Archives par mot-clé : val de marne

WHOLE innove dans les teintures végétales

Aurélia Wolff a créé WHOLE une marque de design organique qui utilise notamment la valorisation des teintures végétales et des bio-déchets. Adhérente du Matériaupôle depuis 2014, elle vient d’obtenir le troisième prix de l’entreprise artisanale innovant, remis par la chambre des métiers et de l’artisanat du Val-de-Marne.

Pouvez-vous nous décrire l’objet de votre activité ?

WHOLE propose des collections pour la maison et la chambre d’enfants 100% teintures végétales et made in France. Coussins, couvertures, édredons, accessoires, cadeaux naissance, linge sont nos produits phare en laine merinos et lin biologique.

Quelles sont vos actualités ?

Nous venons d’ouvrir à Paris un atelier boutique ouvert tous les samedis au public et en semaine sur rendez- vous. C’est le Showroom-Atelier Whole au 86 rue Jean-Pierre Timbaud, dans le 11e arrondissement de Paris. C’est l’occasion pour notre clientèle de découvrir l’ensemble de nos collections mais aussi tout le procédé innovant que j’ai inventé pour la fabrication de nos teintures. En plus de l’atelier de teinture, nous avons installé une section couture qui permet de réaliser sur place les finitions et les petites séries.

Que vous apporte votre adhésion au Matériaupôle ?

Un réseau de confiance d’accompagnement et d’entrepreneurs avec une dimension locale et innovante. Cela permet des interactions riches dans d’autres secteurs d’activité et une orientation de nos réflexions vers le futur.

Quelles sont vos perspectives de développement de marché ?

Nous souhaitons continuer de développer l’offre aux particuliers sur notre site internet avec des séries exclusives (eshop), proposer régulièrement des workshops d’initiation à la teinture, et continuer de distribuer nos collections à l’international.

Vous venez d’être « oscarisé », avec deux autres adhérents du Matériaupôle,  du second prix de l’entreprise artisanale innovante remis par la Chambre des métiers et de l’artisanat du Val-de-Marne. Que ressentez-vous ?

Cette fête de l’artisanat m’a ravi par son aspect convivial et rassembleur. J’ai pu croisé des artisants, des apprentis talentueux. Ca a été aussi pour moi l’occasion de rencontrer les deux autres lauréats, Loma Innovation et Arca Ébénisterie. J’ai été surprise d’apprendre qu’ils étaient également, adhérents du Matériaupôle.

Ce prix va me permettre de souligner l’aspect écologique de mes produits. Je vais pouvoir davantage communiquer sur mes créations et mes nouveautés. C’est également l’occasion pour moi de mener un audit sur ma manière de produire et d’aller plus dans mes démarches qualitatives et mes process de fabrication. Ce prix ajoute une plus-value certaine à mon projet. Et le parrainage de l’ADEME est rassurant. Tout cela est très appréciable et encourageant pour la suite.

Retrouvez l’entreprise WHOLE sur les réseaux sociaux :

Partagez !

Steven Leprizé, fondateur de ARCA ébénisterie

Entre innovation, créativité, recherche et réalisation unique.

ARCA ébénisterie, est tout à la fois : un atelier de recherche et de création en ameublement. Mais pas que… Rencontre avec un ancien élève de l’Ecole Boulle où il enseigne aujourd’hui le travail sur bois.

Pouvez-vous nous décrire l’objet de votre activité ?

ARCA est un atelier aux multiples facettes : créations, prototypage, micro séries et séries limitées. Formés entre autre à l’école Boulle, nous utilisons des méthodes traditionnelles et mettons en œuvre des techniques et matériaux nouveaux. Résolument tournés vers l’expérimentation dans le mobilier, nous répondons à des problématiques variées, qu’elles soient esthétiques, structurelles ou mécaniques. Nous mettons notre savoir-faire au service des designers et éditeurs pour imaginer des solutions artisanales ou industrielles. ARCA dépasse le champ classique de l’ébénisterie en puisant dans des univers allant de l’aviation à l’industrie textile. Nous sommes implantés à Chennevières-sur-Marne. Notre atelier a une surface d’environ 300 m². Nous avons à proximité tout un ensemble de partenaires avec qui nous avons établi une relation de confiance pour l’exécution de certains travaux de finition, de serrurerie, usinage et formage plastique, quincailleries sur mesure… Nos créations résument les capacités dont nous disposons ainsi que notre perception du mobilier. Nous sommes à même de proposer des créations personnalisées répondant aussi bien aux exigences des professionnels de la décoration qu’à celles de particuliers.

Cette invention du bois qui respire, et qui a impressionné bon nombre de visiteurs du stand Citroën, au salon de l’Auto est née comment ?

Cette invention s’appelle Airwood. Elle est née d’un travail sur l’illusion et la thématique du mouvement. Ce projet est issu d’un sujet de diplôme d’ébénisterie présenté à l’école Boulle en 2008. Le premier travail de l’atelier ARCA, créé en 2009, a été d’en optimiser la production. Airwood est composé, d’un support, de caoutchouc, d’adhésif et de bois (ou autre matières rigide). Jusque-là, nous réalisions les ciselures à la main, au scalpel ! Nous avons pu détourner une machine de l’industrie textile pour numériser la découpe. Gagnant ainsi en finesse, en qualité et en rapidité.

En êtes-vous resté là ? Avez-vous porté d’autres améliorations à votre invention ?

Oui et c’était tout l’intérêt. La seconde étape a été d’améliorer la résistance du produit par de meilleures colles, puis la suppression en partie de ces colles pour passer à une fixation mécanique plus résistante. Nous avons appliqué la méthode à d’autres matériaux et rencontré à chaque fois de nouvelles difficultés comme avec la céramique et le cuir. La mise au point de système pneumatique automatique a été un défi car la mécanique des fluides est très complexe, surtout pour des ébénistes de formation. Il a fallu pour communiquer les possibilités et vendre, trouver les idées, les contextes et applications, puis les rendre en images de synthèse. Une nouvelle typologie d’objet a vu le jour, de nouvelles fonctions comme gérer l’acoustique d’une pièce ou salle de concert par le gonflage des murs. Indiquer un volume sonore par un logo évolutif. Créer des logos de PLV en mouvement. Des packagings surprenant. Des luminaires dont l’intensité varie par gonflage…

Est-ce que depuis les débuts de votre invention, votre procédé a évolué ?

Oui, tout à fait. Cinq générations de Airwood plus tard et les années passant, nous voilà aujourd’hui avec une version optimale, qui ne peut pas encore être placée à l’extérieur mais qui ne demande qu’à être utilisée. Notre superposition de matériaux a même fait des petits car nous sommes en train de créer un nouveau dérivé qui ne se déforme plus par de l’air mais par les objets qu’on y met. L’évolution de ce matériau a donc fait naître le WooWood qui sert de rangement par des poches élastique recouvert de marqueterie de bois à la manière d’un textile. On peut ainsi créer un passe câble, faire coulisser un tiroir dans des poches, placer une lumière. Il fonctionne comme un tendeur.

Quelles sont vos actualités ?

ARCA fait partie de l’exposition Observeur design qui est actuellement au VIA et qui va faire un tour de France. Nous avons d’ailleurs remporté l’étoile Observeur Design catégorie Artisanat.

Nous allons faire le salon Révélations au Grand Palais et participer au village du Matériaupôle aux Puces du Design en mai prochain à Paris-Porte de Versailles.

Quelles sont vos perspectives de développement de marché ?

Je veux continuer dans la même direction sans être « plus gros ». Nous avons fait évoluer l’atelier avec une imprimante 3D et une CNC en 2017. Je veux acheter un atelier d’ici un an. Et réussir à prendre plus de temps pour mes créations.

Que vous apporte votre adhésion au Matériaupôle ?

Des contacts commerciaux et intelligent comme avec Hogos. Et surtout le projet de R&D avec l’école des Mines qui je l’espère va se concrétiser !

Vous venez d’être « oscarisé », avec deux autres adhérents du Matériaupôle,  du second prix de l’entreprise artisanale innovante remis par la Chambre des métiers et de l’artisanat du Val-de-Marne. Que ressentez-vous ?

J’en suis très heureux, c’est vrai. Cette distinction salue le travail de tout l’atelier. Et c’est bien. J’espère que cela va nous apporter de nouveaux marchés, pour qu’à la clé, nous ayons de nouveaux chantiers à la clé.

Récompenses
Partagez !

Oscars des entreprises artisanales innovantes : triplé gagnant de nos adhérents

3 de nos adhérents lauréats des Oscars de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat du Val-de-Marne

Le lundi 13 mars 2017, 3 adhérents du Matériaupôle ont été les lauréats des Oscars de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat du Val-de-Marne, catégorie entreprise innovante.

A la première place : LOMA Innovation, développe une technologie brevetée de matériaux plastiques déformables.

Deuxième place : ARCA ébénisterie, Atelier de Recherche et de Création en Ameublement.

Troisième place : WHOLE, manufacture éco-bienveillante de couleurs d’exception pour les textiles.

Ce prix a pour objectif de valoriser les entreprises qui investissent les différents champs de l’innovation :

  • création de nouveaux produits et de procédés technologiques,
  • nouvelles méthodes de commercialisation,
  • mise en œuvre d’une méthode organisationnelle spécifique.

Les trois lauréats seront valorisés et bénéficieront d’un film promotionnel axé sur leur entreprise. L’Agence de Développement du Val-de-Marne partenaire de cette opération dotera le premier prix avec une prestation d’accompagnement axée sur l’innovation.

Retrouvez les portraits des trois lauréats dans l’article consacré aux Oscars de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat du Val-de-Marne dans Le Parisien 94 – Val de Marne et ici aussi.

La Semaine Nationale de l’Artisanat

Les Oscars des entreprises innovantes artisanales s’inscrivaient dans les animations prévues pendant la Semaine Nationale de l’Artisanat. Cette soirée, était organisée par la CMA94 et l’Agence de développement du Val-de-Marne, en partenariat avec INPI France,  Bpifrance et le Matériaupôle. Divers prix et récompenses étaient distribués en plus du prix de l’entreprise artisanale innovante :

  • Entreprises du patrimoine vivant
  • Remise des attestations Charte Qualité
  • Remise des médailles de la reconnaissance artisanale
  • Prix de l’entreprise innovante en Val-de-Marne
  • Remise des Titres de Maître Artisan
  • Prix ApprentiStars 2015-2016
Plus d’informations sur la semaine nationale de l’Artisanat

 

Toutes les infos sur la semaine nationale de l’Artisanat sont là : http://www.semaine-nationale-artisanat.fr/

(Photo : ©Le Parisien/Laure Parny)

Partagez !

Offre de stage « chargé-e de développement expérimentations et coworking

Le Matériaupôle Paris Seine-Amont propose un stage « chargé-e de développement expérimentations et coworking »

Description du stage

Sous la responsabilité du directeur du Matériaupôle Paris Seine-Amont, vous aurez en charge le développement et l’animation du #6Pasteur : l’espace d’expérimentation et de coworking de l’association. Le #6Pasteur est un espace d’expérimentations et de coworking créé par le Matériaupôle Paris Seine-Amont et inauguré en 2016. Depuis l’inauguration du #6Pasteur l’association y a accompagné 5 projets.

Le stagiaire aura donc pour mission de développer le #6Pasteur, de mieux structurer l’offre (accompagnement de projet et accueil de coworkeurs en nomade), d’effectuer une prospection ciblée pour la commercialisation et de participer à l’accompagnement des porteurs de projets.

Le stagiaire travaillera à la définition, à la rédaction et à la promotion d’une action spécifique auprès des étudiants ayant un projet entrepreneurial pour les accompagner au #6Pasteur. Il/Elle définira la forme de cette action (appel à projets, bourse, concours, … ?). Le stagiaire travaillera sur ce sujet en synergie avec les organismes d’enseignement supérieur du territoire et ceux adhérents au Matériaupôle.

De plus, le stagiaire accompagnera l’équipe du Matériaupôle à la construction d’une offre collective visant à renforcer la présence de l’association sur des salons professionnels.

Par ailleurs le stagiaire participera à la vie de l’association (organisation des évènements, de l’assemblée générale, …).

Profil

BAC +4/+5 issus d’une école de commerce, IEP ou IAE à dominante développement économique ou développement local.

  • Excellentes qualités rédactionnelles ;
  • Dynamique, passionné(e) ;
  • Esprit d’initiative et sens du travail en équipe ;
  • Capacités d’organisation et attention aux détails ;
  • Aisance relationnelle ;
  • Bon niveau d’anglais ;
  • Compétences avancées sur Microsoft Office (Word, Excel, PowerPoint).

La connaissance du milieu des clusters et de l’innovation est un plus.

Conditions

Durée : 5 à 6 mois

Gratification : 515€/mois + 50% carte de transport + tickets restaurant.

Localisation du stage : #6Pasteur – 6 rue Pasteur à Vitry-sur-Seine (300m du RER C).

Contact

Les candidatures (CV et lettre de motivation) sont à transmettre à Arnaud BOUSQUET – Directeur du Matériaupôle Paris Seine-Amont.

a.bousquet@materiaupole.com

Partagez !

Quand écoconception vibre avec ingéniosité

L’ écoconception[i] a été le thème principal de la Matinale du Matériaupôle ce jeudi 15 décembre 2016 à l’Agence du développement du Val-de-Marne à Ivry/Seine. Elle a réuni une cinquantaine de participants autour de membres du réseau de l’association concernés par le sujet. Ces derniers ont présenté leurs solutions innovantes et leurs modèles économiques. L’assistance a pu constater que de jeunes entreprises pouvaient concevoir et créer de la richesse autrement à travers l’écoconception.

Une cinquantaine de participants sont venus assistés aux présentations des solutions écoconçues des adhérents du Matériaupôle. L’événement a été à peine troublé par les perturbations du RER C et la grève des chauffeurs VTC immobilisant une partie du périphérique parisien. Une prouesse car l’événement s’est tenu dans les locaux de l’Agence du développement du Val-de-Marne à Ivry-sur-Seine (94).

Les solutions écoconçues de nos adhérents

Bernard Fontaine, le président du Matériaupôle et son équipe ont rassemblé autour d’eux, un conférencier de l’université Mines Paris Tech pour introduire le thème de l’écoconception, des témoignages d’entrepreneurs, des présentations courtes de solutions écoconçues des membres de l’association et une table ronde animée par une des adhérentes du réseau. Il s’agissait d’exposer leurs solutions concrètes de concevoir, fabriquer, habiter autrement en étant moins impactant pour la planète et notre santé.

L’après-midi était consacrée à la visite des ateliers de Bilum et Maximum. Co-organisée avec le réseau des éco-acteurs du Val-de-Marne, une dizaine de participants accompagnée par Carine Gauthier, chargée de mission auprès du Département, ont pu découvrir des lieux de production qui pratiquent l’écoconception au quotidien.

L’intérêt de cet événement était de présenter un large panorama de solutions imaginées, conçues et mises en pratique par les adhérents. Venant d’univers différents, ces jeunes entreprises, start-up ou indépendants constituent, autour du Matériaupôle, un réseau riche et varié préoccupé par les enjeux économiques émergents et les nouvelles formes de création de richesse que génère l’écoconception.

Après les mots de bienvenue de Elisabeth Rodrigues, directrice de l’Agence du Développement du Val-de-Marne, le président du Matériaupôle a rappelé le thème principal de l’événement : l’écoconception est-elle un levier de croissance pour les entreprises ? Il a ensuite laissé la parole à Joël Ntsondé, chercheur à Mines Paris Tech. Dans une présentation et riche d’informations, il a introduit la démarche d’écoconception, puis répondu en partie à la question posée. En effet, « 98% des entreprises indiquent avoir un profit supérieur ou égal suite à la mise en place d’une démarche d’écoconception », selon une étude de l’Institut de développement de produits et le Pôle Ecoconception menée en 2013.

DES RETOURS POSITIFS

Les résultats obtenus par les adhérents du Matériaupôle abondent dans le sens de l’étude du Pôle Ecoconception de 2013. Souvent, ils ont fait de l’écoconception la base de leur activité. Ils ont ainsi conçu des modèles économiques dont la proposition de valeurs permet de dégager des marges bénéficiaires et d’accumuler peu à peu des points de croissance supplémentaires.

C’est ce qu’a constaté un des participants, Pascal Quetin, ingénieur consultant en production et logistique interne : « les points forts de cette journée ont été les thèmes sur l’écoconception, les produits, la motivation des intervenants tant dans leurs domaines que leurs convictions personnelles. Sincèrement, j’ai été touché et très ému de cette force que portait tous ces créateurs et dirigeants d’entreprises. »

L’avis de cet entrepreneur trouve un écho dans la conclusion des élus du Territoire. Ainsi, M. Patrice Diguet, vice-président délégué aux activités productives du Territoire Grand Orly Seine Bièvre a indiqué que « cela montre à quel point l’association Matériaupôle répond parfaitement à son objectif d’être, dans une approche pluridisciplinaire, le creuset de tous les métiers, savoir-faire et techniques autour des matériaux. Elle favorise ainsi l’émergence de projets innovants, expérimentaux, collaboratifs et de recherche ».

M. Pierre Bell-Lloch a renchéri en indiquant que « l’avenir est en marche dans le Val-de-Marne. Avec les Matinales de l’écoconception, des entrepreneurs ingénieux au service de l’environnement nous ont présentés ce matin leurs projets dans un territoire qui innove et qui replace l’homme au centre du système ».

OBJECTIF ATTEINT POUR LE matériaupôle

L’objectif est donc atteint pour l’association du Matériaupôle. Sa Matinale se veut le reflet des actions ambitieuses de l’association. Celle-ci veut rapprocher le monde de la recherche, des entreprises, de l’art et les territoires pour se mettre davantage au service de ses membres. Le meilleur reste à venir. « Nous n’avons pas chômé en 2016. Nous pensons que 2017 sera meilleure » a conclue Bernard Fontaine.

POUR PLUS D’INFORMATIONS SUR L’ÉCOCONCEPTION

Pour plus d’informations sur l’écoconception, retrouvez ici le document de présentation de Joël Ntsondé de Mines Paris Tech : l’écoconception, un levier de croissance pour les entreprises ?

Les intervenants de la matinale sur l’écoconception

 

Quelques questions pour mieux vous servir

Si vous avez participé à la Matinale 2016, merci de prendre quelques minutes pour répondre à ce petit questionnaire. Vos réponses nous permettront d’améliorer l’organisation des nos prochains événements : questionnaire.

Le Matériaupôle et vous

Pour en savoir plus sur nos activités, inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle en contactant le 07 68 41 27 44 ou nous adresser un mail à jp.trigla@materiaupole.com

Nous vous rappelons que le #6Pasteur accueille vos projets dans notre espace d’expérimentations et de coworking. Appelez au 06 87 71 83 11 pour plus d’informations.

____________________________________________________________________________________

[i] On sait que l’écoconception est encadrée par la norme ISO/TR 14062 de 2002. Elle dit que « l’écoconception consiste à intégrer des aspects environnementaux dans la conception et le développement de produits ». Une directive de 2009 définit l’écoconception comme « l’intégration des caractéristiques environnementales dans la conception du produit en vue d’améliorer la performance environnementale du produit tout au long de son cycle de vie ».

Partagez !

Ecoconception : un levier de croissance pour les entreprises ?

Ecoconception : un levier de croissance pour les entreprises ? La matinale 2016 du Matériaupôle

Trouvez toutes les réponses sur l’écoconception lors de la Matinale du Matériaupôle le jeudi 15 décembre 2016, de 8h30 à 13h, à l’Agence du Développement du Val-de-Marne au 23 rue Raspail à Ivry-sur-Seine (94200).

La Matinale 2016 du Matériaupôle est co-organisée avec le Conseil Départemental du Val-de-Mane et l’Agence du Développement du Val-de-Marne.

Après la Matinale, nous organisons l’après-midi avec le réseau des écoacteurs du Val-de-Marne et le département une visite des ateliers de deux entreprises.

Cette matinée sera placée sous le patronage de :

  • Patrice Diguet, vice-président délégué aux activités productives du Territoire Grand Orly Seine Bièvre
  • Pierre Bell’Lloch, vice-président du Conseil départemental du Val-de-Marne
Pour vous inscrire à la MATINALE, c’est par ici.
Plus d’information sur la visites des ateliers de Bilum et de Maximum.

Présentations des intervenants

Le conférencier pour la conférence d’ouverture

Joël Ntsondé, consultant et chercheur en management, effectue actuellement une thèse au CGS – Centre de Gestion Scientifique de Mines ParisTech. Ses travaux portent sur l’innovation responsable et l’économie circulaire, et plus particulièrement, sur les mécanismes de coopération inter-organisationnels qui permettent aux acteurs socio-économiques de co-concevoir des modèles économiques à la fois plus innovants et plus durables.

 

Les pitchers

Patricia Ruscito, présidente de ArtScience 21. Flowers Of Change est une œuvre planétaire participative de l’artiste Pierre Estève destinée à faire prendre conscience à l’humanité de la nécessité d’éradiquer les déchets plastiques de la surface de la terre et des océans. A partir de bouteilles de plastique recyclées, l’artiste et des milliers de “fleuristes du changement” créent des “Floraisons”.

 

 

Flowers of Change a été labellisée COP21, COP 22 et Année Internationale de la Lumière 2015.

 

 

Yves Le Corfec, fondateur de IPSIIS. IPSIIS développe des mousses isolantes, incombustibles et réfractaires ainsi que les procédés de production et de mise en œuvre de ces matériaux. IPSIIS valorise des ressources naturelles et matériaux recyclés dans des usages améliorant l’efficacité énergétique des équipements et du bâtiment sans concession relative à la santé ou la sécurité.

 

Les matériaux IPSIIS trouvent leurs applications essentielles dans les domaines de l’isolation haute température (Fours, équipements industriels) et dans l’obtention de matériaux de construction et d’isolation par recyclage de matière secondaires ou exploitation de ressources communes.

 

 

Laura Cooper et Simon Sow, fondateurs de Mask Génération. Mask Génération est né suite à un constat simple : il n’existe aucun masque anti-pollution qui allie à la fois esthétique/mode et réelle efficacité contre les particules fines.

Or la population européenne, en particulier les cyclistes et motocyclistes, sont de plus en plus conscients de l’impact de la pollution sur leur santé et souhaitent un produit de confiance.

Notre objectif ? Faire du masque un accessoire incontournable.

 

 

Daovone Sribouavong, fondatrice de MATABASE. MATABASE participe à la structuration et à l’émergence d’une filière éco-responsable en fédérant l’ensemble des acteurs et en simplifiant l’accès aux éco-matériaux (neuf ou issus du réemploi).

Plus qu’une énième plateforme numérique,

MATABASE propose une démarche globale connectée à la réalité pour accompagner le développement d’une économie responsable et économiquement durable.

 

Gaëlle Kikteff, chargée des partenariats ressources pour les Ateliers Maximum.

Les Ateliers Maximum sont une manufacture de mobilier qui puise toute sa matière première dans les pertes de production industrielles. « Nos objets sont issus des poubelles. Notre but est qu’ils n’y retournent pas » ainsi Maximum conçoit et fabrique du mobilier à partir des chutes, pertes et rebuts des productions industrielles.

Ces productions en séries entraînent des déchets qui sont eux aussi sériels, tant dans la constance de leur forme que dans la récurrence de leur « fabrication ».

Il est donc possible de les envisager comme des pièces détachées au départ d’une nouvelle production en série.

Le processus de production est alors inversé. En effet, dans les industries classiques, la fabrication est faite en fonction d’un dessin. Maximum dessine en fonction de formes déjà fabriquées.

 

Pascal Colné, fondateur du cabinet conseil Univers & Conseils. Il s’agit pour nous d’accompagner l’évolution des modes de vie qui aspirent à  un espace de vie plus mobile, plus flexible, plus évolutif.

Nous souhaitons soutenir et accompagner l’émergence de nouveaux besoins liés à la recherche de ces nouveaux modes de vie, par un système constructif capable de se plier aux évolutions des besoins.

Par la réalisation écologiques de solutions durables, la limitation extrême des déchets et l’utilisation de filières courtes de produits naturels ou issus du recyclage.

 

Aurélia Wolff, fondarice de l’atelier WHOLE. Créée par Aurélia Wolff en 2014, WHOLE est une marque de design textile écologique et made in France. C’est une philosophie et un art de vivre.

Teindre de façon artisanale à partir de plantes, revaloriser les déchets, utiliser des tissus biologiques, s’inscrire dans une démarche locale, respecter l’environnement, le concept WHOLE intègre tout ce processus de l’idée au produit et jusqu’au consommateur.

Les produits WHOLE sont issus de cette nouvelle façon de penser et sont entièrement conçus et réalisés en France.

 

Les intervenants de la table ronde

Elisabeth Steffann, consultante indépendante en gestion et valorisation de projets en économie circulaire et RSE

Agir comme un catalyseur et accompagner les entreprises désireuses d’inscrire le développement durable au cœur de leur stratégie, en s’appuyant sur l’économie circulaire pour imaginer de nouveaux modèles économiques pérennes.

Faciliter le dialogue entre l’ensemble des parties-prenantes et promouvoir les actions réalisées afin de renforcer l’image et la notoriété de l’entreprise, tant en interne qu’en externe.

 

Hélène de la Moureyre, directrice de Bilum

Depuis 2005, Bilum donne une seconde vie aux matières mises au rebut et les transforme en une large collection de sacs et d’accessoires.

Unique et singulière, chaque pièce est le résultat d’une fabrication totalement française et d’une production responsable et écologique.

 

Pionnier en France de la transformation des bâches publicitaires géantes, Bilum innove sans cesse et travaille avec des matières récupérées toujours nouvelles : airbags, tissus, toiles enduites, voiles de bateau, drapeaux, affiches publicitaires, etc.

 

 

 

François-Xavier Ferrari, co-fondateur de Coopérative Mu. Mu est une agence innovante d’éco-conception. Nous identifions les enjeux environnementaux au tout début de vos projets et vous accompagnons à transformer vos idées de produits en écoproduits innovants.

 

Mu repose sur la collaboration d’experts aux métiers complémentaires : l’analyse et la précision de l’ingénierie de l’environnement, l’approche intuitive et créative du design industriel. Ils orientent vos équipes dans la création et la prise de décision tout au long du projet.

 

Elias Gérard, ingénieur chez ECHY

Comment faire entrer la lumière naturelle à l’intérieur ? C’est sur cette problématique que travaille ECHY.

Echy a trouvé la solution en captant la lumière du soleil à l’extérieur des bâtiments et la transporte à l’intérieur par le biais de la fibre optique.

Cela permet de bénéficier des impacts positifs de la lumière du soleil sur la santé (confort visuel, bien-être…), de valoriser les espaces sombres ou dépourvus d’ouvertures, d’améliorer l’efficacité énergétique des bâtiments et d’utiliser une technologie 100% naturelle, propre et durable.

 

Catalina Trujillo, fondatrice de HAIKO. HAIKO est une marque et une démarche d’éco-conception autour du carton et des fibres végétales.

 

C’est aussi un atelier de recherche et de création en ennoblissement de carton usagé.

Il vise à développer des techniques artisanales alliées à des procédés mécaniques, numériques et industriels dans le but de le transformer en véritable nouveau matériau aux applications d’architecture d’intérieur très variées.

 

Soraya Sekkouri, fondatrice de Jetbaïk. Le JetBaïk est un tricycle à assistance électrique doté d’un toit, d’un coffre, permettant le transport de 2 personnes ou de matériel.

C’est un moyen de déplacement innovant n’émettant pas de polluants, permettant une action sur l’environnement et la pollution de l’air. Il entre dans la catégorie des cycles à assistance électrique, mais intègre différentes innovations permettant de devenir le chaînon manquant entre le vélo et la voiture.

 

Par ses différences avec un vélo classique, il présente à la fois innovation technique et innovation d’usage.

Le Jetbaïk est fabriqué en France.

Partagez !

Le Matériaupôle participe à Option StartUp !

Matériaupôle participe à la deuxième édition de l’opération Option StartUp.

qu’est-ce que c’est ?

Du 6 au 7 octobre 2016,  de 9h-10h30 /11h-12h30 puis de 13h30-15h / 15h30 -17hl’équipe du Matériaupôle et ses partenaires accueilleront des élèves de 3ème, 2nde, 1ère, et terminale (académies de Créteil et Versailles) dans le cadre de l’action Option StartUp. Des classes de jeunes viendront découvrir au 6 rue Pasteur notre réseau des startups, TPE/PME qui évoluent dans le monde des matériaux innovants.

Une démarche active et présentielle à l’initiative de la Ville de Paris et de Paris&Co puisqu’ils feront la rencontre dans plus de soixante lieux d’entrepreneurs et salariés d’entreprises innovantes sur le périmètre de « l’Arc de l’innovation ».

Les collégiens et lycéens viendront échanger avec vous !

Que ce soit sur votre parcours professionnels, sur votre projet et votre façon de le porter !

A vous de transmettre la flamme de l’entrepreneuriat, de la création et des matériaux !

Le Matériaupôle A besoin de vous !

Pour répondre au mieux aux attentes des élèves, nous faisons un appel à collaboration parmi nos adhérents. Merci de prendre quelque minutes pour répondre à ce court questionnaire.

Venez sensibiliser les jeunes aux métiers liés aux matériaux !

Présentez votre parcours !

Faites découvrir votre projet, votre entreprise !

Plusieurs créneaux disponibles pour vos présentations : participation à Option StartUp.

Partagez !