilles de Kusama éditées pour FMR
Stéphane Gérard est l’un des plus anciens adhérents au Matériaupôle, qu’est-ce que l’association vous apporte ?

D’abord, cela à voir avec la question précédente, vrais ateliers industriels dans un secteur qui, il y a trente ans se tournait vers l’Est parisien. Nous sommes au cœur de la pointe Ouest et parisienne du territoire de Seine Amont, donc naturellement portés sur ce territoire. D’un autre côté, nous avons été très tôt dans l’histoire du Matériaupôle par l’association de préfiguration et par notre souhait d’une synergie entre acteurs économiques (grandes écoles, instituts scientifiques, etc.) pouvant répondre aux problèmes des filières : emplois, formation, urbanisme, activité futures, …. Le tout soutenu par des acteurs publics pragmatiques et engagés,  bref un grand projet.  Le Matériaupôle est donc en résonance avec notre démarche totale. C’est aussi un lieu de rencontre exceptionnel entre professionnels de tous horizons et dynamisant.

Vous êtes également formateur. Quelles formations proposez-vous ?

PHENOMENES met en place des modules de formation et forme aussi individuellement :

  • Matériaux & process : tous matériaux et tous process, en résumé, comment les choses sont fabriquées + faisabilités créatives : art, design, design d’espace  puis vision créative des techniques et matériaux, un angle puissant de la création faisable.
  • Atelier expérimental : formation très dense, par groupe : à partir des matériaux et outils d’un atelier, il s’agit de créer dans un temps limité (design, design d’espace, art) et surtout de noter les résultats intermédiaires, clé créative et gros apprentissage au monde professionnel créatif et/ou artistique.
  • Ressourcement créatif : immersion dans le processus créatif total, dans la matière, dans le « faire », communiquer au-delà des mots et codes pour retrouver un hyper instinct et une polysensorialité, relation avec les dessins paléolithique de la Grotte Chauvet et l’histoire de l’art en général. Les décideurs et top managers y sont sensibles…
  • Préparation aux Écoles  d’Art : cours adaptés aux écoles visées : dessin, perspective, modèle vivant, modelage, initiation à l’expression plastique…
  • Art et sculpture : matériaux, création et techniques, initiation aux expressions plastiques.
  • Formation professionnelle : ces cours répondent à un besoin des entreprises et des « grandes maisons » et visent donc l’emploi en priorité : moulage, prototypage physique, art/process/matériaux, fort débouchés potentiels.
  • Pour l’appui de ces cours, Stéphane Gérard enseigne depuis longtemps sur le spectre large création/production, il est aussi enseignant en matériaux & process et expert en faisabilité créative, directeur artistique et a été plusieurs décennies maître d’apprentissage.

Danièle Allemand est fondatrice de PHENOMENES et experte en matériaux et réalisations  exceptionnelles.

Retrouvez toutes les informations concernant les Ateliers PHENOMENES

Site Internet : www.atelierphenomenes.com

Dans les Ateliers Phénomènes aux Frigos de Paris

Partagez !

Matériaupôle partenaire de StartUp Booster au JEC World

JEC World est le plus grand salon de matériaux composites au monde. Il se tiendra à Paris du 14 au 16 mars prochain.  À cette occasion, les organisateurs lancent un nouveau programme d’accompagnement autour de l’entrepreneuriat et l’innovation : StartUp Booster.
Matériaupôle est partenaire de cette première édition du StartUp Booster de JEC World.
StartUP boosterPour participer à ce programme, vous devez impérativement être un producteur, un transformateur, un concepteur ou un utilisateur de matériaux composites.

 

Soumettez votre projet

Dans ces cas seulement, vous pouvez soumettre un projet. Suivez ce lien pour remplir le formulaire de participation : http://bit.ly/Soumettezvotreprojet. La date limite des candidatures est fixée au 15 janvier 2017.  Faites vite !

Adhérents du Matériaupôle, si vous voulez être présents,  contactez Arnaud Bousquet via son adresse mail : a.bousquet@materiaupole.com

Pour tout savoir  du programme StartUp Booster : http://www.jeccomposites.com/events/jec-world-2017/startup-booster/presentation

Pour en savoir plus sur JEC World 2017 : ttp://www.jeccomposites.com/events/jec-world-2017

Partagez !

Quand écoconception vibre avec ingéniosité

L’ écoconception[i] a été le thème principal de la Matinale du Matériaupôle ce jeudi 15 décembre 2016 à l’Agence du développement du Val-de-Marne à Ivry/Seine. Elle a réuni une cinquantaine de participants autour de membres du réseau de l’association concernés par le sujet. Ces derniers ont présenté leurs solutions innovantes et leurs modèles économiques. L’assistance a pu constater que de jeunes entreprises pouvaient concevoir et créer de la richesse autrement à travers l’écoconception.

Une cinquantaine de participants sont venus assistés aux présentations des solutions écoconçues des adhérents du Matériaupôle. L’événement a été à peine troublé par les perturbations du RER C et la grève des chauffeurs VTC immobilisant une partie du périphérique parisien. Une prouesse car l’événement s’est tenu dans les locaux de l’Agence du développement du Val-de-Marne à Ivry-sur-Seine (94).

Les solutions écoconçues de nos adhérents

Bernard Fontaine, le président du Matériaupôle et son équipe ont rassemblé autour d’eux, un conférencier de l’université Mines Paris Tech pour introduire le thème de l’écoconception, des témoignages d’entrepreneurs, des présentations courtes de solutions écoconçues des membres de l’association et une table ronde animée par une des adhérentes du réseau. Il s’agissait d’exposer leurs solutions concrètes de concevoir, fabriquer, habiter autrement en étant moins impactant pour la planète et notre santé.

L’après-midi était consacrée à la visite des ateliers de Bilum et Maximum. Co-organisée avec le réseau des éco-acteurs du Val-de-Marne, une dizaine de participants accompagnée par Carine Gauthier, chargée de mission auprès du Département, ont pu découvrir des lieux de production qui pratiquent l’écoconception au quotidien.

L’intérêt de cet événement était de présenter un large panorama de solutions imaginées, conçues et mises en pratique par les adhérents. Venant d’univers différents, ces jeunes entreprises, start-up ou indépendants constituent, autour du Matériaupôle, un réseau riche et varié préoccupé par les enjeux économiques émergents et les nouvelles formes de création de richesse que génère l’écoconception.

Après les mots de bienvenue de Elisabeth Rodrigues, directrice de l’Agence du Développement du Val-de-Marne, le président du Matériaupôle a rappelé le thème principal de l’événement : l’écoconception est-elle un levier de croissance pour les entreprises ? Il a ensuite laissé la parole à Joël Ntsondé, chercheur à Mines Paris Tech. Dans une présentation et riche d’informations, il a introduit la démarche d’écoconception, puis répondu en partie à la question posée. En effet, « 98% des entreprises indiquent avoir un profit supérieur ou égal suite à la mise en place d’une démarche d’écoconception », selon une étude de l’Institut de développement de produits et le Pôle Ecoconception menée en 2013.

DES RETOURS POSITIFS

Les résultats obtenus par les adhérents du Matériaupôle abondent dans le sens de l’étude du Pôle Ecoconception de 2013. Souvent, ils ont fait de l’écoconception la base de leur activité. Ils ont ainsi conçu des modèles économiques dont la proposition de valeurs permet de dégager des marges bénéficiaires et d’accumuler peu à peu des points de croissance supplémentaires.

C’est ce qu’a constaté un des participants, Pascal Quetin, ingénieur consultant en production et logistique interne : « les points forts de cette journée ont été les thèmes sur l’écoconception, les produits, la motivation des intervenants tant dans leurs domaines que leurs convictions personnelles. Sincèrement, j’ai été touché et très ému de cette force que portait tous ces créateurs et dirigeants d’entreprises. »

L’avis de cet entrepreneur trouve un écho dans la conclusion des élus du Territoire. Ainsi, M. Patrice Diguet, vice-président délégué aux activités productives du Territoire Grand Orly Seine Bièvre a indiqué que « cela montre à quel point l’association Matériaupôle répond parfaitement à son objectif d’être, dans une approche pluridisciplinaire, le creuset de tous les métiers, savoir-faire et techniques autour des matériaux. Elle favorise ainsi l’émergence de projets innovants, expérimentaux, collaboratifs et de recherche ».

M. Pierre Bell-Lloch a renchéri en indiquant que « l’avenir est en marche dans le Val-de-Marne. Avec les Matinales de l’écoconception, des entrepreneurs ingénieux au service de l’environnement nous ont présentés ce matin leurs projets dans un territoire qui innove et qui replace l’homme au centre du système ».

OBJECTIF ATTEINT POUR LE matériaupôle

L’objectif est donc atteint pour l’association du Matériaupôle. Sa Matinale se veut le reflet des actions ambitieuses de l’association. Celle-ci veut rapprocher le monde de la recherche, des entreprises, de l’art et les territoires pour se mettre davantage au service de ses membres. Le meilleur reste à venir. « Nous n’avons pas chômé en 2016. Nous pensons que 2017 sera meilleure » a conclue Bernard Fontaine.

POUR PLUS D’INFORMATIONS SUR L’ÉCOCONCEPTION

Pour plus d’informations sur l’écoconception, retrouvez ici le document de présentation de Joël Ntsondé de Mines Paris Tech : l’écoconception, un levier de croissance pour les entreprises ?

Les intervenants de la matinale sur l’écoconception

 

Quelques questions pour mieux vous servir

Si vous avez participé à la Matinale 2016, merci de prendre quelques minutes pour répondre à ce petit questionnaire. Vos réponses nous permettront d’améliorer l’organisation des nos prochains événements : questionnaire.

Le Matériaupôle et vous

Pour en savoir plus sur nos activités, inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle en contactant le 07 68 41 27 44 ou nous adresser un mail à jp.trigla@materiaupole.com

Nous vous rappelons que le #6Pasteur accueille vos projets dans notre espace d’expérimentations et de coworking. Appelez au 06 87 71 83 11 pour plus d’informations.

____________________________________________________________________________________

[i] On sait que l’écoconception est encadrée par la norme ISO/TR 14062 de 2002. Elle dit que « l’écoconception consiste à intégrer des aspects environnementaux dans la conception et le développement de produits ». Une directive de 2009 définit l’écoconception comme « l’intégration des caractéristiques environnementales dans la conception du produit en vue d’améliorer la performance environnementale du produit tout au long de son cycle de vie ».

Partagez !

Option Start UP, des élèves rencontrent des adhérents du Matériaupôle

Les 6 et 7 octobre 2016 s’est tenue l’opération Option Start Up, une initiative de la ville de Paris et de Paris & Co. À l’attention des élèves de 3ème, 2nde, 1ère et terminale, il s’agit pour eux de vivre un moment de découverte des métiers de la création d’entreprises. Douze de nos adhérents ont répondu présents et ont pu échanger autour de leurs expériences d’entrepreneurs : consultants, chefs d’entreprise, artistes ; les différents profils de nos membres ont été bien représentés. Sans complexes, ils ont évoqué leurs difficultés, leurs échecs et leur pugnacité à inventer pour perdurer.

Simon Sow, responsable de la start-up Mask Génération explique apprécier les échanges avec le public des jeunes. « C’est d’autant plus nécessaire qu’ils représentent l’avenir. Les sensibiliser au monde du travail à travers nos expériences professionnelles est bénéfique pour eux mais aussi pour nous, parce que notre participation à un tel événement est ’elle est enrichissante. C’est aussi l’occasion d’insister sur une notion qu’ils considèrent comme inatteignable : l’épanouissement professionnel. Voilà pourquoi il faut leur présenter des pistes possibles, notamment par le biais de l’entrepreunariat. »

Tatiana Bizard, notre jeune entrepreneuse a été très touchée par les échanges qu’elle a pu établir avec les élèves pendant Option Start UP : « La rencontre avec les  lycéens dans les locaux de Matériaupôle reste un superbe souvenir. J’ai partagé avec eux mon histoire de mère. Être confrontée à une difficulté avec son bébé, constater un besoin universel,  y réfléchir pour trouver une solution et finir par déposer un brevet pour solutionner la difficulté de départ. Ces jeunes gens, projetés dans la confidence de l’invention, ont posé des questions et émis des avis qui m’ont conforté dans ma démarche. C’est important de rencontrer et d’échanger avec ces jeunes gens car il germe chez beaucoup, l’envie de créer, d’innover avec la certitude qu’en travaillant sérieusement, entreprendre est pour eux concrètement et passionnément pour demain. »

Pour certains d’entre eux, entreprendre leur a paru plus accessible qu’ils imaginaient. Quelques-uns envisagent de créer leur propre activité dans des univers aussi divers que la finance, la mode, l’ingénierie informatique ou le sport hippique.

Cependant, Cécile Barrio, présidente de IP Stream, un cabinet conseil autour de la propriété industrielle fait la remarque suivante : « je pense que le programme Option Start Up est très utile mais il faudrait peut-être que les élèves aient un peu de temps pour s’y préparer à l’avance. Mais les modalités concrètes sont peut être difficiles à mettre en œuvre ».

Yannis, en terminale au lycée de Limeil-Brévannes a apprécié d’être « encouragé à croire en nous-même ».

Devant le succès de nos propositions, tous nos créneaux étaient complets, nous allons reconduire l’opération l’année prochaine.

Les classes participantes à venir nous visiter pendant Option Start UP ont été : la 1ère STMG du lycée Maurice Genevoix de Montrouge, la Terminale STMG, ressources humaines et mercatique du lycée Guillaume Buté de Limeil-Brévannes, la 1ère Classe professionnelle en EDPI du lycée Diderot à Paris (19),la 3ème généraliste du collège André Malraux à Paris (17e), la 1ère du lycée Léonard de Vinci à Paris (15e).

Nous remercions nos adhérents pour leurs présence à cette première fois pour l’association : Alexandre Bordenave de Ipsiis, Valérie Anne de Couleurs d’Hadoinie, Pascal Colné et Aline Maréchaux de Univers & Conseils, Cécile Barrio de IP Stream, le street artiste SteW, Guillaume Lehoux de Noir Vif, Simon Sow de Mask Génération, Tatiana Bizard de Happy Milk, Olivier Jourdan, consultant indépendant, Catalina Trujillo de Haiko et Damien Cacouault de Campus Urbain.

Partagez !

À la pose de la première pierre du Château de Nanterre

Le 24 juin 2016, le Matériaupôle a participé à la pose de la première pierre du Château de Nanterre. Ce site inscrit aux Monuments historiques deviendra en mai 2017 un laboratoire de la transition alimentaire, espace de coworking et, surtout, un incubateur dédié à la restauration éthique et biologique. Une nouvelle vie pour ce qui a été, au début du XXe siècle, une usine de dentifrice puis, au début du XXIe siècle, les ateliers Natalys.

Ce projet est développé et porté par la société ETIC qui cherche à s’améliorer dans la gestion des déchets de chantier. Un sujet dont le réseau de l’association peut se saisir. Par ailleurs, deux adhérents étaient à présents : Les couleurs d’Hadoinie et Jean-François Bassereau, vice-président Art et Design, du Matériaupôle.

ETIC : un foncière responsable

ETIC développe des immeubles à haute performance environnementale, crée, finance et gère des espaces qu’elle propose ensuite aux acteur(e)s du développement durable.

Pour plus d’informations sur les centres ETIC  : centres ETIC

Partagez !

Portait : Noir Vif

André Fontes et Guillaume Lehoux sont les membres qui composent Noir Vif, un des studios de design qui a participé à l’exposition Kyoto Contemporary en janvier 2015, aux Ateliers de Paris (mode, métiers d’art et design).

Noir Vif boites bouquinistes
Prototype de boîte de bouquinistes fabriqué par Noir Vif sur les quais de seine, Paris 1er. Projet technique porté par le Matériaupole.
Noir_Vif_boites.bouquinistes_01
Prototypes de boîtes de bouquinistes fabriqués par Noir Vif. Derrière les boîtes, les fenêtres de l’hôtel de ville de Paris, 1er arrdt. Projet technique porté par le Matériaupole.
Noir_Vif_boites.bouquinistes_07
Un des trois prototypes de boîte de bouquinistes fabriqué par Noir Vif, placé sur les quais de seine, Paris 1er. Projet technique porté par le Matériaupole.

 

Noir_Vif_boites.bouquinistes_08
Un des trois prototypes de boîte de bouquiniste fabriqué par Noir Vif, placé sur les quais de seine, Paris 1er. Projet technique porté par le Matériaupole.

©Noir Vif – Projet bouquinistes

Noir Vif fait officiellement partie du Matériaupôle depuis 2014. André et Guillaume étaient déjà adhérents en tant que personnes physiques et André y a occupé le poste de trésorier. Leur association remonte aux débuts de Noir Vif, lorsqu’il participe au projet « bouquinistes » de la Mairie de Paris, porté par le Matériaupôle. La Mairie souhaitait renouveler l’aspect des boîtes avec des matériaux, un style et un usage d’aujourd’hui, tout en respectant les formes et couleur imposées. Quatre prototypes, dont trois conçus par Noir Vif, ont été testés afin d’identifier les meilleurs idées et composants pour de nouvelles boîtes. Les autres partenaires étaient : Jean-François BASSEREAU, Olivier JOURDAN et Eric PASCALIS.

2014_04_NoirVif_portrait_recadre_reduit

©Noir Vif – André Fontes et Guillaume Lehoux

Noir Vif naît en 2011. Les deux fondateurs se sont rencontrés pendant leurs études à l’ENSAAMA (École Nationale Supérieure des Arts Appliqués) Olivier de Serres, où ils ont obtenu leur DSAA (Designer Supérieur d’Arts Appliqués).  En plus de ce diplôme commun, chacun a fait son propre chemin : un parcours d’une quinzaine d’années, en tant qu’ingénieur en matériaux et procédés de fabrication pour André ; un master en Conception de Produits Innovants pour Guillaume.

Avec curiosité et enthousiasme Noir Vif conçoit des réponses pertinentes et inventives dans des secteurs d’activité aussi variés que l’artisanat d’art, l’industrie, la recherche scientifique, les études prospectives…

Les Ateliers de Paris Noir Vif a pour mission de concevoir des objets ou des produits dans des domaines très variés comme l’industrie, l’artisanat d’art et la recherche scientifique… André et Guillaume accompagnent leurs partenaires tout au long du projet, de sa genèse à sa réalisation. Le cœur de métier du duo est de répondre à une problématique design apportée par un client. « Souvent, celui-ci a besoin d’ajouter un produit à son offre et notre métier est de l’imaginer » explique Guillaume.

En 2012, Noir Vif est sélectionné par les Ateliers de Paris pour y être résident. Il y restera deux ans, d’avril 2012 à avril 2014. Cette résidence donne accès à des locaux – dont le loyer est intéressant par rapport au marché immobilier parisien – mais aussi à des programmes de formation « qui nous enseignent ce que les études ne nous apprennent pas » explique Guillaume Lehoux, à savoir des cours de photo, de management, de gestion des coûts de production, etc. Les locataires des Ateliers ont aussi la possibilité de consulter des experts dans des domaines comme la comptabilité ou le développement d’entreprise. Tout cela participe à l’évolution de Noir Vif, qui collabore à plusieurs projets. En 2012, au workshop « Regards décalés » sur le thème de l’identité et du masque, Noir Vif réalise des visages imprimés décalés sur des masques. Lorsqu’on regarde le masque en face, le visage imprimé est de profil et inversement. Une manière pour les deux designers de rappeler que leur travail consiste à aborder les choses avec des angles différents.

Grâce à un programme d’échanges entre des créateurs français incubés aux Ateliers de Paris (mode, métiers d’art, design) et des artisans japonais, Noir Vif rencontre le fondeur d’art Yohey à Kyoto. Dans l’exemple de la série des tasses Arare, conçu pour lui, l’objectif était de lui ouvrir de nouveaux marchés.  A l’origine, son offre est presque exclusivement composée de théières traditionnelles destinées à la cérémonie du thé au coût très élevé. L’idée est de lui proposer d’élargir sa production à des objets plus contemporains et moins onéreux. Ils lui suggèrent de créer des tasses qui reprennent un des ornements traditionnels des théières japonaises en le réinterprétant de manière contemporaine en l’associant à des mots en braille. L’idée est de créer deux niveaux de lecture de l’objet : la plasticité de la pièce qui révèle un sens qui demande à être expliqué. La tasse est livrée avec une notice qui révèle la signification du mot en braille figurant sur ses parois.

Noir_Vif_arare_08
Noir Vif et le fondeur d’art japonais Yohey, dans le quartier des fondeurs à Kyoto.
Noir_Vif_arare_09
La fonderie du maître d’art Yohey à Kyoto
Noir_Vif_arare_11
Six des huit mots en braille apparaissant sur les parois des tasses du projet Arare. Il rappelle le motif traditionnel figurant au bas de la tasse. L’objet devient le lien entre le passé et le moderne.
Noir_Vif_arare_04
Une tasse Arare

©Noir Vif – Projet Arare

Ce projet illustre ce qu’un studio de design peut apporter à ce type de savoir-faire en terme d’offre renouvelé.

De la théière t-time aux Petits Carreaux de Paris

En parallèle, ils sont finalistes, dans leur catégorie, du prix Bettencourt, en 2014, pour leur théière t-time., Avec cet objet en argent massif, isotherme, qui forme la lettre « t » en italique, ils jouent avec les mots. La théière a été réalisée par Nicolas Marischael, orfèvre de renom.

Depuis longtemps, Noir Vif avait envie de travailler avec le chocolat. Un jour, ils ont l’idée d’associer le relief du carrelage à facettes du métro parisien au dessin des carreaux d’une tablette de chocolat. Dès le départ, ils ont la volonté d’en faire un objet alimentaire de qualité en évitant de tomber dans le souvenir touristique parisien kitsch. En collaboration avec l’artisan-chocolatier Jacques Bockel, ils sélectionnent six recettes qui composeront la gamme des tablettes de chocolat « Petits Carreaux de Paris ». Elles sont un hommage original et gourmand aux murs singuliers du métro parisien. Retrouvez toutes les informations concernant ce projet gourgmand, ici : www.PetitsCarreauxdeParis.com

2015_10_01_N65_avec pack_face_fond_blanc_reduit
La tablette de chocolat « Petits carreaux de Paris » et son emballage
2016_01_14_6 tablettes_face_fond bois_DSC_9340
Des « Petits carreaux de Paris » pour tous les goûts. Du noir au blanc, en passant par le lait et le prâliné.

D’autres projets sont en cours, notamment celui d’un radiateur innovant, sur lequel le talent de conception des designers est nécessaire.

 

Pour tout renseignement :

Noir Vif, design studio, 20 rue Primo Levi, atelier 6.1, 75013 PARIS

Adresse courriel : info@noirvif.com

Site Internet : http://www.noirvif.com/

 

Retrouvez Noir Vif sur les réseaux sociaux

Twitter : https://twitter.com/NoirVif

Instagram : https://www.instagram.com/noirvif/

Facebook : https://www.facebook.com/NoirVif/

Partagez !