Archives par mot-clé : start up

Coopérative MU, de l’idée à la COMMERCIALISATION, UN ART DE penser L’ÉCO-CONCEPTION

Il est l’un des co-fondateurs de l’agence de design Coopérative Mu. Partout où il intervient, que ce soit sous forme de conférence ou de session de travail, il défend l’environnement à travers le design, l’industrialisation d’un produit, de ses prémices à sa commercialisation. Et même, idée inédite, dans le montage juridique d’une entreprise. Mais de quelle cause François-Xavier Ferrari s’est-il fait le chantre ? Qu’est-ce donc que l’éco-conception ? Rencontre.


Bonjour, François-Xavier, qui êtes-vous au sein de
Coopérative Mu ?

Je suis François-Xavier Ferrari, co-fondateur de la coopérative Mu et l’un de ses quatre associés.

Quelle est votre activité, précisément ?
Coopérative Mu accompagne depuis bientôt neuf ans ses clients sur la prise en compte de l’environnement dans la conception et le design de leurs produits. Depuis la toute première idée jusqu’à leur commercialisation.

Nous aidons les entrepreneurs et les start ups à transformer leurs idées de produits en écoproduits innovants. Nous accompagnons également les grands comptes en développant des outils pour les aider à intégrer, à leur tour, l’environnement dans le processus de conception de leurs produits.

Quelle est votre fonction, vos missions au sein
de votre entreprise ?
J’ai suivi une formation de designer industriel. Mais aujourd’hui, je suis en charge du développement de l’agence.

Quelles sont les spécificités et savoir-faire de Mu ?
Dès la création de l’entreprise, nous avons choisi le statut de SCOP (Société Coopérative et Participative) dans un soucis de cohérence. Nous souhaitions être en accord entre ce que nous vendions et la manière dont nous le vendions. Une autre de nos spécificités est que Coopérative Mu associe deux métiers et compétences complémentaires : l’analyse et la précision de l’ingénierie de l’environnement et l’approche intuitive et créative du design industriel.

En 2012, le Gobi, éco-conçu par Mu a été lauréat du concours Avnir, premier concours français 100% dédié à l’éco-conception. En 2015, les 37 000 participants de la COP 21 ont reçu Gobi!
La gourde Gobi

Comment et pourquoi avez-vous eu l’idée de coupler ingénierie de l’environnement et design industriel ?

Avec Anthony, l’autre fondateur de la structure, nous avons décidé de monter Coopérative Mu pour pouvoir donner du sens à nos métiers respectifs. À l’un, l’évaluation environnementale d’un produit et l’analyse de son cycle de vie pour mesurer ses impacts et identifier leurs origines. À l’autre, l’intuition et la créativité du designer pour trouver des solutions.  Aujourd’hui, sur les dix salariés qui forment notre équipe, cinq d’entre eux sont ingénieurs Environnement, les autres sont designers industriel !

Comment concevez-vous les produits de vos clients ?

Nous identifions au plus tôt  les enjeux environnementaux prioritaires du produit/service (type de matériaux, modes de fabrication, usages associés…) voire du projet (business model, choix d’implantation, sélection du partenaire industriel…). Il est communément admis que plus « de 80% des impacts environnementaux d’un produit sont déterminés lors de sa conception ». Il en va de même pour la création d’une entreprise et le montage de son business model . Nous orientons ainsi l’ensemble des équipes (marketing, design, développement, industrialisation, …) de façon opérationnelle. Elles sont ainsi intégrées à la création et au développement du produit ou du service éco-innovants, depuis l’idée jusqu’à la mise sur le marché. Avec l’objectif d’améliorer leurs performances environnementales !

Caruus, sneaker éco-conçue, fabriquée en France
Caruus, sneaker éco-conçue, fabriquée en France

Quelles sont vos perspectives de développement de marché pour coopérative Mu ?

Nous continuons à nous étendre au niveau national mais également au-delà des frontières françaises avec quelques-uns de nos clients, sur des projets internationaux ! Nous poursuivons l’ activité de design de l’agence. Nous serons d’ailleurs présents au Paris Design Summit. Enfin, nous développons de nouvelles offres pour nos clients, notamment l’intégration des critères sociaux dans la conception de produits. Nous travaillons sur un projet de mobilier pour lequel, en plus de prendre en compte les aspects environnementaux, nous intégrons les enjeux sociétaux pour changer la façon de concevoir et designer les produits !

Comment envisagez-vous votre avenir ?

Aujourd’hui, nous sommes dix salariés dont quatre associés. Idéalement, nous souhaiterions être une dizaine de salariés associés, mais nous ne nous empêchons pas de voir plus grand ! Si nous dépassons cet effectif, nous créerons très probablement une seconde coopérative afin de rester en petite équipe opérationnelle et réactive ! Nous continuons de rechercher de bons profils pour intégrer notre belle aventure !

Quelles sont vos prochaines actualités ?

Comme je l’ai dit plus haut, nous serons présents au Paris Design Summit qui se tient au Palais des Congrès, fin février. Nous allons y donner deux conférences et animer un atelier d’écoconception. Nous allons partager un stand avec quelques-uns de nos clients pour plus de visibilité et plus d’impacts. Nous sommes d’ailleurs en pleines réflexions sur l’éco-conception dudit stand !

Et puis le 19 février 2019, nous intervenons avec le Matériaupôle et Mines ParisTech, à l’atelier écoCIRC autour de l’éco-conception. Nous aborderons différents enjeux qui sont liés à la démarche !

Comment avez-vous rencontré le Matériaupôle ? Sur quels sujets travaillez-vous avec eux ? 

Arnaud est venu nous rencontrer en 2013 si mes souvenir sont bons. À l’époque nous étions une jeune pousse de quatre personnes dans une pépinière d’entreprises de la CCI. Depuis, nous sommes toujours restés en contact. Arnaud nous a permis, à plusieurs reprises, de présenter l’agence aux autres adhérents et nous a mis en contact avec son réseau et celui du Matériaupôle.

Que vous apporte votre adhésion au Matériaupôle ?

Matériaupôle est un réseau d’acteurs engagés et cela fait plaisir de pouvoir partager des valeurs avec eux. Au-delà de ça, nous avons travaillé avec d’autres adhérents sur de l’éco-conception de produit, je pense notamment à Sandra de Biom Paris, qui développe une brosse de toilette éco-conçue… avec nous !

Mu a accompagné  BioM dans le développement et l’éco-conception de la brosse de toilette inspirée par le biomimétisme et fabriquée en France !
BBB la brosse, @biom Paris

Cliquez pour :
– tout savoir sur Coopérative Mu
– vous inscrire à l’atelier écoCIRC du 19 février 2019, avec Mines ParisTech et Coopérative Mu : l’éco-conception

Partagez !

Rebelote pour l’opération Option Start Up avec le Matériaupôle !

Option Start UP s’est déroulé dans la matinée du mardi 16 octobre 2018, dans notre incubateur à Vitry-sur-Seine. C’était notre troisième participation, cette année. Nous avons accueilli seize élèves du lycée professionnel et technologique Génevoix, de la ville de Montrouge. Ils étaient en 1ère STMG1G2, accompagnés de leur professeur SDG.

En plus d’une présentation du Matériaupôle par Arnaud Bousquet, ils ont découvert les activités de l’association Cultures du Cœur Val-de-Marne. « Nous avons eu le plaisir dans le cadre de l’option Start Up de présenter aux élèves de Première de ce lycée, le fonctionnement d’une association et notre nouveau projet d’innovation sociale L’expo bavarde. Ce que nous avons retenu de cette expérience ? Et bien, qu’il est toujours très enrichissant de pouvoir partager son expérience avec des jeunes et de recueillir directement auprès d’eux leur avis sur un projet en développement. Nous nous réinscrirons dans cette action avec plaisir !»

Agilcare (photo) leur a présenté leur solution de construction renouvelable en bois. D’après leur professeur, ils ont beaucoup pris de plaisir à la présentation des constructions modulables développés par la jeune entreprise.

Moules et matières.

Enfin, ils ont eu l’opportunité de rencontrer Eric Pascalis, le maquettiste-prototyiste de la Mehari de Citroën. Elle a été la première voiture en plastique thermoformée, produite industriellement. Avec eux, il a évoqué son travail de designer de Moulinex aux lasers pour la CGE en passant par l’informatique des années soixante. Il leur a présenté toute une série de travaux précieusement archivés. Et pour toucher un peu à la matière, il leur fait découvrir des moules de poignées de portes. L’une d’entre elles ne pouvaient pas être commercialisées. « Pourquoi ?» leur a-t-il demandé. Au bout d’un silence, un élève a dit : « Elle présente un défaut. Elle est percée au milieu et on peut se faire mal en l’utilisant. » Exact ! La beauté d’un objet n’est pas suffisante. L’occasion de rappeler que la fabrication en série ou à l’unité est contrainte par des normes, notamment de sécurité.

Soyez enthousiastes !

Il a travaillé avec le plastique dur souple, le carton, le verre, tout cela sous couvert d’imagination doublé du plaisir de participer à la création d’objets nouveaux. À plusieurs reprises, pendant la séance, il leur a dit, comme un leitmotiv, « Amusez-vous ! ». Et ils avaient l’air d’accord sur ce dernier point.

Nous leur disons à l’année prochaine.

Plus d’informations : Option Start Up  2018

Partagez !

Le renouveau industriel passera par des innovations urbaines (2/3)

Résumé du premier article (à ce lien) :
  • Il existe des centaines d’hectares de friches en Ile-de-France, notamment en petite couronne, dans des zones bien desservies.
  • Les Start-up, TPE et PME de l’industrie et de l’innovation ont un besoin fort d’espace pour leur R&D, leur démonstrateurs et premières productions.
  • Les espaces d’incubations et d’expérimentation sur friche urbaine, comme le 6Pasteur du Matériaupôle essayent de répondre à cette double problématique.

Dans cet article, nous nous  pencherons sur les caractéristiques des ZAC franciliennes et les adaptations à opérer pour l’intégration de nouvelles entreprises . Car selon nous,  ces adaptations doivent s’inscrire dans des démarches individuelles, mais aussi dans les évolutions du secteur.

Foncier imparfait, mais des friches qui comblent  les besoins primaires des start-up.

Selon 94Citoyens, (dans l’article à ce lien) : « seuls 5% des locaux disponibles dans la région sont neufs. Le foncier francilien disponible souffre d’obsolescence avec des ZAC vieillissantes […] et des locaux peu adaptés aux nouvelles formes d’activité. »

La Grande-Halle des Ardoines à Vitry-sur-Seine, symbole des richesses ensommeillées du 94.

C’est un constat à nuancer : Les jeunes entreprises du secondaires n’ont pas un besoin vital de foncier neuf et « propre ». Une entreprise incertaine sur sa pérennité cherche l’efficacité, la frugalité et la rapidité de mise en œuvre.

Car la « vallée de la mort » des entreprises n’est pas seulement due au tarissement des sources de financement. Mais aussi car ces entreprises n’ont plus d’espace adapté à leur besoins, dans la mesure de leurs ressources. Plusieurs incubateurs proposent des hébergements d’activité, mais pour des périodes entre 18 et 24 mois en moyenne*. Après cette période, les start-up doivent trouver un espace proportionnel à leur changement d’échelle par leur propre moyen. Le budget alloué évolue alors de manière explosive.

Source : Erik Van Rompay, Forbes.fr

Il est  cependant majeur que l’aménagement des espaces soit réfléchi avec les futurs utilisateurs. En effet, les besoins varient selon les occupants et ceux-ci peuvent assumer une part de l’aménagement eux-mêmes. Cette étape peut permettre au propriétaire d’éviter un suréquipement coûteux et un tarif d’occupation discriminant.

L’économie réalisée peut-être ré-allouée à des recrutements ou des investissements en machines. Mieux encore, cela peut permettre de financer des démonstrateurs / expériences dans les espaces ainsi acquis, et être décisif dans la survie de l’entreprise.

Quels sont donc les besoins primordiaux d’une entreprise du secondaire en début de production?
  • Espaces équipé à minima en :
    • Électrique (éventuellement tri-phasé)
    • La présence ou possibilité d’installer la fibre optique est une nécessité
  • Avec un accès simplifié :
    • Présence de transport en commun à proximité pour pouvoir faire venir les partenaires et capter aisément des travailleurs non-motorisés (tels que les étudiants qualifiés)
    • Accès parking et espace de livraison (au moins pour un utilitaire)
  • Et un espace sécurisé adapté :
    • Anti-feu
    • Validation ERP, SEVESO… Si besoin.

Une part des aménagements, dont la fibre optique, sont inévitables aujourd’hui, L’installation de celle-ci est préférable dès l’occupation transitoire. A la fois pour l’occupant, mais aussi pour le propriétaire qui s’assure un bon fonctionnement des installations.

La ZAC du Domaine de Cherioux est un projet ambitieux en terme de revalorisation des espaces urbains sous-exploités. Des éléments d’aménagements transitoire y sont à l’étude.

Une préfiguration des espaces, mais aussi du secteur industriel.

Comme nous le voyions dans le 1er article (à ce lien), le secteur secondaire est en pleine mutation. L’implantation d’entreprises dans des friches, les offres d’équipements mutualisés ouvrent à des d’activités industrielles à moindre coût.

La frugalité est part intégrante de notre avenir. L’économie des ressources (énergie et matière) sont primordiales dans le développement des industries de demain. Cela se retrouve à la fois dans les solutions R&D développées mais aussi dans les décisions stratégiques de nos adhérents.

Bien sûr, il est nécessaire d’anticiper les questions de propriété intellectuelle, notamment en établissant des règles d’usage claires. Mais il s’agit d’un sujet inévitable pour toutes entreprises (quelques soient leur taille et leur ancienneté). Là encore, les espaces  transitoires sont une expérience d’apprentissage pour une entreprise.

Les entreprises développées dans des friches vivent les contraintes qui y sont inhérentes. Ainsi, le Matériaupole peut s’appuyer sur son réseau pour proposer des solutions techniques dans le développement transitoire. Solutions qui seront reproductibles sur d’autres espaces à valoriser.

Agilcare, start-up du bâtiment renouvelable, s’apprête à sortir un nouveau démonstrateur. Ils souhaitent y montrer la compatibilité de leur technologie avec des projets de grandes surfaces sur plusieurs étages.

En bref…

Frugalité est le maître-mot des start-ups du secondaire. Pour innover rapidement et réduire leur « time to market », ces entreprises ont besoin d’une certaine liberté dans leur aménagement et accès à de l’équipement. Les friches urbaines offrent cela, sont économes et ouvrent des possibilités d’expérimenter in-situ. Tous ces avantages en font des espaces plus intéressants que le foncier intra-muros

Dans le dernier article nous verrons une dernière facette de l’aménagement transitoire. Nous reviendrons sur les bénéfices de l’activité transitoire sur le territoire et les propriétaires, publics et privés.

*Les périodes d’incubations de 18 à 24 nous paraissent insuffisantes pour des start-up de l’industrie qui ont des périodes de R&D longues. En R&D, les enjeux de marchés sont aussi décisifs que les enjeux technologiques. Les entreprises doivent anticiper les étapes de financement, commercialisation et être accompagnées dès le début du projet. Mais il est impossible que la R&D et le marché soient à point au bout de 2 ans.

Antoine Clousier

Partagez !

Devenez partenaire d’Option StartUp 2017

Après le succès de son édition en octobre 2016, l’opération Option Start Up est renouvelée et s’étend cette fois à l’ensemble du territoire national. Partenaire 2016, le Matériaupôle reconduit sa participation à l’événement 2017. Il s’engage sur la date du vendredi 13 octobre 2017, sur quatre créneaux horaires. Le détail est ici : OPTION START UP 2017

Option Startup 2017, une heure et demie de découverte

Adhérents, accordez-nous une heure et demi de votre temps pour faire découvrir aux collégiens et lycéens d’Île-de-France, vos innovations et vos métiers.

Compétences, profils et parcours d’entrepreneurs

Autant de sujets au travers desquels les élèves pourront identifier de nouvelles compétences, appréhender des profils et parcours d’entrepreneurs inédits pour mieux anticiper leurs métiers de demain.

Devenez prescripteurs Option Startup 2017

Alors, vous en êtes ? Si oui, inscrivez-vous sur l’un des quatre horaires réservés à l’événement. Suivez ce lien : OPTION STARTUP 2017

Pour tout savoir de l’édition 2016, retrouvez l’article sur notre collaboration en 2016 : Option StartUp 2016

Site Option Start UP : www.optionstartup.paris

Sur les réseaux sociaux, suivez le mot-clic : #OptionStartup

Partagez !

2 outils pour le pilotage de votre projet

Adhérent.e.s, le Matériaupôle a créé pour vous 2 outils pour le pilotage de votre projet. Ces outils vous seront utiles pour situer votre produit par rapport au marché, à la concurrence. Cela vous permettra aussi de sélectionner les aides et financements les plus adéquats.

Le plan d’action de l’entrepreneur

Vous êtes porteurs de projets ou souhaitez vous lancer dans la création d’entreprise, le Matériaupôle met à votre disposition gratuitement un outil qui a été pensé et réalisé pour vous : Le plan d’action de l’entrepreneur.

Ce plan sera votre compagnon et votre guide tout au long de votre aventure. Il est composé de neufs volets au sein desquels différentes étapes, par ordre de priorité, à réaliser vous sont proposées. N’hésitez pas à télécharger le plan d’action de l’entrepreneur en cliquant ici.

Grille de caractérisation de l’innovation

Nous mettons à votre disposition une grille d’évaluation qui vous permettra de situer votre produit sur différents critères d’innovation. Cette grille permettra également d’avoir un regard sur vous, innovateurs, adhérents, sur votre personnalité car vous êtes l’élément essentiel pour la réussite de votre projet.
Pour télécharger la matrice innovation (projet et porteur), vous pouvez cliquer ici.

 

Nous remercions particulièrement Jean-Manuel Kette pour la réalisation de ses outils dans le cadre de son stage de validation de se licence gestion des entreprises à l'IAE Gustave Eiffel.
Partagez !

Lancement du StartUp Booster 2018 !

Lancement des appels à candidatures pour la deuxième édition du StartUp Booster. Ce concours est destiné à détecter et stimuler les innovations dans le domaine des matériaux composites.

LE CONCOURS MONDIAL DE L’INNOVATION SUR LES COMPOSITES

Le programme s’adresse aux entrepreneurs (PME ou start-ups, y compris les jeunes pousses étudiantes) porteurs d’un projet innovant du monde entier, et qui souhaitent rencontrer les décideurs du secteur des composites pour qu’ils les accompagnent.

Les innovations entreront dans les deux catégories suivantes Procédés et Produits.

PROCÉDÉS :

  • Conception
  • Production
  • Numérisation / Industrie 4.0
PRODUITS :

  • Nouveaux matériaux composites, notamment matériaux hybrides, bio-sourcing et les composites intelligents
  • Nouvelles applications et nouveaux marchés de composites

 

 

10 STARTUPS SERONT SELECTIONNEES POUR PITCHER LEUR PROJET A STARTUP BOOSTER 2018

Dix start-ups du monde entier seront sélectionnées pour présenter leur projet lors du JEC World 2018 le 6 mars 2018 à Villepinte. Les projets seront présentés devant un jury d’experts du secteur à JEC World. Elles bénéficieront également d’un intéressant package commercial, notamment une présence de trois jours sur le salon au Startup Booster Village, et des séances d’encadrement avec des spécialistes des composites, dont Airbus et Daimler, les principaux partenaires Innovation du programme Startup Booster, pour la deuxième année consécutive.

Sur les dix start-ups participantes, trois gagnantes seront annoncées sur le salon JEC World. Outre une importante exposition auprès des professionnels internationaux dans le domaine des composites, ils bénéficieront d’un programme d’accélération, et notamment d’un stand sur le salon JEC World 2019.

INFORMATIONS ET ELEMENTS IMPORTANTS

L’appel à candidatures pour StartUp Booster 2018 est ouvert jusqu’au 15 décembre 2017

Le plus grand concours international de start-ups dans le domaine des composites est ouvert aux inscriptions : https://www.f6s.com/startupbooster2018/about

 

MATERIAUPOLE PARTENAIRE DU STARTUP BOOSTER 2018

Comme pour la précédente édition en 2017, Matériaupôle a été sélectionné pour être partenaire presse et de relais auprès des startup. Pour en savoir plus sur StartUp Booster 2017 : http://materiaupole.com/index.php/2017/01/11/materiaupole-startup-booster-jec-world/

Pour lire le bilan de l’édition 2017 : http://materiaupole.com/index.php/2017/04/20/startup-booster-jec-world-2017-bilan/

Matériaupôle partenaire du StartUp Booster de JEC WORLD

Partagez !

Bilan du Startup Booster de JEC WORLD 2017

Au mois de mars 2017, le Matériaupôle participait au lancement de « StartUp Booster », initié par le JEC World, le salon mondial de l’industrie du composite. Nous avions en charge la promotion de l’événement auprès du réseau Matériaux et Procédés francilien et du sourcing des startups.

StartUp Booster, détecteur de talents

« StartUp Booster » est un programme de JEC World. de détection et d’accélération de l’innovation dans le secteur des matériaux composites. Il s’adresse aux sociétés, aux startups, aux structures ou aux indépendants, qu’ils soient producteurs, transformateurs ou utilisateurs de composites.

« StartUP Booster » est l’un des rares outils qui offre une visibilité aux innovations du composite auprès d’investisseurs internationaux ainsi qu’à l’ensemble des acteurs de ce secteur d’activités. C’est également une opportunité pour les porteurs de projets de se faire connaître auprès de leurs futurs clients.

On resigne pour l’an prochain

Devant le succès de cette première collaboration, l’équipe de JEC et le Matériaupôle envisage de collaborer à nouveau. Nous nous sommes donc donnés rendez-vous à la prochaine session de « StartUp Booster ».

Le salon JEC World se tiendra les 6,7 et 8 mars 2018. Tous les renseignements sont ici : http://bit.ly/2p0jCsG

Partagez !

WHOLE innove dans les teintures végétales

Aurélia Wolff a créé WHOLE une marque de design organique qui utilise notamment la valorisation des teintures végétales et des bio-déchets. Adhérente du Matériaupôle depuis 2014, elle vient d’obtenir le troisième prix de l’entreprise artisanale innovant, remis par la chambre des métiers et de l’artisanat du Val-de-Marne.

Pouvez-vous nous décrire l’objet de votre activité ?

WHOLE propose des collections pour la maison et la chambre d’enfants 100% teintures végétales et made in France. Coussins, couvertures, édredons, accessoires, cadeaux naissance, linge sont nos produits phare en laine merinos et lin biologique.

Quelles sont vos actualités ?

Nous venons d’ouvrir à Paris un atelier boutique ouvert tous les samedis au public et en semaine sur rendez- vous. C’est le Showroom-Atelier Whole au 86 rue Jean-Pierre Timbaud, dans le 11e arrondissement de Paris. C’est l’occasion pour notre clientèle de découvrir l’ensemble de nos collections mais aussi tout le procédé innovant que j’ai inventé pour la fabrication de nos teintures. En plus de l’atelier de teinture, nous avons installé une section couture qui permet de réaliser sur place les finitions et les petites séries.

Que vous apporte votre adhésion au Matériaupôle ?

Un réseau de confiance d’accompagnement et d’entrepreneurs avec une dimension locale et innovante. Cela permet des interactions riches dans d’autres secteurs d’activité et une orientation de nos réflexions vers le futur.

Quelles sont vos perspectives de développement de marché ?

Nous souhaitons continuer de développer l’offre aux particuliers sur notre site internet avec des séries exclusives (eshop), proposer régulièrement des workshops d’initiation à la teinture, et continuer de distribuer nos collections à l’international.

Vous venez d’être « oscarisé », avec deux autres adhérents du Matériaupôle,  du second prix de l’entreprise artisanale innovante remis par la Chambre des métiers et de l’artisanat du Val-de-Marne. Que ressentez-vous ?

Cette fête de l’artisanat m’a ravi par son aspect convivial et rassembleur. J’ai pu croisé des artisants, des apprentis talentueux. Ca a été aussi pour moi l’occasion de rencontrer les deux autres lauréats, Loma Innovation et Arca Ébénisterie. J’ai été surprise d’apprendre qu’ils étaient également, adhérents du Matériaupôle.

Ce prix va me permettre de souligner l’aspect écologique de mes produits. Je vais pouvoir davantage communiquer sur mes créations et mes nouveautés. C’est également l’occasion pour moi de mener un audit sur ma manière de produire et d’aller plus dans mes démarches qualitatives et mes process de fabrication. Ce prix ajoute une plus-value certaine à mon projet. Et le parrainage de l’ADEME est rassurant. Tout cela est très appréciable et encourageant pour la suite.

Retrouvez l’entreprise WHOLE sur les réseaux sociaux :

Partagez !

Matériaupôle partenaire de StartUp Booster au JEC World

JEC World est le plus grand salon de matériaux composites au monde. Il se tiendra à Paris du 14 au 16 mars prochain.  À cette occasion, les organisateurs lancent un nouveau programme d’accompagnement autour de l’entrepreneuriat et l’innovation : StartUp Booster.
Matériaupôle est partenaire de cette première édition du StartUp Booster de JEC World.
StartUP boosterPour participer à ce programme, vous devez impérativement être un producteur, un transformateur, un concepteur ou un utilisateur de matériaux composites.

 

Soumettez votre projet

Dans ces cas seulement, vous pouvez soumettre un projet. Suivez ce lien pour remplir le formulaire de participation : http://bit.ly/Soumettezvotreprojet. La date limite des candidatures est fixée au 15 janvier 2017.  Faites vite !

Adhérents du Matériaupôle, si vous voulez être présents,  contactez Arnaud Bousquet via son adresse mail : a.bousquet@materiaupole.com

Pour tout savoir  du programme StartUp Booster : http://www.jeccomposites.com/events/jec-world-2017/startup-booster/presentation

Pour en savoir plus sur JEC World 2017 : ttp://www.jeccomposites.com/events/jec-world-2017

Partagez !

Scientipôle lance l’appel à projets « Usine du Futur »

Scientipôle lance du 1er au 30 décembre un appel à projets  » Usine du Futur  » pour accélérer le développement de projets dans l’énergie et les transport.

A la clé un accompagnement personnalisé dans leur accélérateur Usine du Futur comprend :

  • 1 start session pendant 1 à 6 mois
    • 4 jours d’ateliers collectifs (Finance, IP, RH, Commercial…)
    • 5 jours d’accompagnement individuel par un chargé d’affaires et un expert externe
  • Un prêt d’honneur à 0% jusqu’à 120k€ pour financer votre amorçage
    • Financement non dilutif sans garantie personnelle (min de 60k€)
    • Sur 5 ans dont 1 an de différé
  • Intégrer l’Up Session pendant 3 ans
    • 4 parcours thématiques (se développer, se financer, se structurer et se médiatiser)
    • Des événements commerciaux pour identifier de nouveaux prospects
    • Des interventions de business developpers co-financées par Scientipole

Types de solutions innovantes pouvant être accompagnées par l’appel à projets Usine du Futur de Scientipôle : nouvelles mobilités ; nouveaux services pour les acteurs du transport ; solutions pour l’Usine du futur ; amélioration des processus de production ; maintenance prédictive ; maintenance intelligente ; fabrication additive ; impression 3D ; nouveaux types d’énergies ; efficacité énergétique ; …

Pour en savoir plus.

Partagez !