Archives par mot-clé : startup

Le renouveau industriel passera par des innovations urbaines (2/3)

Résumé du premier article (à ce lien) :
  • Il existe des centaines d’hectares de friches en Ile-de-France, notamment en petite couronne, dans des zones bien desservies.
  • Les Start-up, TPE et PME de l’industrie et de l’innovation ont un besoin fort d’espace pour leur R&D, leur démonstrateurs et premières productions.
  • Les espaces d’incubations et d’expérimentation sur friche urbaine, comme le 6Pasteur du Matériaupôle essayent de répondre à cette double problématique.

Dans cet article, nous nous  pencherons sur les caractéristiques des ZAC franciliennes et les adaptations à opérer pour l’intégration de nouvelles entreprises . Car selon nous,  ces adaptations doivent s’inscrire dans des démarches individuelles, mais aussi dans les évolutions du secteur.

Foncier imparfait, mais des friches qui comblent  les besoins primaires des start-up.

Selon 94Citoyens, (dans l’article à ce lien) : « seuls 5% des locaux disponibles dans la région sont neufs. Le foncier francilien disponible souffre d’obsolescence avec des ZAC vieillissantes […] et des locaux peu adaptés aux nouvelles formes d’activité. »

La Grande-Halle des Ardoines à Vitry-sur-Seine, symbole des richesses ensommeillées du 94.

C’est un constat à nuancer : Les jeunes entreprises du secondaires n’ont pas un besoin vital de foncier neuf et « propre ». Une entreprise incertaine sur sa pérennité cherche l’efficacité, la frugalité et la rapidité de mise en œuvre.

Car la « vallée de la mort » des entreprises n’est pas seulement due au tarissement des sources de financement. Mais aussi car ces entreprises n’ont plus d’espace adapté à leur besoins, dans la mesure de leurs ressources. Plusieurs incubateurs proposent des hébergements d’activité, mais pour des périodes entre 18 et 24 mois en moyenne*. Après cette période, les start-up doivent trouver un espace proportionnel à leur changement d’échelle par leur propre moyen. Le budget alloué évolue alors de manière explosive.

Source : Erik Van Rompay, Forbes.fr

Il est  cependant majeur que l’aménagement des espaces soit réfléchi avec les futurs utilisateurs. En effet, les besoins varient selon les occupants et ceux-ci peuvent assumer une part de l’aménagement eux-mêmes. Cette étape peut permettre au propriétaire d’éviter un suréquipement coûteux et un tarif d’occupation discriminant.

L’économie réalisée peut-être ré-allouée à des recrutements ou des investissements en machines. Mieux encore, cela peut permettre de financer des démonstrateurs / expériences dans les espaces ainsi acquis, et être décisif dans la survie de l’entreprise.

Quels sont donc les besoins primordiaux d’une entreprise du secondaire en début de production?
  • Espaces équipé à minima en :
    • Électrique (éventuellement tri-phasé)
    • La présence ou possibilité d’installer la fibre optique est une nécessité
  • Avec un accès simplifié :
    • Présence de transport en commun à proximité pour pouvoir faire venir les partenaires et capter aisément des travailleurs non-motorisés (tels que les étudiants qualifiés)
    • Accès parking et espace de livraison (au moins pour un utilitaire)
  • Et un espace sécurisé adapté :
    • Anti-feu
    • Validation ERP, SEVESO… Si besoin.

Une part des aménagements, dont la fibre optique, sont inévitables aujourd’hui, L’installation de celle-ci est préférable dès l’occupation transitoire. A la fois pour l’occupant, mais aussi pour le propriétaire qui s’assure un bon fonctionnement des installations.

La ZAC du Domaine de Cherioux est un projet ambitieux en terme de revalorisation des espaces urbains sous-exploités. Des éléments d’aménagements transitoire y sont à l’étude.
Une préfiguration des espaces, mais aussi du secteur industriel.

Comme nous le voyions dans le 1er article (à ce lien), le secteur secondaire est en pleine mutation. L’implantation d’entreprises dans des friches, les offres d’équipements mutualisés ouvrent à des d’activités industrielles à moindre coût.

La frugalité est part intégrante de notre avenir. L’économie des ressources (énergie et matière) sont primordiales dans le développement des industries de demain. Cela se retrouve à la fois dans les solutions R&D développées mais aussi dans les décisions stratégiques de nos adhérents.

Bien sûr, il est nécessaire d’anticiper les questions de propriété intellectuelle, notamment en établissant des règles d’usage claires. Mais il s’agit d’un sujet inévitable pour toutes entreprises (quelques soient leur taille et leur ancienneté). Là encore, les espaces  transitoires sont une expérience d’apprentissage pour une entreprise.

Les entreprises développées dans des friches vivent les contraintes qui y sont inhérentes. Ainsi, le Matériaupole peut s’appuyer sur son réseau pour proposer des solutions techniques dans le développement transitoire. Solutions qui seront reproductibles sur d’autres espaces à valoriser.

Agilcare, start-up du bâtiment renouvelable, s’apprête à sortir un nouveau démonstrateur. Ils souhaitent y montrer la compatibilité de leur technologie avec des projets de grandes surfaces sur plusieurs étages.
En bref…

Frugalité est le maître-mot des start-ups du secondaire. Pour innover rapidement et réduire leur « time to market », ces entreprises ont besoin d’une certaine liberté dans leur aménagement et accès à de l’équipement. Les friches urbaines offrent cela, sont économes et ouvrent des possibilités d’expérimenter in-situ. Tous ces avantages en font des espaces plus intéressants que le foncier intra-muros

Dans le dernier article nous verrons une dernière facette de l’aménagement transitoire. Nous reviendrons sur les bénéfices de l’activité transitoire sur le territoire et les propriétaires, publics et privés.

*Les périodes d’incubations de 18 à 24 nous paraissent insuffisantes pour des start-up de l’industrie qui ont des périodes de R&D longues. En R&D, les enjeux de marchés sont aussi décisifs que les enjeux technologiques. Les entreprises doivent anticiper les étapes de financement, commercialisation et être accompagnées dès le début du projet. Mais il est impossible que la R&D et le marché soient à point au bout de 2 ans.

Antoine Clousier

Partagez !

Alban Delume de DMD artdesign, un designer pas comme les autres

Alban Delume est le créateur de l’entreprise DMD artdesign qui conçoit et produit des châssis entoilés sur mesure et originaux dans leurs formes.

 

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?
Cadre DMD artdesign
9e Concept et DMD artdesign

Je m’appelle Alban, j’ai 31 ans, je suis issu du retail alimentaire pour lequel j’ai travaillé six ans en tant que directeur adjoint puis directeur de magasin. Passionné par la peinture et l’art en général, j’ai voulu me rapprocher de cette filière. J’ai donc lancé DMD artdesign afin d’apporter de l’innovation dans les formes de tableaux et de cadres pour les artistes peintres.

Quelle est l’activité de DMD artdesign ?

Elle est double : d’abord, une activité de design, de conseil, un pôle conception. Ensuite, une activité d’artisanat d’art, manuelle, dite de fabrication. Nous concevons et fabriquons des tableaux et des cadres sur-mesure, hors standards pour les artistes plasticiens. Nous les accompagnons, le plus souvent, en amont de leurs créations.

Quelles sont les spécificités de vos châssis ?
Cadre DMD artdesign
Cadre DMD artdesign

Nos produits sont exclusifs, uniques. Nous ne faisons que très rarement des séries, et dans ces cas-là, chaque pièce est numérotée. Nos tableaux sont issus d’un travail préliminaire réalisés avec nos clients et partenaires. Ainsi aucun produit n’est identique !

Comment concevez-vous vos châssis ?

La conception se fait numériquement : logiciels de modélisation 3D, type architecte / designer. Les châssis et caisses américaines que nous réalisons sont ainsi designés (c’est ce qu’on appelle le CAD). Ensuite vient la préparation de l’usinage par une machine CNC, nous travaillons pour cette partie sur Fusion 360, (c’est le CAM). 

Ensuite il y a la découpe du bois en 3D proprement dite. Nous travaillons le plus souvent au TechShop, les ateliers Leroy Merlin, pour cette partie sur la CNC.

Le reste du process se fait en atelier. C’est le travail d’artisanat : un peu de menuiserie, un peu d’ébénisterie, de tapisserie, suivi de peinture, etc…

Quelles sont les perspectives de développement pour votre produit ?

Ayant une seule année d’existence, il faut continuer à capitaliser sur notre modèle actuel : des grosses commandes uniques avec des artistes de renom. Cela va nous permettre d’asseoir notre notoriété et notre légitimité, tout en surfant sur celles de nos artistes.

D’ici un an, il faudra se concentrer sur les commandes les plus importantes et les plus qualitatives. L’idée est de toujours tendre vers un accompagnement artistique exclusif, pour des réalisations uniques et prestigieuses, plutôt que de se diriger vers de la série et de l’industrialisation.

Quelle est votre actualité ?
Caisse américaine pour René Maître par DMD artdesign
Caisse américaine pour René Maître par DMD artdesign

Des expositions majeures sont en cours avec Alëxone, Arnaud Liard, Stew, le 9ème Concept et d’autres artistes. De très belles pièces vont être exposées dans les galeries très prochainement et tout le monde va se régaler, j’en suis sûr !

Que vous apporte ou va vous apporter votre adhésion au Matériaupôle ?

J’espère profiter de l’émulation qu’est celle de Matériaupôle et de bénéficier de l’expertise de certains membres, notamment en termes de stratégie et d’optimisation de production. Notre soucis permanent est de trouver l’adéquation entre le prix de vente et le prix d’acceptation du marché.

Présentation d’un travail à quatre mains avec l’artiste SteW

Quand la création est parfois une re-création, une récréation…

Alban, vous avez travaillé avec le streetartiste SteW. Quels ont été ses rapports au support pour sa nouvelle exposition ?

SteW
SteW

Les supports sont depuis toujours multiples : panneaux en bois pour les peintures anciennes, la toile pour les Beaux-Arts, le mur en pierre ou le béton pour le grafitti… Le support n’est pas nécessairement une contrainte ni une constante. Il est un élément à intégrer dans la création artistique, je dirai même qu’il devrait être envisagé en amont de la création.

De la même manière que la nature des supports n’est pas constante, leurs formats non plus ne doivent pas être enfermés dans les formats rectangulaires bien connus : figure ; paysage ; marine). Il faut jouer avec, faire varier les formats pour multiplier les résultats.

Concrètement, comment avez-vous travaillé sur les œuvres de SteW présentées à GCA Gallery ? Ce sont tout de même des objets fragiles.

Encadrements DMD artdesign pour SteW
Encadrements DMD artdesign pour SteW

SteW souhaitait utiliser d’anciens morceaux de plancher en bois pour exploiter leur esthétisme. Il voulait aussi s’écarter des supports classiques que sont les châssis entoilés. Il désirait redonner vie à des matériaux pauvres et oubliés.

Nous avions deux moyens d’encadrer ses œuvres. Les caisses américaines pouvaient épouser précisément les contours extérieurs de ces panneaux de bois abandonnés. Nous pouvions également uniformiser la géométrie des œuvres choisies pour obtenir des octogones réguliers et symétriques.

Contrastes et irrégularités

Après lui avoir proposé plusieurs solutions, Stew a préféré uniformiser l’ensemble des cadres pour harmoniser sa série. Ce choix a permis d’apporter un contraste avec les irrégularités des panneaux de bois, relevant à la fois l’oeuvre et l’encadrement.

Comment décririez-vous votre collaboration ? Êtiez-vous dans une relation classique de prestataire-commanditaire prestation ou de co-création avec l’artiste ?

Encadrements DMD artdesign pour SteW
Encadrements DMD artdesign pour SteW

Ce n’était pas la première fois que nous collaborions avec SteW. Dans ce cas de figure, Stew m’a identifié ses besoins. Nous avons testé le meilleur produit pour l’ajuster au meilleur coût. Mais après livraison des caisses, SteW les a « customisé » à son goût. Il a appliqué un liseré doré sur le dessus des caisses, qui fait la différence. Ainsi, le cadre fait partie intégrante de l’œuvre.

Aujourd’hui, notre collaboration se poursuit. Nous préparons des tableaux fait de plusieurs toiles tissées entre elles, je ne vous en dis pas plus mais ça déchire !!!!

 

Retrouvez toute l’actualité de DMD artdesign sur son site Internet : http://dmdartdesign.com/

Consultez le dossier de presse de DMD artdesign et imprégnez-vous un peu plus dans son univers : Dossier de Presse

 

Partagez !

2 outils pour le pilotage de votre projet

Adhérent.e.s, le Matériaupôle a créé pour vous 2 outils pour le pilotage de votre projet. Ces outils vous seront utiles pour situer votre produit par rapport au marché, à la concurrence. Cela vous permettra aussi de sélectionner les aides et financements les plus adéquats.

Le plan d’action de l’entrepreneur

Vous êtes porteurs de projets ou souhaitez vous lancer dans la création d’entreprise, le Matériaupôle met à votre disposition gratuitement un outil qui a été pensé et réalisé pour vous : Le plan d’action de l’entrepreneur.

Ce plan sera votre compagnon et votre guide tout au long de votre aventure. Il est composé de neufs volets au sein desquels différentes étapes, par ordre de priorité, à réaliser vous sont proposées. N’hésitez pas à télécharger le plan d’action de l’entrepreneur en cliquant ici.

Grille de caractérisation de l’innovation

Nous mettons à votre disposition une grille d’évaluation qui vous permettra de situer votre produit sur différents critères d’innovation. Cette grille permettra également d’avoir un regard sur vous, innovateurs, adhérents, sur votre personnalité car vous êtes l’élément essentiel pour la réussite de votre projet.
Pour télécharger la matrice innovation (projet et porteur), vous pouvez cliquer ici.

 

Nous remercions particulièrement Jean-Manuel Kette pour la réalisation de ses outils dans le cadre de son stage de validation de se licence gestion des entreprises à l'IAE Gustave Eiffel.
Partagez !

Lancement du StartUp Booster 2018 !

Lancement des appels à candidatures pour la deuxième édition du StartUp Booster. Ce concours est destiné à détecter et stimuler les innovations dans le domaine des matériaux composites.

LE CONCOURS MONDIAL DE L’INNOVATION SUR LES COMPOSITES

Le programme s’adresse aux entrepreneurs (PME ou start-ups, y compris les jeunes pousses étudiantes) porteurs d’un projet innovant du monde entier, et qui souhaitent rencontrer les décideurs du secteur des composites pour qu’ils les accompagnent.

Les innovations entreront dans les deux catégories suivantes Procédés et Produits.

PROCÉDÉS :

  • Conception
  • Production
  • Numérisation / Industrie 4.0
PRODUITS :

  • Nouveaux matériaux composites, notamment matériaux hybrides, bio-sourcing et les composites intelligents
  • Nouvelles applications et nouveaux marchés de composites

 

 

10 STARTUPS SERONT SELECTIONNEES POUR PITCHER LEUR PROJET A STARTUP BOOSTER 2018

Dix start-ups du monde entier seront sélectionnées pour présenter leur projet lors du JEC World 2018 le 6 mars 2018 à Villepinte. Les projets seront présentés devant un jury d’experts du secteur à JEC World. Elles bénéficieront également d’un intéressant package commercial, notamment une présence de trois jours sur le salon au Startup Booster Village, et des séances d’encadrement avec des spécialistes des composites, dont Airbus et Daimler, les principaux partenaires Innovation du programme Startup Booster, pour la deuxième année consécutive.

Sur les dix start-ups participantes, trois gagnantes seront annoncées sur le salon JEC World. Outre une importante exposition auprès des professionnels internationaux dans le domaine des composites, ils bénéficieront d’un programme d’accélération, et notamment d’un stand sur le salon JEC World 2019.

INFORMATIONS ET ELEMENTS IMPORTANTS

L’appel à candidatures pour StartUp Booster 2018 est ouvert jusqu’au 15 décembre 2017

Le plus grand concours international de start-ups dans le domaine des composites est ouvert aux inscriptions : https://www.f6s.com/startupbooster2018/about

 

MATERIAUPOLE PARTENAIRE DU STARTUP BOOSTER 2018

Comme pour la précédente édition en 2017, Matériaupôle a été sélectionné pour être partenaire presse et de relais auprès des startup. Pour en savoir plus sur StartUp Booster 2017 : http://materiaupole.com/index.php/2017/01/11/materiaupole-startup-booster-jec-world/

Pour lire le bilan de l’édition 2017 : http://materiaupole.com/index.php/2017/04/20/startup-booster-jec-world-2017-bilan/

Matériaupôle partenaire du StartUp Booster de JEC WORLD
Partagez !

Appel à projet des Grands Prix de l’innovation de la ville de Paris

Vous connaissez un projet innovant qui améliore la vie de la ville et le développement du tissu économique parisien ? La Ville de Paris a le plaisir de vous annoncer que le dépôt des dossiers de candidatures des Grands Prix de l’Innovation de la ville de Paris 2017 est ouvert.

Soutenir l’innovation à Paris

Les Grands Prix de l’Innovation de la Ville de Paris ont pour vocation de soutenir le développement de jeunes entreprises innovantes franciliennes, et de récompenser celles qui vont, par leur innovation, fondre la prospérité économique et inventer les modes de vie urbains de demain.

Neuf catégories

Neuf catégories sont ouvertes pour concourir : Energie et Mobilité, Santé / Bien-être, Expérience client réinventée, Industries Créatives, Urbains mobiles et connectés, Impact social et sociétal, Transformation des entreprises, Industrie du Futur et Paris Ling City Awards (une catégorie dédiée aux start-up internationales).

Le lauréat de chaque catégorie remportera une dotation de 12 000€

La ville de Paris soutient

La Ville de Paris encourage et soutient les porteurs de projets innovants dans des secteurs en forte croissance, qui fondent la prospérité économique et inventent les modes de vie urbains de demain. La Ville s’engage, notamment au travers des Grands Prix de l’Innovation de la Ville de Paris

Candidatez !

Pour participer à ce grand concours de projets innovants, remplissez votre dossier de candidature avant le 18 août 2017 à midi sur www.grandsprixinnovation.paris.

Partagez !

Matériaupôle partenaire de StartUp Booster au JEC World

JEC World est le plus grand salon de matériaux composites au monde. Il se tiendra à Paris du 14 au 16 mars prochain.  À cette occasion, les organisateurs lancent un nouveau programme d’accompagnement autour de l’entrepreneuriat et l’innovation : StartUp Booster.
Matériaupôle est partenaire de cette première édition du StartUp Booster de JEC World.
StartUP boosterPour participer à ce programme, vous devez impérativement être un producteur, un transformateur, un concepteur ou un utilisateur de matériaux composites.

 

Soumettez votre projet

Dans ces cas seulement, vous pouvez soumettre un projet. Suivez ce lien pour remplir le formulaire de participation : http://bit.ly/Soumettezvotreprojet. La date limite des candidatures est fixée au 15 janvier 2017.  Faites vite !

Adhérents du Matériaupôle, si vous voulez être présents,  contactez Arnaud Bousquet via son adresse mail : a.bousquet@materiaupole.com

Pour tout savoir  du programme StartUp Booster : http://www.jeccomposites.com/events/jec-world-2017/startup-booster/presentation

Pour en savoir plus sur JEC World 2017 : ttp://www.jeccomposites.com/events/jec-world-2017

Partagez !

Quand écoconception vibre avec ingéniosité

L’ écoconception[i] a été le thème principal de la Matinale du Matériaupôle ce jeudi 15 décembre 2016 à l’Agence du développement du Val-de-Marne à Ivry/Seine. Elle a réuni une cinquantaine de participants autour de membres du réseau de l’association concernés par le sujet. Ces derniers ont présenté leurs solutions innovantes et leurs modèles économiques. L’assistance a pu constater que de jeunes entreprises pouvaient concevoir et créer de la richesse autrement à travers l’écoconception.

Une cinquantaine de participants sont venus assistés aux présentations des solutions écoconçues des adhérents du Matériaupôle. L’événement a été à peine troublé par les perturbations du RER C et la grève des chauffeurs VTC immobilisant une partie du périphérique parisien. Une prouesse car l’événement s’est tenu dans les locaux de l’Agence du développement du Val-de-Marne à Ivry-sur-Seine (94).

Les solutions écoconçues de nos adhérents

Bernard Fontaine, le président du Matériaupôle et son équipe ont rassemblé autour d’eux, un conférencier de l’université Mines Paris Tech pour introduire le thème de l’écoconception, des témoignages d’entrepreneurs, des présentations courtes de solutions écoconçues des membres de l’association et une table ronde animée par une des adhérentes du réseau. Il s’agissait d’exposer leurs solutions concrètes de concevoir, fabriquer, habiter autrement en étant moins impactant pour la planète et notre santé.

L’après-midi était consacrée à la visite des ateliers de Bilum et Maximum. Co-organisée avec le réseau des éco-acteurs du Val-de-Marne, une dizaine de participants accompagnée par Carine Gauthier, chargée de mission auprès du Département, ont pu découvrir des lieux de production qui pratiquent l’écoconception au quotidien.

L’intérêt de cet événement était de présenter un large panorama de solutions imaginées, conçues et mises en pratique par les adhérents. Venant d’univers différents, ces jeunes entreprises, start-up ou indépendants constituent, autour du Matériaupôle, un réseau riche et varié préoccupé par les enjeux économiques émergents et les nouvelles formes de création de richesse que génère l’écoconception.

Après les mots de bienvenue de Elisabeth Rodrigues, directrice de l’Agence du Développement du Val-de-Marne, le président du Matériaupôle a rappelé le thème principal de l’événement : l’écoconception est-elle un levier de croissance pour les entreprises ? Il a ensuite laissé la parole à Joël Ntsondé, chercheur à Mines Paris Tech. Dans une présentation et riche d’informations, il a introduit la démarche d’écoconception, puis répondu en partie à la question posée. En effet, « 98% des entreprises indiquent avoir un profit supérieur ou égal suite à la mise en place d’une démarche d’écoconception », selon une étude de l’Institut de développement de produits et le Pôle Ecoconception menée en 2013.

DES RETOURS POSITIFS

Les résultats obtenus par les adhérents du Matériaupôle abondent dans le sens de l’étude du Pôle Ecoconception de 2013. Souvent, ils ont fait de l’écoconception la base de leur activité. Ils ont ainsi conçu des modèles économiques dont la proposition de valeurs permet de dégager des marges bénéficiaires et d’accumuler peu à peu des points de croissance supplémentaires.

C’est ce qu’a constaté un des participants, Pascal Quetin, ingénieur consultant en production et logistique interne : « les points forts de cette journée ont été les thèmes sur l’écoconception, les produits, la motivation des intervenants tant dans leurs domaines que leurs convictions personnelles. Sincèrement, j’ai été touché et très ému de cette force que portait tous ces créateurs et dirigeants d’entreprises. »

L’avis de cet entrepreneur trouve un écho dans la conclusion des élus du Territoire. Ainsi, M. Patrice Diguet, vice-président délégué aux activités productives du Territoire Grand Orly Seine Bièvre a indiqué que « cela montre à quel point l’association Matériaupôle répond parfaitement à son objectif d’être, dans une approche pluridisciplinaire, le creuset de tous les métiers, savoir-faire et techniques autour des matériaux. Elle favorise ainsi l’émergence de projets innovants, expérimentaux, collaboratifs et de recherche ».

M. Pierre Bell-Lloch a renchéri en indiquant que « l’avenir est en marche dans le Val-de-Marne. Avec les Matinales de l’écoconception, des entrepreneurs ingénieux au service de l’environnement nous ont présentés ce matin leurs projets dans un territoire qui innove et qui replace l’homme au centre du système ».

OBJECTIF ATTEINT POUR LE matériaupôle

L’objectif est donc atteint pour l’association du Matériaupôle. Sa Matinale se veut le reflet des actions ambitieuses de l’association. Celle-ci veut rapprocher le monde de la recherche, des entreprises, de l’art et les territoires pour se mettre davantage au service de ses membres. Le meilleur reste à venir. « Nous n’avons pas chômé en 2016. Nous pensons que 2017 sera meilleure » a conclue Bernard Fontaine.

POUR PLUS D’INFORMATIONS SUR L’ÉCOCONCEPTION

Pour plus d’informations sur l’écoconception, retrouvez ici le document de présentation de Joël Ntsondé de Mines Paris Tech : l’écoconception, un levier de croissance pour les entreprises ?

Les intervenants de la matinale sur l’écoconception

 

Quelques questions pour mieux vous servir

Si vous avez participé à la Matinale 2016, merci de prendre quelques minutes pour répondre à ce petit questionnaire. Vos réponses nous permettront d’améliorer l’organisation des nos prochains événements : questionnaire.

Le Matériaupôle et vous

Pour en savoir plus sur nos activités, inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle en contactant le 07 68 41 27 44 ou nous adresser un mail à jp.trigla@materiaupole.com

Nous vous rappelons que le #6Pasteur accueille vos projets dans notre espace d’expérimentations et de coworking. Appelez au 06 87 71 83 11 pour plus d’informations.

____________________________________________________________________________________

[i] On sait que l’écoconception est encadrée par la norme ISO/TR 14062 de 2002. Elle dit que « l’écoconception consiste à intégrer des aspects environnementaux dans la conception et le développement de produits ». Une directive de 2009 définit l’écoconception comme « l’intégration des caractéristiques environnementales dans la conception du produit en vue d’améliorer la performance environnementale du produit tout au long de son cycle de vie ».

Partagez !

Scientipôle lance l’appel à projets « Usine du Futur »

Scientipôle lance du 1er au 30 décembre un appel à projets  » Usine du Futur  » pour accélérer le développement de projets dans l’énergie et les transport.

A la clé un accompagnement personnalisé dans leur accélérateur Usine du Futur comprend :

  • 1 start session pendant 1 à 6 mois
    • 4 jours d’ateliers collectifs (Finance, IP, RH, Commercial…)
    • 5 jours d’accompagnement individuel par un chargé d’affaires et un expert externe
  • Un prêt d’honneur à 0% jusqu’à 120k€ pour financer votre amorçage
    • Financement non dilutif sans garantie personnelle (min de 60k€)
    • Sur 5 ans dont 1 an de différé
  • Intégrer l’Up Session pendant 3 ans
    • 4 parcours thématiques (se développer, se financer, se structurer et se médiatiser)
    • Des événements commerciaux pour identifier de nouveaux prospects
    • Des interventions de business developpers co-financées par Scientipole

Types de solutions innovantes pouvant être accompagnées par l’appel à projets Usine du Futur de Scientipôle : nouvelles mobilités ; nouveaux services pour les acteurs du transport ; solutions pour l’Usine du futur ; amélioration des processus de production ; maintenance prédictive ; maintenance intelligente ; fabrication additive ; impression 3D ; nouveaux types d’énergies ; efficacité énergétique ; …

Pour en savoir plus.

Partagez !

L’écoconception, un levier de croissance pour les entreprises ?

Vous vous interrogez encore sur l’écoconception ? Comment se traduit-elle dans le champ économique ? Quelles réponses apportent les entreprises à ces problématiques environnementales, économiques et sanitaires ? Trouvez vos réponses lors de la Matinale du Matériaupôle le jeudi 15 décembre 2016, de 8h30 à 13h, à l’Agence du Développement du Val-de-Marne au 23 rue Raspail à Ivry-sur-Seine (94200).

 

Pour une entreprise, la démarche de l’écoconception, c’est la prise en compte de toutes les étapes de la vie d’un objet depuis le sourcing des matières premières jusqu’à la fin de vie de cet objet. Il s’agit de limiter le recours aux matières premières, de réduire les dépenses énergétiques, à utiliser les matières secondaires issues du réemploi. Il faut que toutes ces étapes soient réalisées dans le respect de contraintes environnementales, socioéconomiques et sanitaires.

 

L’Ademe constate que « pour une entreprise, l’écoconception est susceptible d’avoir un impact sur l’ensemble de la chaîne de valeur de son produit (bien ou service) : en amont sur ses approvisionnements et ses relations avec ses fournisseurs, mais aussi en aval sur son positionnement et ses relations avec ses clients ».

 

Est-il prématuré de faire un constat des répercussions des mesures écoconçues dans le secteur économique ? A l’échelle des chaînes de productions ou des offres de services, on constate qu’il existe encore peu de marchés qui soient impactés par la démarche.

Dans la réalité économique, ce sont les entrepreneurs qui constatent encore trop souvent la difficulté qu’ils ont d’obtenir des parts de marché si ils utilisent comme argument principal de vente : biodiversité, impact environnemental, réutilisation ou recyclage.

 

Nous évoquerons ces sujets avec avec une conférence introduisant la démarche d’écoconception, des témoignages d’entrepreneurs, des présentations courtes de solutions écoconçues d’adhérents du Matériaupôle, une table ronde présentant les contraintes réglementaires et les différents outils d’écoconception utilisés par les entreprises (Analyse du Cycle de Vie, le craddle to craddle, la matrice Matériaux Énergie Toxicité…).

 

Depuis sa création en 2009, l’association Matériaupôle Paris Seine-Amont (statut loi 1901) regroupe dans un même réseau tous les savoirs, tous les métiers et tous les secteurs d’activités, à la condition qu’ils soient liés aux matériaux. Elle accompagne ses adhérents dans leurs démarches d’innovation et met en valeur les résultats obtenus. L’association compte en 2016 plus d’une soixantaine d’adhérents, essentiellement des PME, des TPE, des startups et des laboratoires de recherche.

 

Pour vous inscrire à la Matinale, c’est par ici : inscription à la Matinale 2016

Pour en savoir sur nos activités, dirigez-vous vers notre site Internet

Partagez !

Nouvel appel à projets générique de l’ANR

L’ ANR (Agence Nationale pour la Recherche) lance un appel à projets générique pour l’année 2017.

Cet AAP de l’ANR concerne toutes les disciplines scientifiques (dont les matériaux) et s’adresse à tous les types de recherche (fondamentales ou appliquées). Ce concours permet également de soutenir des projets menés en partenariat de laboratoires de recherche et entreprises (TPE/PME).

Neuf grands thèmes de recherches sont priorisés :

  •          Gestion sobre des ressources et adaptation au changement climatique ;
  •          Énergie propre, sûre et efficace ;
  •          Stimuler le renouveau industriel ;
  •          Vie, santé et bien-être ;
  •          Sécurité alimentaire et défi démographique ;
  •          Mobilité et systèmes urbains durables ;
  •          Société de l’information et de la communication ;
  •          Sociétés innovantes, intégrantes et adaptatives ;
  •          Liberté et sécurité de l’Europe, de ses citoyens et de ses résidents.

Le processus de candidature est assez long. Il commence par le dépôt d’un pré-dossier de candidature de trois pages avant le 27 octobre 2016 et se terminera mi-2017.

Plus d’information : http://www.agence-nationale-recherche.fr/fileadmin/aap/2017/aap-generique-anr-2017.pdf

 

Partagez !